Défilé croisière ChanelDéfilé croisière DiorDéfilé croisière Louis VuittonDéfilé croisière Gucci

Défilés croisière 2018 : ce qu'il faut retenir

2111
Si les Chanel, Louis Vuitton et autres Dior ont décidé cette saison de rester sur le territoire français pour dévoiler leur collection croisière, ceux-ci n'en sont pas moins parvenus à livrer des shows dépaysants. Il est vrai qu'entre paquebot de luxe pour voyage transatlantique relocalisé sous les arcanes du Grand Palais chez Chanel, amazones mexicaines évoluant au sein des écuries du domaine de Chantilly chez Dior et Labyrinthe Miró chez Louis Vuitton, ces griffes ont su trouver des écrins de choix à leur collection de mi-saison...
Défilé croisière Chanel

Chanel


Simples et parfaitement exécutées, deux des silhouettes ayant ouvert le show retiennent l'attention par leur efficacité chic (voir ici et ). On note au passage que la dimension "jeune estudiantine de bonne famille" de l'une et l'oversize parfaitement maîtrisé de la veste en laine bouclette de la seconde illustrent joliment ce que l'on apprécie chez Chanel.
Le tee-shirt croisière aperçu sur Sophie Martynova - et qui se verra certainement distribué généreusement à toute l'intelligentsia fashion - risque de réapparaître très vite sur les fils Instagram.
Travaillé sur une tonalité rouge délavé, le pantalon large à fines rayures apparaît comme un élément caméléon susceptible de s'adapter à n'importe quel dress code (voir ici).
Chanel ne serait pas Chanel sans quelques passages mettant à rude épreuve l'éthique des rédactrices de mode, qui n'ont souvent d'autre choix que de livrer des revues positives sur la collection de leur annonceur principal… (voir ici, ici et )
Défilé croisière Dior

Dior


Le détournement de la mythique toile de Jouy permet à Maria Grazia Chiuri d'insuffler à sa collection une densité nouvelle. En préférant les animaux de la jungle aux scènes champêtres et en boudant les traditionnels fonds blancs au profit de teintes plus organiques, cette néo-toile de Jouy prend ainsi des allures de subtil imprimé camouflage et confère un indéniable supplément d'âme à bon nombre des pièces de la collection (voir ici, ici et ). On note cependant que lorsqu'il se voit traité en mode plus classique, le thème "Jouy" perd indéniablement en force.
Richement brodées, les robes bustiers aux jupons de tulle - apparents ou non - parviennent, grâce à leur longueur cheville et leur ceinture corset reprenant certains codes de l'équitation, à marier féminité et modernité, apparat et fraîcheur (voir ici, ici et ).
Si l'on se doute qu'il ne fut pas très agréable de défiler sous la pluie, force est de constater que cet aléa météorologique confère une atmosphère assez unique aux clichés ayant immortalisé la collection (voir ici, ici et ).
Défilé croisière Louis Vuitton

Louis Vuitton


Pour les fans de Nicolas Ghesquière époque Balenciaga, un défilé Louis Vuitton est toujours un moment particulier. Chacun se demande en effet si les retrouvailles auront lieu et si oui, si elles seront en pointillés, joyeuses ou décevantes… Les réponses varient en fonction des saisons. Pour cette collection croisière 2018, le créateur s'inspire des lieux accueillant le défilé (la Fondation Maeght) et mise sur la portabilité expérimentale.
Afin de mettre en valeur ses cuissardes hybrides aux semelles de sneakers, Nicolas Ghesquière imagine des looks concentrant le volume sur la partie supérieure du corps, donnant ainsi naissance à des mini robes oversizes réchauffées - ou non - de blazers XXL sans manches (voir ici et ). Aussi photogénique qu'inattendu, le rendu final livre une vision intéressante de la féminité contemporaine.
Entre toilettes virginales cérébrales (voir ici et ), tenues médiévales futuristes (voir ici et ) et plumages décadents esprit "Miami sixties" (voir ici et ), le DA de Louis Vuitton mixe les influences à tout-va. Son fil conducteur : un désir constant de modernité.
Comme souvent au sein des dernières collections Louis Vuitton, la magie n'opère malheureusement pas à chaque passage... (voir ici, ici, ici et )
Nul doute que les mini robes patchwork ou cut out feront le bonheur des égéries de la griffe...
Le mix grège/orange/chocolat/or/blanc fonctionne parfaitement (voir ici).
On note enfin que Louis Vuitton a sollicité les services d'un chaman brésilien (comme il le fait depuis plusieurs saisons) pour empêcher que la pluie ne tombe au moment du défilé. La pluie s'est ainsi arrêtée juste avant le show, avant de reprendre peu de temps après...
Défilé croisière Gucci

Gucci


Alessandro Michele tient sa revanche : après s'être vu refusé l'année dernière le Parthénon d'Athènes, il est parvenu cette saison à faire de la nécropole romaine des Alyscamps - un lieu classé au patrimoine mondial de l'UNESCO - la cimaise de son défilé croisière. Un défilé qui, entre allées bordées de flammes rasant le sol, sons de cloches, musique lugubre et obscurité (le show débuta à 22h) entraîna les 400 invités en plein coeur de l'univers fantasmagorique de la poule aux oeufs d'or de Kering.
La logorrhée stylistique d'Alessandro Michele donne une fois de plus naissance à une multitude de pièces hétéroclites composant les désormais fameux cadavres exquis de la griffe à la décadence mystique et à la bizarrerie assumée.
Les deux combos de couleurs marron/rose thé/vert amande/touche de rose stabilo et café au lait/beige/rose pâle/touche de bleu canard brillent par leur chaleureuse douceur british.
Le pantalon 70's à pattes d'eph' oversize a des allures de best-seller (voir ici).
La cage thoracique bijoutée repousse les limites du style goth'… (voir ici)
Les friandises gucciennes de saison rendent hommage au château Marmont, lieu de villégiature et de débauche du gratin hollywoodien (voir ici et ).
Au rayon accessoires, ce sont une fois de plus les lunettes de soleil qui retiennent le plus l'attention. Toutes plus fantasques les unes que les autres, celles-ci se révèlent être des concentrés du "Gucci spirit" actuel (voir ici, ici et ).
Partager l'article
Par Lise Huret, le 01 juin 2018 dans Défilés
11 commentaires
Tous les commentaires
miss agnesIl y a 1 an
Gucci, j'suis pu' capab' (comme disent mes amis Québécois). Le méli-mélo couleurs et imprimés dans tous les sens + les lunettes Bill Gates années 80, sérieux, ça devient un peu lourd.
Sinon, à quand le designer qui demandera à ses modèles de sourire un peu, parce que franchement, bonjour l'ambiance.... Resort c'est pas censé signifier croisière, vacances, et tout ce qui va avec ? Ah, Inès de la Fressange et son sourire explosif chez Chanel me manquent (je sais, c'est vieux, mais c'était vraiment sympa).
RÉPONDRE
Réré Il y a 1 an
Je suis toujours fâchée avec Nicolas Ghesquiere .
RÉPONDRE
EmaIl y a 1 an
Ces gens ne vendent que des sacs bon ?
J'adorais Nicolas G chez Balenciaga, c'était peut-être trop simple là il me perd complètement. Ni Demna, ni Gucci, entre les 2, qui achete ça ?
RÉPONDRE
elsaIl y a 1 an
Oh ! bravo pour les imprimés de Dior et les associations de couleurs de Gucci ! Je ne suis séduite que par les matières. Pour les coupes, je suis larguée. On ne devine même plus les corps, là-dessous. C'est de l'art pur sans doute : incompréhensible et pas portable.
RÉPONDRE
sIl y a 1 an
Je trouve que sur les images montrées Chanel fait trop ou strict ou trop cheap dépouille. Dior, j'adore l'idée de la toile de Jouy, dans n'importe quelle couleur c'est ok pour moi car ce tissu me fascine. Chez Vuitton, j'aime bien les silhouettes sauf justement les fameuses cuissardes avec semelles de sneakers qui gachent plutôt les tenues à mon goût..Et Gucci, j'adore les imprimés médiévaux ou vénéneux, mais pas quand les silhouettes vont trop vers le "Deschiens" style ;)
RÉPONDRE
fannyIl y a 1 an
Mais pourquoi on parle encore de Chanel en fait ? ça doit faire 130 ans qu'on voit la même collection, c'est d'une tristesse ces vieux ensembles pour vieilles bourges..
RÉPONDRE
VictorIl y a 1 an
Faut bien que les « vieilles bourges » (🙄) s’habillent quelque part. De toute façon le PAP Chanel n’est pas là me semble-t-il pour lancer des tendances. Le côté « mode » se passe sur les accessoires, les décors, etc.

Personnellement j’aime le PAP Chanel, même si je ne suis pas vraiment cible de la marque.

Ghesquière, toujours sublime (les chaussures, bon..)! Dior.. je me lasse de la silhouette robe bustier, jupon à moitié transparent, ceinture marquant la taille, chapeau, rangers.. On commence à comprendre. Mais la pluie, le lieu, certaines vestes parfaitement coupées avec un tissu qui semble magnifique (même via Internet)! Les ventes sous Chiuri ont-elles significativement augmenté?

Quelle ambiance Gucci! Et c’est fun, ça se prend pas au sérieux!
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 an
Oui, ce serait intéressant d'avoir une idée des chiffres de vente de Dior (et, plus généralement, des différentes maisons quand ils changent de créateurs), avec le dispatch PàP et accessoires... Ok, je sais, c'est sans doute impossible à obtenir, même en interne
RÉPONDRE
lili185Il y a 1 an
J'aime beaucoup les cuissardes hybrides chez Vuitton , mais très inspirées de l'esthétique Rick Owens ??
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 an
" quelques passages mettant à rude épreuve l'éthique des rédactrices de mode"... J'ai bien ri!
Sinon, Dior, c'est pas si mal; Chanel a des hauts et des bas, LV, je ne comprends pas et Gucci, c'est rigolo (et très rentable, visiblement?)
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 an
Je retiens que la cuissarde est toujours là :-)

Je trouve du bon et du beau dans ces 4 collections. Je suis enchantée.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode