Défilé BurberryDéfilé Simone RochaDéfilé Mary Katrantzou

Fashion week de Londres - Printemps/été 2018

1812
Entre collection inspirée d'un scandale national, multiples références à la reine d'Angleterre, souvenirs d'enfance en pagaille et tendance "ugly shoes", tour d'horizon de ce qu'il faut retenir de la fashion week londonienne…
Défilé Burberry

Burberry


Après avoir été fermée au public pendant près d'un siècle, la Old Sessions House de Londres héberge depuis le 18 septembre une exposition de photographies sélectionnées par Christopher Bailey. Intitulée "Here we are", celle-ci a servi d'inspiration à la collection printemps/été 2018 de Burberry. C'est d'ailleurs au sein du bâtiment que se tint le dernier défilé de la griffe.
Offrant "un portrait de la vie britannique dans toutes ses nuances, à la fois exceptionnelle et mondaine, belle et rude", les clichés correspondent - d'après le designer - parfaitement à l'ADN de son vestiaire de saison.
Si les pull-overs à motifs Fair Isle, les chaussettes argyle, les tartans et les références tant à l'époque victorienne qu'au style Balmoral ont la part belle au sein de cette collection, ceux-ci se voient vigoureusement dépoussiérés par une décharge contemporaine les plongeant au sein de l'actuel paysage fashion. C'est ainsi que les manches se rallongent plus que de raison et que les imperméables aux teintes floues translucides revigorent les traditionnels tartans (voir ici et ), tandis que l'ensemble de la collection se voit conjugué sur une notre plus "street" que "conservatrice".
Parmi les pièces qui devraient se vendre très rapidement (grâce au système du "See-Now, Buy-Now"), on trouve cet ample trench délicatement tagué, ce manteau peignoir en fausse fourrure vert céladon, ainsi que les maxi cabas fleurant bon le mauvais goût assumé.
Force est de constater que depuis quelques saisons, Christopher Bailey a perdu la flamme. Cette collection manque ainsi de liant, de génie, de sophistication, sa tonalité commerciale affadissant les belles idées qui éclosent ici et là au fil du défilé. Dommage...

Peter Pilotto


Connus et appréciés pour leurs audacieux imprimés, Peter Pilotto et Christopher de Vos nous livrent cette saison de multiples variations graphiques autour de l'art floral japonais. Cela étant dit, plus que leurs orchidées et autres anémones, ce sont ici les mariages chromatiques qui attirent le plus l'attention (voir ici, ici et ).
Best-seller en vue : le tee-shirt art déco japonisant estampillé "PP".
Défilé Simone Rocha

Simone Rocha


Cette saison, Simone Rocha éprouve le besoin de s'immerger au sein de ses souvenirs d'enfance en convoquant la garde-robe victorienne des poupées de cire qui peuplèrent sa vie de petite fille.
Si la jeune femme se laisse parfois cannibaliser par les froufrous de ses ex-meilleures amies (voir ici et ), elle n'en livre pas moins quelques silhouettes affûtées ayant la bonne idée de délaisser le style édouardien au profit de volumes forties (voir ici et ).
La créatrice semble par ailleurs prendre un malin plaisir à nourrir la tendance - pour le moins persistante - des "ugly shoes"... (voir ici et )

Erdem


En hommage aux jeunes années de la reine Elizabeth et à son goût pour le jazz, Erdem Moralıoğlu imagine ce à quoi aurait pu ressembler visuellement une escapade royale dans le Harlem des années 50.
Au sein de cette collection cohabitent ainsi robes de bal et toilettes années 30/40 chers aux chanteuses du Cotton's Club, mais aussi volants décadents, rubans royaux, franges dansantes et cardigan sage…  
Défilé Mary Katrantzou

Mary Katrantzou


Cette saison, c'est au sein de son enfance (et donc des années 80) que Mary Katrantzou puise la substance de son vestiaire estival.
C'est ainsi un voyage proustien aux saveurs acidulées que la créatrice imagine, via des robes tressées évoquant les bracelets de l'amitié, des détails flamants roses rappelant les bouées flottant sur les piscines, des textures évoquant le papier à bulles et des imprimés fleuris numérotés à colorier
Mêlant avec subtilité sportswear et broderies contemporaines, certaines robes de la collection brillent par leur fantaisie parfaitement prêt-à-porter (voir ici et ).

À noter également


Christopher Kane fit du scandale "Cynthia Payne" ayant secoué l'Angleterre en 1978 la principale source d'inspiration de sa collection.
Kaia Gerber continue de jouer aux tops modèles (Burberry).
Giorgio Armani fait des infidélités à Milan en venant défiler à Londres.
Chez J.W. Anderson, on retient le trio magenta/bordeaux/rose layette ainsi que cette curieuse déclinaison de la robe taille basse.
En emmenant sa fille au défilé Topshop, Kate Moss déclencha l'hystérie de la presse.
La teinte lila pourrait bien être la "it" couleur de saison (Joseph). À confirmer…
Le sac banane Gucci séduit tous azimuts (voir ici, ici et ).
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 19 septembre 2017 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Milan - Printemps/été 2018
Il y a 2 mois - 7
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
12 commentaires
Tous les commentaires
EmaIl y a 2 mois
Comment est-ce possible que cette si jolie enfant'soit devenue une ado sans grâce ? Elle est jolie là n'est pas la question mais elle a un visage peu inspirant, peu mystérieux. Être la fille d'un mannequin, bouh, j'aurais'pas aimé !
RÉPONDRE
JustineIl y a 2 mois
Elle a surtout l’air banalement heureuse! Mais quelle horreur, cachez la
RÉPONDRE
EmaIl y a 2 mois
Non je dis pas ça mais sa mère dégageait un tel truc ! Tant mieux si elle est bien dans sa peau et une photo ne veut pas dire grand chose. Mais le décalage entre elle et sa mère découverte ado est très important
RÉPONDRE
FlewellIl y a 2 mois
Hahaha ! Je vois pas pourquoi il y aurait un "devoir" d'être belle pour qui que ce soit. Même si maman est Kate Moss.

Sinon Burberry tombe un peu dans guccisme incongru... Etrange.
RÉPONDRE
lisou38Il y a 2 mois
Wooow t'es sans pitié !
C'est pas parce qu'on a une maman mannequin qu'on va forcement être assez jolie soit même je pense qu'elle en a deja conscience et a deja la pression !
Elle n'a aussi que 14 peut-être qu'elle va encore se développer dans quelques années le temps d'avoir l'age légal pour défiler ;)
RÉPONDRE
C.Il y a 2 mois
Sera-t-il possible un jour d'arrêter de juger les autres, spécialement les femmes, sur leur "beauté", leur poids, leur taille, leur grâce... Je ne dis pas ça contre vous, on fait ou on a toutes fait ça. Mais il y a tellement de jeunes femmes que ça touche qu'elles complexent tout leur vie dans le meilleur des cas ou en viennent à souffrir de troubles alimentaires voire à se faire refaire pour correspondre à ce que les autres attendent...(ce qui est top parce qu'après on vient vous dire que vous ressemblez à un monstre). Ce que vous dites la presse britannique le dira sûrement, ou les commentaires sur internet, de sorte qu'un jour ou l'autre cela reviendra à ses oreilles, si ce n'est déjà fait. Se forcer à ne plus juger les autres (et encore plus des jeunes femmes vulnérables ) sur leur apparence, ça demande un peu de discipline (apparemment on a été bien conditionnées) mais j'ai vraiment l'impression que c'est le début de la fin d'un paquet d'emmerdes en moins sur les épaules de nous toutes...
RÉPONDRE
EmaIl y a 2 mois
Le pire c'est que je savais en l'écrivant que c'était idiot de ma part de juger son physique. Méchant etc... c'est pas facile de se déconditionner, surtout quand on parle de la fille d'une mannequin, dans une salle pleine de mannequins et d'actrices et chanteuses toutes au physique mis en avant. Que faire ?
RÉPONDRE
C.Il y a 2 mois
Chère Ema, je n'arrête pas de me "taper sur les doigts" mentalement mais j'ai l'impression qu'à force ça finit par passer tout seul, que je deviens moins jugeante. Mais y a du boulot dans ma tête c'est clair ;-) Je pense vraiment qu'on est conditionnées à ça, c'est exactement ce que tu dis : "dans une salle pleine de mannequins et d'actrices et chanteuses toutes au physique mis en avant".
Mais j'ai espoir qu'on puisse refuser ça de notre côté et que les choses puissent changer "par en bas". Si on refuse collectivement l'imposition d'une norme qui nous fait du mal à toutes, de 15 (et encore je tape large) à 80 balais, la pub, les blogs, l'industrie, les filles d'insta... vont bien finir par s'adapter... les témoignages de filles profondément atteintes par cette industrie (récemment : enjoyphenix) se multiplient, il y a comme une vague pour l'instant (sans doute parce qu'on atteint de tels extrêmes que ça devient réellement mortifère)
Merci d'avoir échangé avec moi avec ta bienveillance
RÉPONDRE
annaIl y a 2 mois
J'adore les couleurs chez Pilotto !
As tu vu le "film/présentation" de Gareth Pugh ? c'est affreusement dérangeant c'est sensé être une allégorie de la connivence artistique entre lui et Nick Knight. Habituellement j'attends ses présentations avec impatience, c'est souvent très poétique et magnifique mais alors là ! (jette y un oeil, c'est "compliqué")
La petite Moss a une caractéristique qui a fait le succès de sa mère dans le monde de l'art : un visage d'un symétrie incroyable !! je la trouve bien mignonne :)
Merci pour la tendance londonienne
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Hyper spéciale cette vidéo... Graphiquement intéressante mais assez insoutenable : je n'ai pas tenu jusqu'au bout :/
RÉPONDRE
rorococoeugvicIl y a 2 mois
Ce qui m'étonne c'est le manque de silhouettes vraiment estivales que ce soit à NY, Londres, Milan ou sûrement à Paris bientôt ... l'été il fait donc très chaud à priori et les chaussettes, pulls et autres manteaux sont juste impossibles à porter ! Certes j'habite sans le Suuuud ... mais pas sous les Tropiques non plus ... et sans sandales et robe légère c'est juste pas vivable ! Bref, les collections me semblent de plus en plus toutes saisons confondues ... enfin presque j'exagère un peu bien sûr !
Sinon, je trouve Melle Moss bien mignonne, fraiche et naturelle ... ce qui me semble plutôt rassurant pour une ado évoluant dans ce milieu et fille de ! Et, me lapidez pas ... mais c'est Kate que je trouve vieillissante même si c'est évidemment normal ... encore un conditionnement que le jeunisme et moi aussi j'ai donc beaucoup de boulot à faire dans ma tête !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
"toutes saisons confondues" : c'est exactement ce que je ressens ;)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode