Ouvrier d'un gratte-cielHalloween

Observations canadiennes #2

Entre préparation d'Halloween, néo-réflexes du 21e siècle, non-vertige de certains et initiative "dad friendly" de pères canadiens, tour d'horizon des petites choses ayant récemment interpellé la Française exilée dans le "Grand Nord" que je suis...
Ouvrier d'un gratte-ciel

Les "workers", ces funambules en Timberland


Ayant emménagé dans un immeuble encore en construction, il nous arrive très régulièrement d'y croiser des ouvriers. Des hommes et des femmes de tous âges qui, en dépit de leur métier difficile - et contrairement à la plupart des habitants du condo - ont souvent le sourire et n'hésitent pas à plaisanter avec Charles. L'admiration que je leur porte ne fera que s'accentuer lorsqu'un matin, quatre d'entre eux viendront poser l'un des pans vitrés manquant à notre balcon : alors que j'ai du mal à poser un orteil sur ce dernier sans craindre d'être happée par le vent qui y souffle violemment (nous sommes situés au 56e étage), ils y évoluent avec un naturel quasi irréel. Et que dire lorsqu'ils se penchent dans le vide (sans protection) pour attraper la vitre qui descend de l'étage du dessus… Ils agissent comme si l'attraction terrestre n'avait pas de prise sur eux. Plus tard, quand autour d'un café brûlant je leur demanderai quel est leur secret pour ne pas avoir peur, ils me répondront amusés que la hauteur et le vide génèrent de l'adrénaline et que c'est indispensable pour apprécier les côtés moins "fun" de leur job…

Partager ou non l'addition


Attablés un restaurant du quartier, nous attendons sagement la note. Tout au long du déjeuner, nous avons échangé avec le serveur sur notre arrivée à Toronto, notre mode de vie… Autant dire qu'il a bien compris que nous étions en couple depuis longtemps. Cela ne l'empêche cependant pas de nous demander en nous présentant l'addition : "Ensemble ou séparé ?". J'en plaisante avec lui, et lui de me répondre : "Oh vous savez, c'est le 21ème siècle, je suis obligé de demander". J'aurais aimé que l'on s'attarde sur le sujet, mais une autre table lui fait signe et nous devons rentrer travailler...
Halloween

Halloween


Suspendu à une branche, un corps démembré se balance doucement. Un peu plus loin, un pied ensanglanté sort de terre, sous le regard malicieux d'une énorme citrouille gonflable posée sur le toit d'un garage… Le récit de mon dernier cauchemar ? Non, simplement celui d'une balade dominicale au sein d'une zone résidentielle torontoise à l'approche d'Halloween. À coups de gentils fantômes, de toiles d'araignées à effilocher sur les haies, de crânes embrochés sur un crochet et de colonies de rats en plastique, les Canadiens s'adonnent avec une joie non dissimulée à cette tradition anglo-saxonne érigeant le gore en véritable art de vivre saisonnier.
Et si la fête d'Halloween est commerciale à souhait (Starbucks a d'ailleurs sorti un frappuccino pour l'occasion), elle n'en est pas moins à l'origine de moments assez savoureux. Je pense notamment à notre fou rire devant la mine écoeurée de Charles découvrant l'intérieur d'une citrouille, au plaisir de voir à la nuit tombée les ombres de nos "pumpkins" transformer l'appartement en maison hantée ou encore au fait de pouvoir aller à l'école habillé en super-héros le vendredi précédant le jour officiel d'Halloween. Une école qui prend d'ailleurs tout cela très au sérieux, au point d'encourager les parents à venir également déguisés. Ce matin, en accompagnant son fils dans sa classe, Julien a ainsi eu le plaisir de croiser un père transformé en Minion, une mère en Raiponce et une autre en Superwoman…

Dads time


Dimanche 22 octobre, 11h. En cette matinée d'automne inhabituellement douce, nous nous dirigeons vers un parc que nous apprécions beaucoup mais que nous fréquentons peu (celui-ci étant situé à 30 minutes à pied de chez nous). Une fois arrivés, Charles s'élance vers les balançoires. Alors que je commence à le pousser, je réalise qu'il n'y a quasiment que des pères autour de nous. Pas de maman à l'horizon. À côté de moi, une adorable fillette hurle à son père "Higher ! Higher !". Ce dernier s'exécute et me sourit :
"Beautiful day, hey ?".
J'acquiesce.
"C'est notre jour aujourd'hui, celui des papas, on laisse nos femmes faire la grasse matinée et on s'occupe de tout."
"Ah bon ? C'est drôlement sympa !"
"On est une dizaine de pères, on se retrouve ici deux dimanches par mois. On emmène du café, des cookies et nos enfants."
Notre progéniture respective interrompt alors notre conversation.

Quelques minutes plus tard, en attendant Charles en bas d'un toboggan, j'observe fascinée ce tableau digne d'une série HBO, entre thermos de café, pères healthy au sourire ultra bright arborant sweatpants et casquettes, montagnes de muffins et bambins - dont certains sont encore en pyjama - turbulents mais pas trop. Et le "pire", c'est que tout ce petit monde parfait à vraiment l'air de s'amuser...

PS : Pour ceux que cela intéresse, j'ai récemment échangé avec Géraldine sur ma manière d'envisager le voyage.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 27 octobre 2017
17 commentaires
Tous les commentaires
SamanthaMIl y a 1 an
J’adore Halloween! Dommage que ce ne soit pas très « suivi » ici. Il faut que j’attende d’avoir un enfant pour me remettre à creuser des citrouilles et décorer la maison comme avant!
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 1 an
Je viens de lire ton interview sur le voyage, j’ai beaucoup aimé. J’ai très envie de partir maintenant!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ah le virus du voyage... c'est contagieux ;)
RÉPONDRE
LéaIl y a 1 an
Observations savoureuses, qui interrogent subtilement la société canadienne... Moi j'adore, je trouve que ça apporte une valeur particulière à TDM :)
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 1 an
Cette année, j'ai tellement de boulot que j'ai presque rien eu le temps de faire, la maison est même pas encore décorée : on va faire ça tout à l'heure. Chaque année, on organise un après-midi creusage de citrouilles / vin chaud / gâteaux avec tous nos amis et ça donne des dizaines de citrouilles incroyables, on est full-equipped, avec les cuillères qui vont bien, et tout. J'adore Halloween :)
Hier, on est allés en centre ville voir l'Éveil des Morts (c'est dans le cadre des festivités du 375e), cet aprèm, il y a la marche des zombies :D

Pour le partage des additions, ouais, c'est comme ça. Je connais des gens qui après 10 ans de mariage paient chacun leur part. Ou s'invitent l'un l'autre, mais ont toutes leurs finances séparées. C'est vraiment étrange mais très nord-américain (les féministes ont revendiqué leur indépendance assez tôt ici et ça en fait partie)
RÉPONDRE
HeLNIl y a 1 an
Je partage tout avec mon chéri depuis 21 ans, dont une maison, notre job (on bosse ensemble) et deux enfants, mais on n’est pas mariés et on a chacun nos finances, juste un compte joint dont on ne se sert absolument pas; je trouve que c’est une des clés de la bonne entente conjugale à long terme 😊(et nous ne sommes pas Nord américains !)
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 1 an
Oui, je me doute que c'est pas exclusivement nord-américain, mais j'ai tout de même observé ça beaucoup plus fréquemment ici qu'en France, c'est tout ce que je voulais dire :)
RÉPONDRE
ValérieIl y a 1 an
Je crois que tes observations sont ma chronique préférée... bien sûr j'adore la mode et tes décryptages sont top, mais en tant que Québécoise émigrée en France depuis 19 ans (d'ailleurs j'y retourne dans 2 semaines pour une année sabbatique!), j'apprécie de constater le décalage dans l'autre sens... et j'ai tant de vieux souvenirs d'Halloween qui remontent en te lisant! c'est qu'au Québec aussi on le fête : on décorait une citrouille tous les ans, et maman nous cousait de super costumes qui resservaient le reste de l'année pour de mémorables fêtes enfantines). Merci!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
"maman nous cousait de super costumes qui resservaient le reste de l'année pour de mémorables fêtes enfantines" : les mamans couturières ou les fées de nos jeunes années ;)
RÉPONDRE
MisingsIl y a 1 an
Ah l'addition séparée... Ça me rappelle mes vacances au Québec cet été !
Merci pour cet article très savoureux. Profitez bien de Halloween !
RÉPONDRE
HeLNIl y a 1 an
Merci Lise pour tes observations de la vie canadienne, aussi pointues et savoureuses que tes décryptages modesques, j’adore cette rubrique !
RÉPONDRE
Chris Il y a 1 an
c'est très différent de chez nous... très sympa ce post <3
RÉPONDRE
EmmaIl y a 1 an
Pour les additions, honnêtement, je préfère ça à la galanterie idiote qui dit que c'est à l'homme de toujours payer, même dans le cas d'une relation à long terme. Et j'avais même lu comme justification que c'était parce que dans une relation, il faut toujours s'efforcer de séduire. Bon je ne savais pas que payer pouvait être séduisant, mais apparement pour certains c'est le cas.

Pour notre part, nous avons nous proposer finances perso, un compte commun qui est pour le minimum (nourriture, impôts, crédit maison...) et pour le reste nous nous invitons mutuellement. Je nous verrais mal partager, mais pourquoi pas. Il faut dire que je gagne sensiblement plus que mon mari, donc il invite rarement, mais ça me parait logique.
RÉPONDRE
EmmaIl y a 1 an
Sinon, je voulais rajouter que je suis horrifiée par le fait que les ouvriers ne soient pas assurés (au sens d'encordés). C'est une telle prise de risque tellement inutile. Ca me surprend que le Canada n'ait pas de règlementations contraignantes sur ce point, l'accidentologie dans le bâtiment étant ce qu'elle est.
Peut-être n'y a-t-il aussi notre système ou la contribution sécu accidents du travail et maladies professionnelles est 100% financée par les entreprise et le montant est directement lié au taux d'accidents, ce qui encourage les entreprises à mettre en place des protections.

Et je veux le costume de Minion !! On dirait qu'il est gonflable.
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 1 an
Concernant le costume de Minion, il se gonfle en permanence via un petit moteur/ventilo invisible de l'extérieur :)
RÉPONDRE
AurélieIl y a 1 an
Encore un bel article sur le principe du journal d'étonnement, qui nous permet de nous immerger avec vous.
Je suis allée voir l'article sur l'art de voyager et j'ai noté votre intérêt pour le Panama. Je viens de rentrer de mon voyage de noces et la Panama était notre destination. Un pays fabuleux! Panama city est étonnante, dans ses contrastes, ses inspirations et ses couleurs. Si j'ai néanmoins d'un conseil, c'est celui de sortir de la ville, pour découvrir les plages (côté pacifique, comme caraïbes), les montagnes plus humides et fraîches avec des animaux étranges, la jungle figée dans le temps, les randonnées près des volcans à quelques heures du Costa Rica... Nous avons eu un tel coup de cœur entre la nature et la modernité, que nous pensons partir habiter d'ici 5 ans à Boquete, une ville perchée entourée de forêt. Continuez à nous faire voir le monde dans vos yeux !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Oh lalala tu me fais rêver !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode