Défilé JacquemusDéfilé Dries Van NotenDéfilé Dior

Fashion week de Paris - Printemps/été 2018 (1ère partie)

3611
Entre coup de foudre Jacquemus, malentendu chez Saint Laurent, sportswear rétro Lacoste, imprimés nuages mélancoliques signés Dries Van Noten et féminisme mercantile chez Dior, petit passage en revue de ce qu'il faut retenir des premiers défilés de la fashion week parisienne...
Défilé Jacquemus

Jacquemus


Pour être tout à fait franche, je ne fais pas partie de ceux qui furent touchés par les premiers pas en 2015 de Simon Porte Jacquemus. Je trouvais alors son travail peu abouti, maladroitement naïf et trop détaché des contraintes du prêt-à-porter. Sans parler du regard énamouré que la fashion sphère posa immédiatement sur ce beau jeune homme, avant même que celui-ci ait réellement fait ses preuves.
Il aura ainsi fallu attendre ce mardi pour que je sois enfin convaincue par une collection Jacquemus. Je crois d'ailleurs que je ne serai pas la seule, tant l'évidence sublime de ce vestiaire possède quelque chose d'universel.
Il est vrai qu'entre les drapés aux attaches fragiles, les jupes paréos à la saveur rétro, les robes évoquant quelques draps froissés et les liquettes blanches nonchalamment glamourisées, tout respire la sensualité au sein de cette collection printemps/été 2018. Sous l'impulsion de celui qui a choisi de faire du flou le maître mot de cet opus, les étoffes se liquéfient, les bretelles glissent, tandis que les coloris organiques calment la sexyness des impudeurs estivales.
Ajoutez à cela une poignée de petites robes noires alliant chic intemporel et indéniable fraîcheur (voir ici, ici et ) et vous obtiendrez un sans-faute présageant du meilleur pour celui qui dédie systématiquement ses collections à sa mère disparue trop tôt.

Saint Laurent


Pour son défilé printemps/été 2018, Isabel Marant développe avec un génie suave l'ADN de sa griffe. Face à ses superpositions d'étoffes piquées de fils de lurex, ses shorts en cuir taille haute haute bien taillés, ses bottes à la parure froufroutante et ses sensuelles blouses de mousquetaire, on se dit ainsi que la créatrice parisienne est en grande forme. Seule ombre au tableau : contrairement aux apparences, nous ne sommes pas ici chez Isabel Marant, mais bel et bien chez Saint Laurent...
Défilé Dries Van Noten

Dries Van Noten


Si le créateur belge connaît parfaitement sa partition (celle qui lui attire depuis l'année de son CFDA (2008) les bonnes grâces des rédactrices de mode et lui assure l'amour éternel des femmes en général), cela ne l'empêche de la renouveler régulièrement - et subtilement - en lui injectant imprimés inédits, mix and match sophistiqués et unions chromatiques inspirées.
C'est ainsi qu'aujourd'hui, les désormais traditionnels pardessus se piquent de broches strassées et que les blazers à la carrure "powerful" se parent de fines fougères jaunes sur fond cacao. De même, les trenchs profitent de leur coupe classique pour se permettre quelques extravagances colorées (voir ici, ici et ), tandis que les blousons de baseball aux riches brocarts semblent avoir été conçus pour être capables réveiller n'importe quelle pièce carbone.
On note par ailleurs que parmi les nombreuses propositions de ce coloriste de talent, l'imprimé nuage et le trio coquelicot/mandarine/tabac sont celles qui retiennent le plus l'attention. De leur côté, le gimmick du voile de tulle (voir ici et ) et les foulards croyant se suffire à eux-mêmes se révèlent aussi faciles que décevants.

Y/Project


Si toutes les silhouettes de Glenn Martens ne font pas mouche, il n'empêche que lorsque les déconstructions du designer belge se mettent à privilégier la mesure sur la démesure, elles en deviennent soudain intéressantes, voire portables. Nul doute ainsi que ce gilet aux allures faussement BCBG, cette chemise provoquant de curieuses illusions d'optique et pourquoi pas ce trench aux manches inspirées de la fin du 15e siècle ne manqueront pas d'attirer l'oeil des fashionistas désirant avoir un coup d'avance sur leurs consoeurs...
Défilé Dior

Dior


Selon Suzy Menkes, "Maria Grazia Chiuri s'adresse à la génération de sa fille". Fait-elle référence à cette génération que l'on dit nourrie aux virées shopping chez Zara, à l'émotion immédiate, au besoin d'évidence et aux punchlines instragrammables ? Si oui, alors la collection s'adresse effectivement bien à elle.
Sous l'impulsion de Maria Grazia Chiuri, Dior semble en effet être devenu l'étendard d'une mode que l'on dit plus proche des femmes, mais qui se révèle dans les faits relativement banale et dramatiquement simpliste. Et si les références à l'esthétique subversive et graphique de Niki de Saint Phalle permettent d'insuffler un peu de caractère à certaines pièces (voir ici et ) et d'offrir aux ateliers Dior la possibilité de faire rimer modernité et dextérité géniale (voir ici et ), cela ne suffit pas à magnifier la dimension bien trop commerciale de cette collection…

Lacoste


Dépourvue de toute esbroufe égotique, la dernière collection Lacoste démontre une fois de plus que Felipe Oliveira Baptista n'a pas son pareil pour faire vivre l'héritage de l'entreprise française. En mêlant énergie urbaine et confort rétro, le sportswear gagne sous ses doigts en élégante désinvolture. On retiendra tout particulièrement cette robe peignoir pour Rocky Balboa en goguette à Saint-Germain-des-Prés, les variations autour de la veste de survêtement (voir ici, ici, ici et ), cette robe forties à l'imprimé croco quasi abstrait, mais aussi ces deux combos de coloris (voir ici et ).

À noter également


On se demande si le directeur de casting de chez Saint Laurent a bien lu la charte LVMH/Kering… (voir ici)
Les stories Instagram de Mademoiselle Agnès permettent de dédramatiser le concept même de fashion week.
Chez Martin Margiela, John Galliano pense à toutes celles et ceux devant effectuer chaque matin de longs trajets en RER et leur invente un sac/oreiller leur permettant d'effectuer de régénérantes micro siestes.
La collection Lanvin imaginée par Ted Lapidus se passe de commentaire…
On ne parvient à savoir si l'on préfère Aymeline Valade en brune ou en blonde… (voir ici)
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 28 septembre 2017 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Milan - Printemps/été 2018
Il y a 2 mois - 7
EN SAVOIR PLUS
Fashion week de Londres - Printemps/été 2018
Il y a 2 mois - 12
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
11 commentaires
Tous les commentaires
LulIl y a 2 mois
Aaaaah Dries ! Une fois de plus, tu m'éblouis !
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 2 mois
C'est ce que j'allais dire! Il y a vraiment des merveilles dans cette collection, comme souvent!
RÉPONDRE
CharlotteIl y a 2 mois
La collection Jacquemus est sublime, je crois que j'ai regardé les photos du défilé une dizaine de fois depuis la sortie. Les robes chemises blanches, les chapeaux, les drapés, l'association des couleurs, tout est splendide!

A l'opposé, je trouve la collection Dior affreuse!
RÉPONDRE
PuppyIl y a 2 mois
Et les jolies mannequins chez Jacquemus à la peau ébène, chocolat, dorée, bronzée, métissée...je dis oui oui et encore oui!
Sinon, Dries Van Noten, j'ai toujours un faible pour toutes ces couleurs et ces motifs!
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 2 mois
Ha ha tu m'as bien eue avec Saint Laurent, j'étais prête à commenter en disant qu'I Marant avait retrouvé le feu sacré ! Comment l'interprètes tu ? Parenté inconsciente ou manque d'imagination ?
Lanvin : j'ai essayé de regarder la collection sans à priori, mais effectivement c'est très pauvre.
D'accord pour Jaquemus, première fois que je le trouve inspirant et à la hauteur de ce qu'on attend d'une collection.
Merci pour le partage.
RÉPONDRE
EmaIl y a 2 mois
Dingue, le coup de Saint-Laurent / Marant c'est ce que j'avais commenté chez Géraldine, me sentant nouille de ne pas voir la différence. Mais si toi une spécialiste le confirme !
RÉPONDRE
virginie/mode9Il y a 2 mois
Même ressenti sur Jacquemus, même réflexion sur Saint-Laurent, même enchantement pour Dries, même critique chez Dior :-)
RÉPONDRE
fatinetiaraIl y a 2 mois
ohhhhh lise qu'est ce que je KIFFE cet article ! j'ai exactement le meme ressenti pour Jacquemus, je trouvais meme que ce type etait une grosse blague alors que là, c'est DIVIN. sensuel, desinvolte, subtil, et portable, bref je veux tout (dans mes rêves)
Pour Saint Laurent, je dirais qu'ils font desormais du Isabel Marant mieux qu'Isabel Marant (lol)
et Dior, euh, je comprends pas. je trouve ca honteux :(
RÉPONDRE
FannyIl y a 2 mois
Ce serait pas printemps été 2018 :)
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 2 mois
Oups...
RÉPONDRE
VictorIl y a 2 mois
Lanvin... Cathy Horyn l'a très bien résumé (j'ai ri) : "Lanvin’s big idea for the debut of Olivier Lapidus was raising the catwalk. The only effect was to put the banality of the clothes farther away from the audience"
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode