Défilé Tom FordDéfilé Calvin KleinDéfilé Marc Jacobs

Fashion week de New York - Automne/hiver 2018-2019

218
Entre avalanche de pop-corn, odes à Yves Saint Laurent, power dressing et coloris vibrants, tour d'horizon de ce qu'il faut retenir de la dernière fashion week new-yorkaise...
Défilé Tom Ford
Au vu de la collection hautement célinienne présentée par Victoria Beckham, il semblerait que l'ex-chanteuse ait cru que, suite au départ de Phoebe Philo de la tête de la maison parisienne, les archives de la styliste britannique soient désormais libres de droits…
Célébrant l'extravagance des années 80, les créations Tom Ford empruntent aussi bien au style surchargé de Roberto Cavalli qu'à l'énergie baroque de feu Gianni Versace. Une exubérance qui flirte parfois avec la vulgarité, mais dont la dimension joyeusement italienne et ouvertement sexy ne pourra que séduire les richissimes clientes de la boutique de Beverly Hills. On notera au passage que le "Pussy Power" inscrit sur certains sacs semble vouloir surfer sur l'actuelle vague de hashtags à portée féministe.
Chez Alexander Wang, les party girls de la saison dernière cèdent la place à une armée de working girls addicts au style Saint Laurent et férues de sports. Sous leurs atours à la sexyness sévère, on imagine des femmes cérébrales n'ayant aucun tabou en matière de sensualité. Assurément efficace, ce vestiaire aurait certainement gagné à être présenté sur des femmes aux morphologies plus variées.
Les fans de la série Black Mirror apprécieront à sa juste valeur le premier passage du défilé Philipp Plein
Chez Sies Marjan, les combos de teintes tantôt gourmandes, tantôt délavées confèrent un véritable supplément d'âme aux silhouettes du show (voir ici, ici et ).
De la collection 3.1 Phillip Lim, on retiendra que le créateur mise avec un peu de retard sur l'imprimé floral sur fond noir, mais aussi et surtout que marier kaki et bleu azur est une brillante idée.
Défilé Calvin Klein
Sachet de pop-corn en guise d'invitation, neige de maïs soufflé parsemant le sol (personne n'a dit à Raf Simons qu'il ne fallait pas gâcher la nourriture ?), décor digne d'un film d'horreur glaçant... pas de doute, c'est bel et bien au cinéma que Raf Simons a choisi d'emmener son public cette saison. La programmation ? Un film étrange où des Charlestonniennes de 1864 tentent d'échapper à la guerre de Sécession en se téléportant dans une ferme abandonnée du 21e siècle. Confrontées à un froid glacial, celles-ci tentent alors de réchauffer leurs longues robes au contact des vêtements utilitaires trouvés dans la grange du domaine… Voilà pour le pitch.
Dans les faits, cela donne naissance à une collection flattant l'image d'Épinal que l'on se fait de l'Amérique du 19e siècle (entre patchwork, tricot et toilettes d'élégantes sudistes), tout en jouant avec la notion de protection et de culture pop. Le résultat se révèle enthousiasmant, mais légèrement confus. Il est vrai que si le travail sur les manteaux et le stylisme de certaines silhouettes est à saluer (voir ici, ici et ), celui sur les robes laisse quant à lui songeur, tant certaines de ces dernières conservent leur dégaine historique (voir ici et ). Raf Simons semble ainsi partagé entre la nécessité de célébrer l'identité américaine de Calvin Klein et l'envie de laisser libre cours à sa propre grammaire (voir ici et ). Du côté des accessoires, on note le décalage flagrant entre l'audace des longs gants d'astronaute et des cagoules pour vulcanologue des villes et l'inintérêt total de certains sacs de la collection.
Certaines silhouettes Michael Kors rappellent le style "girly roots chic" de la regrettée griffe londonienne Luella (voir ici).
Elevés au rang d'intemporels universels, les basiques de The Row brillent par leur coupe parfaite où force, confort et humilité fusionnent souvent pour le meilleur (voir ici, ici et ).
Ensevelie sous un traitement oversize des archives Saint Laurent (voir ici et ), la collection Marc Jacobs se révèle assez difficile d'accès. Il faudra ainsi attendre de la voir en "pièces détachées" au sein du showroom pour juger de la réelle pertinence des pièces la composant.
Défilé Marc Jacobs

A noter également


Aussi paradoxal que ce soit (au vu des tours de taille des rédactrices de mode et des mannequins ayant défilé cette semaine), la fashion week new-yorkaise fut placée cette saison sous le signe de la nourriture. On vit ainsi la griffe Monse proposer des hot dogs à emporter, Raf Simons créer une orgie visuelle de pop-corn, Rosie Assoulin donner dans le food porn et les mannequins Chromat grignoter des Cheetos sur le catwalk...
Grâce à - ou à cause de - Marc Jacobs, la coupe Vidal Sassoon pourrait bien revenir hanter les salons de coiffure (voir ici).
Katie Holmes est parvenue à avoir l'air endimanchée dans chacune de ses tenues (pourtant de styles très différents) (voir ici et ).
Le clan Beckham était là au complet pour applaudir les exploits du chef de famille (voir ici).
Arizona Muse s'est essayée à la bouclette serrée (voir ici).
Si l'on en croit ses apparitions récurrentes sur les podiums new-yorkais, Ashley Graham serait en passe de devenir une mannequin "comme les autres" (voir ici, ici et ).
Alors qu'on les croyait incapables de surmonter le déshonneur d'avoir été détrôné par le clan Kardashian, les soeurs Hilton n'ont en réalité rien perdu de leur aplomb (voir ici).
Parmi les nouvelles mannequins à fort potentiel, Aube Jolicoeur tire son épingle du jeu.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 16 février 2018 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Milan - Automne/hiver 2019-2020
Il y a 3 mois - 10
EN SAVOIR PLUS
8 commentaires
Tous les commentaires
HappyLillyIl y a 1 an
Décidément, j'aime ces revues de fashion week! Merci. Gros coup de coeur sur le manteau-trench-pompier orange de Raf Simons.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Effectivement, ce manteau est très intéressant !
RÉPONDRE
samIl y a 1 an
COooooooollll, revenir du taf et tomber sur ça, se faire un café ..Hummm trop bien. Bon maintenant je lis!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Bonne lecture ma chère Sam :)
RÉPONDRE
lisou38Il y a 1 an
Un peu déçue par Calvin Klein, outre le gaspillage alimentaire, je trouve que ça resemble de plus en plus à Balenciaga (donc je sais pas qui copie qui mais voila...) et il y a bcp de choses qui reviennent depuis qu'il a commencé (genre les chaussures à talons ou les ensemble chemise pantalon santiags sans rien changer ça me gave un peu même Demna fait preuve de plus de créativité).
RÉPONDRE
GranpiIl y a 1 an
Aube Jolicœur: magnifique!!
RÉPONDRE
sweet potatoIl y a 1 an
Bon sang la tenue de Nicky Hilton !
RÉPONDRE
....Il y a 1 an
J'ai bien aimé l’idée de la collection Tom Ford. Le mauvais gout assumé, c'est mon dada!
Derrière le stylisme jusqu'au-boutiste , on décèle quelques pièces désirables. A une époque ou on voudrait faire croire aux femmes que leur façon de se vêtir justifie des comportements inadmissibles, quoi de mieux que de proposer à celles-ci de s'amuser avec la mode, le glamour et les conventions.
Je ne sais pas si autant de femmes sont autant libérées pour ne serait-ce que penser à s'habiller comme ça, mais j'aime l'idée.

Un Marc Jacobs très litéral. Ce n'est pas ça qui va remettre son business sur les rails..

Un Calvin Klein confus. D'ailleurs, Mr Simons semble oublier que CK a une histoire, une certaine esthétique.
De plus, peut-on dire qu'il a atteint un statut quasi-divin? Je suis assez surprise par l'absence de réactions d'une certaine presse moraliste face à ce gachis de Pop-Corn. Quand on pense que certaines maisons françaises font polémique juste parce qu'elles organisent des shows démesurés, on se demande si finalement, on ne laisse pas tout passer à Mr Simons.

Les echarpes chez Gabriela Hearst etaient magnifiques!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode