Road trip en Arizona #1

7146
Après un long hiver canadien, nous voici partis pour 9 jours de road trip en Arizona…
Environs de Sedona

Mardi


Nous quittons aux aurores un Toronto sous la neige pour atterrir quelques heures plus tard à Phoenix, où le thermomètre affiche 28 généreux degrés. Un passage rapide aux toilettes de l'aéroport nous permet de nous transformer en un clin d'oeil en joyeux estivants !
Pour cette première journée en Arizona, nous avons décidé de commencer en douceur en ne prenant possession de notre camping-car que le lendemain. Entre la fatigue du voyage, le décalage horaire et le fait de n'avoir jamais conduit ce type de véhicule, il nous semblait en effet plus sage de séjourner une nuit à l'hôtel.
De Phoenix, nous ne verrons que le quartier étudiant où nous logeons. L'atmosphère y est bon enfant. Les terrasses des restaurants sont joyeusement animées, les joggeurs portent des micros shorts, les morphologies extrêmement diverses se dévoilent sans aucun complexe, les personnes handicapées évoluent aisément sur les trottoirs, les sans-abris semblent dans leur bulle de douce folie, les pneus des voitures se révèlent énormes… et les gens sont souriants.
Devant une rafraîchissante margarita et une pizza médium qui aurait facilement pu nourrir un régiment de GIs, nous devisons gaiement sur cette « american way of life » qui ne cesse de nous étonner.
En rentrant vers l'hôtel, le coucher de soleil qui dessine en clair-obscur la silhouette des cactus nous laisse sans voix. L'aventure s'annonce des plus dépaysantes.
Page, Arizona

Mercredi


13h, quartier de Mesa. Nous arrivons chez le loueur. Particulièrement affable, ce dernier semble encore plus excité que nous à l'idée de notre futur périple. Le climax de son euphorie est atteint lorsque, n'y tenant plus, il nous annonce que nous allons bénéficier d'un modèle "brand new". Notre joie sincère paraît alors bien pâle au regard de son enthousiasme de vendeur professionnel…
Jamais je n'aurais cru louer un jour un camping-car. L'objet en lui-même - que les américains appellent « RV » - me déplaît esthétiquement et sa dimension "voyage tout confort" trouble mon âme de baroudeuse. Je l'assimile par ailleurs à une catégorie de personnes d'un certain âge davantage versées dans les mots fléchés que dans la randonnée à sensations fortes. Autant dire que lorsque je me suis rendu compte que la meilleure option pour découvrir l'Arizona avec un enfant de 4 ans était le camping-car, j'ai dû passer outre bon nombre de mes préjugés. Flambant neuf, ce véhicule à géométrie variable se révèle être au final un petit bijou bien moins kitsch que je ne le pensais…
Il est désormais temps de prendre la route. Nous n'avons qu'une envie : quitter la ville. Il nous faudra cependant passer encore une heure ou deux en milieu urbain pour acheter nos provisions. L'option la plus rapide se révèle être de faire nos courses chez Walmart. Nous y trouvons de tout… sauf du bio. Mais peu importe : une dizaine de jours sous pesticides/hormones/nitrates ne nous tueront pas…
Sur la route nous menant vers Sedona, les cactus qui parsèment les collines alentour nous émerveillent. Immenses et de formes diverses, ceux-ci font écho à tant de références cinématographiques, littéraires et photographiques qu'ils capturent notre attention sur de longs kilomètres.
Soudain, le camping-car se déporte sur la droite : de violentes bourrasques de vent font rouler devant nous des boules d'herbes sèches, déportent des nappes de terre à fleur d'asphalte et font tanguer notre nouvel habitat nomade.
La nuit est tombée depuis un peu plus d'une heure lorsque nous franchissons les portes de notre premier camping. Face aux RVs disposés en rangs serrés, je sens une pointe de déception entamer mon enthousiasme. Mes fantasmes de camping semi-sauvage s'évaporent. Tant pis…
Quelques minutes plus tard, Julien a transformé notre camping-car en micro appartement indépendant. Je perçois alors le luxe de ce type d'installation : eau courante (et donc douche), électricité, tout-à-l'égout… autant de points particulièrement appréciables lorsqu'on voyage avec un enfant de 4 ans et demi.
Horseshoe Bend

Jeudi


A l'aube, alors que le camping est encore endormi, nous observons avec Charles les hallucinants camping-cars de nos voisins, qui sont la plupart du temps de véritables bus. Des bus possédant des parties coulissantes qui, une fois déployées, permettent à ces derniers de gagner 40% de superficie. Au fil de notre voyage, nous nous rendrons compte que ceux-ci sont le plus souvent habités par de jeunes retraités ayant fait de la route leur terrain de jeu.
Encaissée entre des falaises aux harmonies de teintes saisissantes (strates ocres, rouges et jaunes), bordée d'arbres blancs, d'une rivière cristalline et de chalets pittoresques souvent imprégnés de l'énergie « new age » régnant à Sedona, la route qui nous emmène vers Page est d'une beauté à couper le souffle. Alors que ses lacets sinueux nous font gagner en altitude, de la neige volète soudain autour de nous. En sortant pour admirer la vallée, le froid nous saisit.
Vingt kilomètres plus loin, le paysage s'est métamorphosé. D'immenses blocs de roches rouges parsèment des plaines à la végétation fumée par le soleil. Ici et là, des stands délabrés proposent les productions artisanales des habitants des réserves avoisinantes. Terres arides aux minuscules bicoques et autres caravanes rafistolées, ces dernières me plongent dans une profonde mélancolie teintée de ressentiment. Cette sensation s'accentuera lorsque nous réaliserons que la population Navajo subit de plein fouet ce fléau américain qu'est la malbouffe. L'obésité n'est ici guère exceptionnelle. Voir ces descendants d'un peuple fier à la culture ancestrale abimés de la sorte et réduits à hanter le Mc Do bordant la réserve et à vendre des attrape-rêves pour touriste en quête de souvenirs est pour moi bouleversant.
Une fois installés à Page, nous filons avec Charles escalader le pan de roche aux strates orangées bordant le camping. L'ascension gentiment périlleuse remplit ce dernier de fierté. Une fois au sommet, le panorama qui s'offre à nous se révèle aussi grandiose qu'inattendu
Zion National Park

Vendredi


Le petit parking attenant au site de Horseshoe Bend est quasi plein. Nous parvenons néanmoins à loger notre encombrant véhicule entre un mini bus hippie et une caravane dopée aux hormones de croissance. Il nous faut ensuite parcourir un petit kilomètre à pied pour rejoindre cet endroit hautement apprécié des instagrammeurs en tous genres. Il fait bon, presque chaud. Je n'ose imaginer ce chemin de sable rouge sous un soleil d'été ; la chaleur doit être suffocante. Arrivée au bord de ce fabuleux précipice surplombé d'étroites esplanades naturelles, je suis à la fois saisie par la majesté des lieux et tétanisée par la folie généralisée qui semble s'être emparée des dizaines de touristes autour de nous. Pour un selfie ou une photo posée, ces derniers n'hésitent en effet pas à se percher à quelques centimètres du vide ou à prendre des poses ridiculeusement dangereuses (voir ici, ici et ). Je m'interroge également sur l'inconscience des responsables du site : les crevasses plongeant sournoisement vers le Colorado qui serpente quelques centaines de mètres plus bas ne sont pas signalées ; il n'y a également aucune barrière pour protéger d'un faux pas.
Après avoir escaladé les pentes aux courbes marbrées du plus haut point de vue du site, Charles, intrigué par les empilements de pierres « tibétains », entreprend de réaliser la sienne… À deux pas du ciel, à quelques mètres du vide et face à cet horizon sublimement accidenté, notre périple prend tout son sens.
Peu après avoir pénétré en Utah, nous décidons de stopper notre camping-car face à une chaîne de montagnes et de déjeuner dans notre petite boîte à roulettes. Il y a quelque chose de basiquement magique à faire cuire des pâtes au milieu de nulle part et à les manger confortablement attablé en observant d'énormes corbeaux sautiller dans les herbes hautes…
Zion National Park
Après deux heures de route, nous arrivons à l'entrée du Parc National de Zion. Je n'en attends pas grand-chose, celui-ci ne faisant pas partie des « hot spots » ayant fait rêver l'adolescente que je fus. Or, je crois aujourd'hui que ce « non-enthousiasme » aura contribué à faire de ce moment le plus grand choc esthétique de ma vie. Il faut dire que la topographie de cet endroit s'avère tout simplement irréelle. Les montagnes, falaises et autres aiguilles rocheuses affichent en effet une telle perfection que la possibilité d'être dans un décor à la Disneyland nous traverse fugacement l'esprit. Au fond du canyon, une tranquille rivière - attention cependant aux crues torrentielles… - attire des troupeaux sauvages, l'eau dégouline le long des falaises sculptées par des siècles d'intempéries et les arbres bordent les cimes horizontales de ces gigantesques massifs rocheux. Nous repartons de cet endroit littéralement subjugués et nous nous promettons d'y revenir lorsque Charles sera un peu plus grand, afin d'arpenter les nombreux chemins de randonnée sillonnant le parc.
A une vingtaine de kilomètres du parc, nous nous arrêtons pour la nuit dans un camping agréable en tous points (accueil aimable, petite boutique permettant de dépanner, espace pour faire un feu, local sanitaire parfaitement propre). Une fois installés, la conversation s'engage avec nos voisins qui jouent de la guitare autour d'un feu. Le père - un Californien aux allures d'adorable baroudeur - nous présente son dernier né qu'il porte délicatement contre lui. Au fil de notre discussion, nous comprenons que les bambins s'ébattant autour de nous sont tous ses enfants. Cette « petite » famille de 8 personnes a choisi l'option « école de la vie ». Ici, personne n'est scolarisé, mais chacun est en avance sur les enfants de son âge. Untel joue divinement du violon, l'aîné dévore 2 livres par jour, tandis que les autres affichent une assurance espiègle faisant furieusement envie. Le clan vit dans une ferme en Californie et dès que l'occasion se présente prend la route pour sillonner le pays. La gentillesse, l'ouverture d'esprit, la générosité (nous trouverons le lendemain devant notre porte un sac rempli de délicieuses oranges) et la liberté de nos amis d'un soir me confirment ce que je pense de plus en plus : dans la vie, le seul chemin qui vaut la peine d'être suivi est celui que l'on trace soi-même…
Partager l'article
Par Lise Huret, le 20 mars 2018
46 commentaires
Tous les commentaires
ladyjajaIl y a 1 an
Un seul mot : waouh !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
;)
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 an
Oh ce rêve de voyage , merci
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
On se régale :)
RÉPONDRE
OliviaIl y a 1 an
Et le père californien de l'école de la vie, il ressemblait à Viggo Mortensen dans Captain Fantastic? Bonne continuation! J'adore les grands espaces américains et mon fils s'installe à Phoenix pour ses études en août
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Pas loin ! ;)

J'espère que tu pourras aller rendre visite à ton fils et en profiter pour aller découvrir l'Arizona :)
RÉPONDRE
MarinaIl y a 1 an
Tes récits sont toujours superbes !
Merci
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est vraiment gentil, merci :)
RÉPONDRE
MaïwennIl y a 1 an
Vraiment top, ça fait rêver ! Merci pour ce voyage :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
:)
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 1 an
Une belle évasion qui nous fait rêver et des photos qui donnent le vertige - c'est superbe !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci :)
RÉPONDRE
MathildeIl y a 1 an
Super récit de voyage ! ça fait rêver :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je te rassure, il y a des à côtés moins glamours ;)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 1 an
A lire ce récit j'ai eu des frissons, merci ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Vite un petit thé bien chaud pour te réchauffer :)
RÉPONDRE
anaIl y a 1 an
wwoowwww Lise
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
;)
RÉPONDRE
caroline lIl y a 1 an
Les photos, ces couleurs cette nature est magnifique! Et en plus tu rencontre Viggo Mortensen! ;-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je dirais qu'il fut la cerise sur la pile de pancakes ;)
RÉPONDRE
caroline lIl y a 1 an
t as pris une photo?? bahhh je rigole....on ne gâche pas de tels moments avec l instant selfie....
RÉPONDRE
TitiIl y a 1 an
Merci pour le voyage ! :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je t'en prie !
RÉPONDRE
léaIl y a 1 an
Lise, ton dernier paragraphe m'a beaucoup touché ! En effet, mes parents ont choisi de partir, avec mes quatre frères et sœurs et moi-même, sillonner les routes d'Europe en camping-car depuis deux ans ! Notre scolarité s'effectue donc à distance, et si (ayant 16 ans), je ressens parfois un certain besoin de sociabiliser, l'effet sur l'assurance et la confiance de mes frères et sœurs est peu croyable ! C'est une expérience fantastique, qui m'a permis de rencontrer des gens d'horizons différents, de prendre beaucoup de temps pour moi et mes passions, de me recentrer sur qui je suis vraiment et non sur le regard des autres.
PS : ton écriture est très belle, et ton voyage fait absolument rêver. Les paysages sont à couper le souffle.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Chère Léa, tu vis une expérience unique qui va contribuer à faire de toi une personne extraordinaire :) C'est merveilleux. Alors bien entendu, il est normal d'avoir des coups de blues et des moments de ras le bol mais cela n'enlève rien à la richesse de ce que tu vis.
Bon voyage !
RÉPONDRE
NoemieIl y a 1 an
POur avoir été en Arizona, au grand Canyon et Monument Valley: c'est juste wouhaou!! Une grande expérience sensorielle, visuelle et sonore.. Et corporel vu la secheresse de l'air!!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ah c'est cela les lèvres gercées... ;)
RÉPONDRE
Mathilde Il y a 1 an
Merci Lise pour ce partage. Les photos et le texte sont magnifiques. J'éprouve toujours de la reconnaissance / gratitude quand je découvre grâce à internet des endroits inconnus. Je ne sais pas si je ferai ou non un tel voyage, mais le voir à travers le format de mon téléphone m'a fait un bien fou, une respiration. Merci encore.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Via les stories, j'avais vraiment envie de vous emmener un peu avec moi sachant très bien que tout le monde n'a pas la chance de pouvoir faire ce genre de voyage. Alors si tu as eu l'impression de voyager un peu, j'en suis profondément heureuse :)
RÉPONDRE
annaIl y a 1 an
Merci !! c'est tellement beau et tellement bien décrit qu'on a l'impression d'être cachés dans ton RV :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Ah je savais bien que j'avais entendu du bruit dans le placard du fond ! ;)
RÉPONDRE
HeLNIl y a 1 an
Holà là je RÊVE de ce road trip depuis longtemps !! Est ce qu’au niveau logistique ce n’est pas trop compliqué de louer un camping car ? Est-ce que vous êtes passés par une agence « lambda » ? Bon sang tu (vous) m’as (avez) envoyé du rêve, comme souvent, mais encore un peu plus avec ce billet ! Mille mercis 😊
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci :)
Pour le RV, il vaut mieux bien se renseigner à l'avance car il y a de tout :/
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 1 an
Si tu part de Phoenix, "RV Rental Outlet" (notre loueur) est vraiment pas mal du tout :)
RÉPONDRE
HeLNIl y a 1 an
Merci pour ce précieux conseil Julien :)
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 1 an
Merci de nous partager ce magnifique voyage.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
:)
RÉPONDRE
Camille Il y a 1 an
FABULEUX ! Votre voyage fait écho à ce que j'ai vécu enfant avec mes parents, mon grand frère et ma petite soeur. Mes parents ont investi dans un camping-car quand j'avais 6 ans. Leur métier commun leur permettait d'avoir les vacances scolaires. Nous sommes partis à chaque fois sillonner la France tous les 5. C'était genial. On passait le temps du voyage à lire, à faire des jeux de société. On se sentait libre. Je garde un souvenir émue de tout ce que nous avons vu et je suis reconnaissant envers mes parents de nous avoir permis de vivre ça. Je pense à Charles pensera surement cela quand il sera adulte.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tu as eu beaucoup de chance : faire ce genre de périple avec sa fratrie, cela doit être magique !
RÉPONDRE
CamilleIl y a 1 an
C'est marrant. Un instant, je me suis demandée si j'avais oublié que j'avais déjà mis un commentaire... Mais non ! Même prénom et expérience quasi-similaire ! :)
RÉPONDRE
Camille Il y a 1 an
Nous nous sommes peut-être croisées sur ces routes. ;)
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 an
Génial!
Je ne pensais pas que l'Arizona "valait le coup"... Ca a l'air dingue en fait.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Il vaut 1000 fois le coup ;)
RÉPONDRE
CamilleIl y a 1 an
J'ai eu la chance de faire un tel voyage en mobile-home avec mes parents et mes frères et soeur (Mesa Verde, Painted Desert, Lake Powell, Arches National Park, Bryce Canyon, etc.). Je n'avais que 8 ans et je m'en souviens encore très clairement.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Charles a 4 ans et demi, je me demande ce qu'il retiendra de nos voyages... Là en attendant de prendre l'avion, on lui a demandé ce qu'il avait préféré durant ce road trip. Naïvement je pensais que j'aurais le droit à un truc du genre : ma rencontre avec un chien de prairie, le tipi indien aperçu au loin, les chevaux en liberté... Eh bien, non. Ce que mon fils a préféré lors de ce voyage de folie ? Les chips achetées dans une station service... hahaha ;)
RÉPONDRE
CamilleIl y a 1 an
C'est possible qu'il t'en reparle au fil des mois.
C'est le cas de ma petite fille (8 ans), qui voyage avec nous depuis le plus jeune âge. Même si elle ne se souvient forcément pas de tout, des images et des souvenirs restent.
Ca n'a pas l'air comme ça, mais il y a plein de choses qui les marquent.
En 2014, on a passé une semaine en Irlande. Elle se souvient encore de pas mal de choses, notamment d'avoir vu un dauphin au large de l'île d'Inisheer ; ce dernier était très intéressé par un bateau de pêche rempli d'araignées de mer ! Elle nous en a encore parlé ce soir !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode