Défilé JacquemusDéfilé Louis VuittonDéfilé Balenciaga

Fashion week de Paris - Automne/hiver 2018-2019 (1ère partie)

1527
Entre fraîcheur nécessaire, puzzles antagonistes, spacewear griffé et mille-feuille d'influences, petit aperçu des collections automne/hiver 2018-2019 dévoilées lors de la fashion week parisienne...
Défilé Jacquemus

La simplicité suave de Jacquemus


Alors que l'humeur du moment est à l'oversize, à l'accumulation et aux puzzles fashion, la collection de Simon Porte Jacquemus nous offre une bouffée d'air pur salvatrice. Ici, rien d'alambiqué, de stérilement cérébral ou de basiquement fashion : chaque vêtement va à l'essentiel en célébrant un corps en mouvement. On sent par ailleurs au fil des drapés, des décolletés arrondis et des pans de tissus prenant vie au contact d'une démarche chaloupée à quel point le créateur aime la Femme. Non pas la potentielle cliente, mais bel et bien la Femme avec un grand F. Et au sein du milieu de la mode, c'est suffisamment rare pour être célébré.

Les puzzles protecteurs de Sacai


Alors que les déconstructions ayant fait sa renommée sont devenues un gimmick créatif à part entière, Chitose Abe tire son épingle du jeu en proposant des assemblages certes insolites, mais toujours portables et lisibles. En hybridant les pièces pivots d'un vestiaire classique (blazer, trench, veste matelassée, parka...), la créatrice patine en effet l'audace de ses puzzles tout en accentuant leur cohérence (voir ici, ici, ici et ).
Défilé Louis Vuitton

Le "spacewear" bourgeois de Louis Vuitton


Éternellement fasciné par l'univers de la science-fiction, Nicolas Ghesquière a choisi cette saison de constituer un équipage 100% féminin susceptible d'aller apporter la bonne parole stylistique sur les exoplanètes bordant notre galaxie. Il fusionne pour cela codes bourgeois et grammaire Star Trek, ce qui donne naissance à des pièces graphiques pour cosmo girl appréciant aussi bien de siroter un thé assise sur une bergère Louis XVI que de visionner en cachette des séries B des années 80 (voir ici, ici, ici et ).

Les promesses de Carven


Si elle n'apparaît pas totalement aboutie, la seconde collection de Serge Ruffieux chez Carven n'en demeure pas moins prometteuse. La capacité du Suisse à questionner un stéréotype - ici celui de la femme bourgeoise des beaux quartiers parisiens - avec esprit et empathie laisse en effet présager du meilleur pour l'avenir de la griffe parisienne (voir ici, ici et ).
Défilé Balenciaga

Les juxtapositions erratiques de Balenciaga


Chez Balenciaga, Demna Gvasalia déroule le fil narratif de sa récente collection Vetements en poussant toujours un peu plus loin la notion de "layering". Un parti pris stylistique qu'il associe joyeusement au concept de cadavre exquis en superposant des pièces que tout oppose. Ajoutez à cela la jouissance du créateur à mettre son actuel pouvoir d'influence au service du mauvais goût, de manière à rendre terriblement désirable - aux yeux de la fashion sphère - un élément qui, sans son intervention, eut été jugé terriblement cheap (voir ici, ici et ) et vous obtiendrez des silhouettes évoquant certes un SDF qui aurait déniché de quoi se réchauffer dans un dépôt-vente du 16e arrondissement (voir ici, ici, ici et ), mais qui une fois disséquées pourraient bien livrer des pièces aussi fortes que bankables.

À noter également


L'hypocrisie consumériste sur fond de bons sentiments écolos atteint son paroxysme chez Chanel, où Karl Lagerfeld a fait abattre de nombreux arbres pour les disposer sous les voûtes du Grand Palais
Mais qu'est-il arrivé au visage de Marc Jacobs ?
Le masque à la poudre de licorne fait fureur chez Giambattista Valli (voir ici).
En mêlant techniques de moulage et numérisation 3D du corps humain, Demna Gvasalia ouvre la porte aux vêtements du futur (voir ici et ).
Partager l'article
Par Lise Huret, le 08 mars 2018 dans Défilés
Vous aimerez également
Fashion week de Londres - Printemps/été 2019
Il y a 7 jours - 13
EN SAVOIR PLUS
Fashion week de New York - Printemps/été 2019
Il y a 11 jours - 15
EN SAVOIR PLUS
27 commentaires
Tous les commentaires
FannyIl y a 6 mois
Il est très touchant ce Jacquemus et sa collection printemps-été est merveilleuse.
Décor magique chez Chanel mais scandaleux même si cette coupe a été autorisée : il est étonnant que la maison n'ait pas communiqué dessus.
Encore une analyse juste et pas déconnectée du réel, merci !
RÉPONDRE
OliviaIl y a 6 mois
Quelle aberration ces arbres coupés!
RÉPONDRE
CarolineIl y a 6 mois
Ils avaient fait bien pire il y a qqs années en ramenant un morceau réel de banquise pour un défilé... Et ils avaient communiqué dessus. Les temps changent (un peu).
RÉPONDRE
annaIl y a 6 mois
Heu pour Chanel je ne comprends pas que ça choque autant l'histoire des arbres (Il aurait mieux valu qu'ils soient en plastique ?) la dernière collection et les milliers de m3 d'eau pour faire les cascades ça a choqué personne ?
Je comprends bien le raisonnement mais faut pas déconner non plus c'est pas la fin du monde. Un arbre coupé il a encore une utilité (je sais pas bien pourquoi je m'agace ;)
Bref j'ai adoré Sacai et Jacquemus tellement joli, lisible, féminin, fluide, facile...
RÉPONDRE
Réré Il y a 6 mois
J’adore ce que fait Jacquemus et ce depuis le début .Pour Chanel j’avoue ne pas comprendre alors qu’on prône la préservation de la forêt abattre des arbres pour un show me déconcerte .
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 6 mois
Pour Marc Jacob j'ai bien une petite idée ... Sinon première fois qu'une collection Sacai me "parle"
RÉPONDRE
Dimitri. Il y a 6 mois
Non mais merci la démagogie ambiante avec cette histoire d'arbres coupés, j'étais bien content de m'assoir dessus tiens. Les français aiment polémiquer, c'est assuré, et merci au Parisien - poubelle ambulante de Bernard Arnault - d'avoir repris l'article d'une association qui prétendait l'abattage de chênes centenaires, comme si ça pouvait être autorisé en France... tout ça est d'un ridicule ! Et ça l'est tout autant quand c'est repris par un blog de mode, si ça c'est pas paradoxal de dénoncer un truc consumériste quand on entretient soi-même une industrie du "je jette j'achète" toutes les deux saisons.
Qu'on arrête de s'acharner sur le luxe français, et on se passera bien des commentaires de toute la compagnie qui se fringue à tire-larigot chez Zara, H&M & Primark (SURTOUT) avec un bilan carbone et éthique désastreux, thank you very much ! Le vrai désastre environnemental est bien ailleurs, et c'est pas une maison qui doit produire à tout péter quelques milliers de pièces par saison et qui se permet de couper 30 arbres qui va entraîner le monde dans les enfers... Deux poids deux mesures comme d'habitude, c'est con, en googlant "déforestation" y'a une semaine on aurait peut-être pu se rendre compte que ça n'avait rien à voir avec le Grand Palais, en fait.
RÉPONDRE
CatherineIl y a 6 mois
Si je suis d'accord que le coup des arbres c'est pas super grave (mais assez frappant sur le coup), c'est peut-etre pas le bon endroit pour pousser des éditoriaux contre les gens qui entretiennent le je jette j'achete chez Primark. D'ailleurs le luxe francais survivra bien à cette persécution, et faudrait pas faire comme s'il n'avait rien à voir dans l'industrie de la mode.

C'est un coup de pub viral, sans plus. Les arbres poussent depuis on ne sait combien d'années, on les abat pour un défilé de mode, c'est un impact émotionnel et internet en parlera. Apres c'est clair qu'on pourra en faire des tables ikea (pardon, c'est pas trop populaire pour monsieur?) et qu'à l'echelle des morceaux de banquise, ou des défilés brésiliens de Lagerfeld il y a quelques temps, c'est rien.
RÉPONDRE
AnneIl y a 6 mois
A strasborg on coupe des sapins centenaires pour le petit plaisir égoïste des touristes... Donc oui c'est possible. En fait ce qui est juste profondément crétin avec Chanel c'est qu'il aurait pu se trouver un petit sous bois pour faire son défiler. Les arbres qu'il a coupés servent à recréer une forêt, il n'y a aucune transformation esthétique mais juste un leurre, l'intérêt m'échappe. Ça illustre bien le snobisme du monde la mode, on adore la nature, les petits arbres et les petites fleurs qu'on prend en photo pour nos comptes insta, mais c'est mieu de les voir en plein paris hein parce que , faut pas pousser, on va quand même pas se salir les pieds dans ma forêt.
RÉPONDRE
PulseIl y a 6 mois
C'est juste impossible de faire un défilé dans une forêt en mars... la liste des invités est trop longue et la météo, trop incertaine... et il faut caser le défilé et le transport des invités dans l'agenda chargé de la fw
RÉPONDRE
PulseIl y a 6 mois
Je suis assez d'accord: ce scandale autour du décors du défilé Chanel rate sa cible. Je l'ai vu relayé sur twitter par des gens que j'estime, mais l'argument de cette association est malheureusement de mauvaise foi.

Les arbres ne sont de toute évidence pas centenaires, et on en coupe absolument tous les jours dans les forêts françaises. Chaque jour plusieurs hectares de terres agricoles et de forêts disparaissent en France pour construire des lotissements, des parkings...
je ne doute pas un instant que Chanel se les soient procurés de manière légale.

Le cirque de la FW est incontestablement, polluant, mais c'est sûrement l'un des décors de Chanel les plus écolos: pour les packagings du supermarché Chanel, non seulement il a sans doute fallu plus d'arbres, mais aussi des solvants, de l'eau et du plastique...
C'est inutile car ces arbres rejoindrons sûrement la filière bois, mais s'ils devaient aller à la poubelle au moins le décors de 2018 est presque entièrement compostable et ne libérera aucun plastique dans la nature, à l'exception du papier-peint.

Et je ne parle pas du véritable Glacier... bien plus obscène.

Le fait est, l'industrie de la mode est polluante. La Fashion Week, c'est des centaines de personnes qui font le tour du monde en avion, des rédactrices qui vont de défilés en défilés en voitures et promeuvent une industrie qui vend essentiellement de l'inutile: nous avons sûrement assez de vêtements pour tenir 100 ans.

Chanel n'est pas sur le créneau de la mode éthique et durable et ne semble pas s'engager, par exemple, dans le fait de produire des textiles écolos nécessitant moins de ressources et ne libérant pas de micro-plastiques dans l'eau. Et c'est une marque de luxe faite par et pour des gens qui à eux seuls polluent probablement autant qu'une centaine de français médians et un millier de citoyens d'un pays émergents... ces quelques arbres me semblent cacher la forêt du problème.

Je trouve plus inquiétant pour les citoyens que Vuitton puisse investir les salles du Louvre pour y créer des décors et y faire son défilé... témoin de la manière dont le privé s'approprie le patrimoine publique.

Quand aux vestes de Gvasalia, je ne trouve pas qu'elles inventent la mode du futur. La forme de ces vestes évoquent plutôt les corsets: la mode de 1870 avec ses robes qui amplifient les formes féminines, les faux-culs...

Niveau défilé, j'ai aimé Loewe, il y avait une robe en cuir magnifique, j'attends de voir quelle actrice mettra la main dessus pour parader sur les tapis rouges...
RÉPONDRE
AuroreIl y a 6 mois
Ce qui me hérisse le plus les poils, c'est de comparer les silhouettes d'un défilé à ce qu'un SDF aurait pu déniché dans un dépôt vente du 16ème. On voit tous l'idée, mais la formulation et surtout la comparaison me semble maladroite et offensante :-/
RÉPONDRE
CaroIl y a 6 mois
En même temps qu’est-ce qui n’est pas « offensant » en 2018 ? J’ai l’impression que c’est devenu un sport national d’essayer de se trouver tout le temps de nouvelles raisons d’être offensé. C’est le puritanisme 2.0 !
RÉPONDRE
AuroreIl y a 6 mois
Ma foi, ça m'offense moi, quand je pense aux SDF. C'est sans doute une formulation malheureuse, mais ce n'est pas parce que "tout est offensant en 2018" (je ne trouve pas d'ailleurs) qu'on doit cesser de s'offenser de ce qui nous semble malheureux ;)
RÉPONDRE
V.Il y a 6 mois
Je trouve que quelques critiques sont exprimées de façon trop fortes sous ce post.
Bien sûr la critique est légitime, mais souvent c'est la façon dont on l'exprime qui laisse impression, et entre "Non merci mais" et "Ce qui me hérisse le plus les poils", on navigue dans des registres qui pourraient être un poil (!) plus doux, et du coup permettre de meilleures discussions et du coup aussi être plus agréables pour les auteurs du blog (mais peut-être suis-je d'une trop grande sensibilité/susceptibilité). Anyway, j'espère que du coup je me suis exprimée correctement et sans heurts inclus ;-)
RÉPONDRE
WatsonaireIl y a 6 mois
Je partage ton ressenti :s
RÉPONDRE
AuroreIl y a 6 mois
C'était simplement un ressenti, je ne pense pas avoir été agressive envers Lise, mais je t'accorde qu'il n'est pas évident d'en juger sur internet :-/ C'est un sujet qui me touche beaucoup auquel j'ai réagi, comme tu dis on a tous nos sensibilités et susceptibilités, il est difficile de choisir les bons mots (ce qui rejoint ce que j'ai voulu dire quand je parle de formulation maladroite, ce à quoi nous pouvons tous être sujet)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Il n'y a aucun souci :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
;)
RÉPONDRE
EmaIl y a 6 mois
Oui !
Bon et j'ai trouvé la formule sur les SDF terriblement parlante
RÉPONDRE
La Loutre Il y a 6 mois
La collection Jacquemus est superbe, mais comment l'imaginer au quotidien dans des régions au climat rigoureux ?
Lise, un beau défi pour toi, non ? :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
La clientèle canadienne n'est clairement pas sa cible ;/ Ce n'est pas grave, cela m'obligera à prendre des vacances dans le sud de la France ;)
RÉPONDRE
....Il y a 6 mois
Du coup, face à la "polemique Chanel", qu'en serait-il advenu s'ils s'agissait également comme chez Calvin Klein, d'un sol en pop-corn?
La cible est un peu facile. La démesure des shows Chanel ne me choque pas. Et puis la collection était belle. Je serais hypocrite si je disais que le set n'apporte pas une part de magie à l'ensemble.
Et puis, Karl s'est-il vanté de la dimension ecolo ou est-ce une interpretation de l'association. J'ai entendu "nature" mais surement pas "ecolo"...

Jacquemus etait très rafraichissant, Balenciaga assez ennuyeux (les manteau cousus entre-eux...mouais).

La femme bourgeoise de Vuitton est interessante mais les chaussures sont assez horribles.
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 6 mois
Beau sentiment dans cet article, Chanel aurait sans doute pu faire son show dans une vraie forêt, mais comment auraient fait les rédactrices de mode avec leurs belles chaussures dans la boue ? ;-) Remarque, Karl aurait pu leur prêter des belles bottes en caoutchouc Chanel. Enfin, si le gâchis ne se limitait qu'aux défilés Chanel....

Jacquemus = sublime.
RÉPONDRE
jickyIl y a 6 mois
Jacquemus, c'est vraiment superbe...
RÉPONDRE
AnneIl y a 6 mois
Oups pardon pour les fautes de frappe.
RÉPONDRE
ColineIl y a 6 mois
Simon Porte Jacquemus aurait été un bien meilleur choix qu'Hedi Slimane pour Céline...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode