Maye MuskLyn Slater

Chronique #108 : La maturité, plus inspirante que la beauté juvénile ?

4218
Entre une jeune fille à la beauté lisse et une femme mûre à la vie déjà riche, qui est la plus susceptible de nous inspirer ? Voici la question qui semble agiter actuellement le fashion/beauty cosmos...
Maye Musk
Succombant à une tentation universelle, l'industrie de la mode et de la beauté a longtemps fait du jeunisme un des piliers de sa communication. Persuadés que cela leur permettrait de séduire massivement les jeunes consommatrices et d'amener leurs mères à assouvir leur frustration en consommant des produits associés à une jeunesse éternelle, les démiurges du marketing expurgeaient ainsi systématiquement de leurs productions visuelles toute notion de vieillissement ou de temps qui passe.

À tel point que jusqu'à encore récemment, l'absence de rides sur les visages des campagnes L'Oréal, le lifting virtuel des actrices à peine trentenaires figurant au sein des campagnes Louis Vuitton ou encore la jeunesse fracassante des égéries Chanel constituaient la norme. Une norme qui, n'en déplaise aux accros de l'épiderme lisse, est actuellement en train de se fissurer...

Depuis 2015, on constate en effet un intérêt croissant pour des femmes de plus de 50 ans (à l'instar de Lyn Slater et Maye Musk, qui ont vu leur nombre de followers Instagram exploser ces dernières années). À tel point que les marques ont dû revoir leurs cahiers des charges esthétiques, afin d'incorporer à leur communication ce nouveau type d'influenceuses (Maye Musk défila ainsi récemment pour Dolce & Gabbana, tandis que Lyn Slater posa pour Mango).

Or, on aurait tort de penser que l'arrivée de ce profil de femmes s'explique uniquement par le besoin d'attirer les baby-boomers au sein des enseignes à la mode : l'attrait intergénérationnel provoqué par celles-ci n'ayant pas échappé aux bureaux de tendances, ce sont bel et bien les femmes de 16 à 100 ans qui sont ciblées par cette nouvelle représentativité des femmes mûres.

On note également que si le manque de profondeur et le jusqu'au-boutisme esthétique de l'univers de la mode et de la beauté peuvent parfois agacer, les forces animant cette sphère joyeusement superficielle vont - pour une fois - ici dans le sens de la raison et de l'épanouissement au long cours de la gent féminine.

Car si le fait d'offrir comme modèle aux femmes des jeunes filles à peine sorties de l'adolescence et choisies uniquement pour leur beauté est fondamentalement stérile, destructeur, vide et absurde, mettre en lumière des femmes dont le visage reflète une vie dense, dont le parcours permet d'éclairer le nôtre, dont le style prend le pas sur la perfection physique et dont l'apaisement permet d'envisager le futur avec sérénité est à l'inverse porteur, motivant, riche et inspirant.
Lyn Slater
Face à une Joan Didion posant pour Céline (2015), on n'a en effet pas envie de se lancer dans un énième régime, ni de prendre rendez-vous avec notre chirurgien esthétique, mais plutôt de nous remettre à la peinture, de planifier un road trip sur la côte californienne ou d'essayer de terminer ce roman inachevé traînant sur Google Drive.

En contemplant Yazemeenah Rossi au sein du lookbook The Dreslyn x Land of Women, on ressent le besoin intense de tout mettre en oeuvre pour avoir nous aussi un jour ce regard lumineux que seules possèdent les personnes ayant fait la paix avec elles-mêmes. On se dit également que les heures passées à lutter stérilement contre les signes de l'âge (teintures, injections…) pourraient être utilisées à autre chose ; on comprend que l'acceptation est plus profitable que la lutte.

Enfin, devant le portrait de Daphne Selfe au sein du Harper's Bazaar, on réalise à quel point le fait d'être élégante - tant dans son port de tête que dans son attitude générale - est plus impactant sur l'allure que n'importe quel produit de beauté hors de prix.

Au final, si je ne sais pas si ces femmes feront davantage vendre que leurs très jeunes homologues, une chose est néanmoins certaine : les pensées qu'elles génèrent se révèlent bien moins stériles que celles que pouvaient susciter leurs collègues à peine sorties du lycée…  

PS : En ce qui me concerne, c'est cette photo de Dorothea Lange qui, de par l'espièglerie, la sophistication et le naturel qui s'en dégagent, me permet actuellement de mieux accepter mes cheveux blancs.
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 28 septembre 2018
Vous aimerez également
Chronique #112 : New York
Il y a 3 jours - 14
EN SAVOIR PLUS
Chronique #110 : Shopping virtuel
Il y a 11 jours - 31
EN SAVOIR PLUS
18 commentaires
Tous les commentaires
EmmanorIl y a 1 mois
Les femmes présentées ont largement plus de 50 ans !!!
c'est un peu comme pour le poids, il y a un vide "au milieu" !!!
A 50 ans,on n'a plus la peau jeune et on n'est pas encore "patinée". je sais de quoi je parle, j'ai 51 ans. Age un peu ingrat finalement.
RÉPONDRE
anjeIl y a 1 mois
Merci d’aspirer à inspirer les femmes à travers des miroirs intérieurs aux reflets de réalisation de soi, de bien être à travers les âges, d’exploration de ses potentiels…
Car oui il est évidemment difficile de bien vieillir avec pour seule promesse le miroir déformant de jeunes filles aux plastiques intangibles que nous tendent les marques de mode
Quant aux femmes mentionnées dans l’article, je ne sais pas si elles m’intéressent- je ne les connais pas -mais on peut en effet souhaiter que leur présence libère les esprits sur la richesse de la vie des femmes quand le corps n’est pas l’objet de toutes les attentions.
RÉPONDRE
NasIl y a 1 mois
Aujourd'hui même je me promenais dans Paris 16 et j'ai croisé une dame sans doute retraitée allant chercher son pain, dont le style m'a interpellé : je me suis dit « qu'est ce qu'elle est cool et élégante a la fois ! Finalement elle plus audacieuse plus que les jeunettes !». Et puis je me suis aussi rappelé des dames que je croisais à Saint Germain des Prés, le visage figé et tiré, la bouche surgonflée.. finalement je dirais que peut importe l'age, il n'y a pas d'age pour avoir du chien ou de l'élégance !
RÉPONDRE
LuisasiIl y a 1 mois
Je suis assez d'accord avec Emmanor, il y a un gros vide . Entre 50 et 65.70 ans on demande encore aux femmes de "faire jeune" . On pardonne aux femmes bien plus âgées leur vieillissement, comme sur ces photos. C'est un progrès certes, mais qui me semble un peu factice encore. Et il est aussi remarquable que ces femmes âgées sont quasiment toutes remarquablement minces.
En tout cas, merci pour vos réflexions et photos.Vos articles sont toujours pertinents, même si je ne suis pas forcément d'accord.Et vous êtes le seul blog que je lis encore !
RÉPONDRE
GaëlleIl y a 1 mois
Merci Lise pour cet article! En y repensant, je me suis plus souvent retournée pour regarder le style d'une femme mûre que celui d'une "jeunette". Il y a quelque chose de moins attendu et de plus apaisé.
RÉPONDRE
ZeilaIl y a 1 mois
Chère Lisa, la quadrature du cercle n'est pas facile à rejoindre.
Tu le disais il y a quelque jour: tu as horreur de prendre du poids, et en même temps tu prônes la diversification des morphologies… La, c’est pareil : Je ressens le besoin de pouvoir choisir si me soumettre ou non aux démarches nombreuses et variées de chirurgie et dermatologie esthétique que ce marché nous adresse tout particulièrement, mais simultanément, comme je n’ai jamais été « belle » (beaux cheveux, beau physique, beaux yeux…bref : rien, toujours en lutte !) j’espère qu’à chaque fois que j’achète une crème antirides et raffermissante… cela marche enfin pour de vrai ! A chacune ses besoins, pour être bien dans sa peau et pour se construire enfin comme on nous aime. C’est pour nous, pas pour les autres.
RÉPONDRE
Stylish GirlIl y a 1 mois
La femme de 50 ans est représentée par les anciens top model sur le retour, les mums managers type Yolanda Hadid et Kris Jenner ainsi que certaines présentatrices TV comme Christina Cordula. Bref a mon sens il y a un progrès dans la représentation de tous les ages.
RÉPONDRE
SylvieIl y a 1 mois
J’ai 55 ans, je suis dans la categorie des jeunes vieilles, ou des vieilles jeunes, selon le point de vue, et si je me sens bien dans cet âge, c’est en partie grâce à mon époque. J’ai cette chance d’avoir pu faire mes choix, travailler , avoir des enfants, faire du sport, changer de boulot, gommer une ride, porter des baskets, me mettre en short, voyager seule , me rebeller, me réinventer, rigoler comme une dinde avec mes copines, bref, être libre. L’occident moderne a ses faiblesses, mais il a su créer un formidable espace de liberté pour les femmes. Elles peuvent aujourd’hui avoir une vie qui reste entière et pleine jusqu’a leurs vieux jours. La ménopause, marqueur de la fin de la fonction reproductive, n’est plus la borne fatale de la séduction féminine. Elle est devenue au contraire la porte ouverte vers une nouvelle ère porteuse de promesses : celle d’une nouvelle énergie, d’une forme d’hedonisme plus généreux et d’une confiance née de tout ce chemin déjà parcouru.
RÉPONDRE
ClemIl y a 1 mois
Quel beau message Sylvie, merci pour ce commentaire qui se distancie des “rides et des kilos” pour valoriser ce qui importe et ce qui fait fait l’accomplissement de soi.
RÉPONDRE
CaIl y a 1 mois
Oui merci Sylvie ♡
RÉPONDRE
BleumarineIl y a 1 mois
C'est un très bel article qui fait se poser pas mal de questions sur ..... La beauté.....
J'ai moi même à peu près l'âge de ces dames ( hélas ).... Et il est plus que temps que le milieu de la mode , entre autres , s' intéresse enfin à toutes les femmes.....

Celles-ci sont toutes très belles évidemment ....Mais aussi très "sophistiquées".....
Comme toi Lise je préfère Dorothea..... justement parce qu'elle est belle sans apparemment rechercher cette beauté à tout prix.....C'est sa personnalité qui
irradie.............
RÉPONDRE
CaIl y a 1 mois
Ouiiii j'adore voir ces femmes stylées!!!!!! J'ai moins peur de vieillir et je me dis "bin oui je serai une mamie stylée"
Je me souviens dans un de mes jobs d'une "mamie" incroyable. Elle aurait pu être Marilyn Monroe vieille, elle avait ses boucles blanches et courtes, une allure incroyable très classe! Et souriante, sure de son charme! ( j'ai d'ailleurs appris par la suite qu'elle était avec un "ptit jeune" 😂 )
Cette femme a marqué mon image de la femme et m'encourage à certes savourer ma trentaine mais aussi à me dire que quand je serai (plus) vieille, je veux garder le plaisir de prendre soin de moi et que ça sera juste une autre aventure!!
Merci pour cette article!
RÉPONDRE
GranpiIl y a 1 mois
Gigi a 48 ans (et toutes ses dents) et comment dire... son âge ça lui fait une belle gambette (qu'elle a fines et moins velues qu'à 20 ans, et ouais lorsqu'on vieillit, le poil se raréfie ^^), vu qu'elle est follement amoureuse de JC: l'amour c'est la meilleure crème anti-âge qu'elle a trouvé.
J'vous ai dit que lorsque je parle de moi, j'utilise la 3ème personne du singulier??
RÉPONDRE
caroline lIl y a 1 mois
Oui les femmes en âge d'être grand-mère sont bien mises en avant et cela fait du bien et comme tu le dis elles sont tellement inspirantes!! Tiens tu n as pas mentionné la fameuse Iris Apfel? Sinon il y a quand même une tranche d'âge qu'on voit beaucoup moins c est les 40/50? On est entre deux, il faut choisir son camp resister cheveux gris/blanc/ ou pas....accepter ou pas les rides qui s installent ...c est l entre deux ... et pourtant c est une tranche de vie toute aussi interessante!
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 1 mois
Nous, les matchingpoints, nous sommes des sexas et évidemment, nous sommes RAVIES de lire votre article ! Nous ne pouvons qu’esperer que cela ne restera pas uniquement un effet boosté par des questions marketing ! En effet, les « nouvelles » mamies et arrière mamies gardent leur féminité, leur attractivité même. Vos exemples ne sont pas la moyenne (très minces et excentriques) mais comme tout icône, elles peuvent encourager. Garder et même développer son style, assumer sa vie et son passé, serait-ce le nouveau critère anti-âge de la beauté ?
RÉPONDRE
elsaIl y a 1 mois
Quand je serai grand-mère, je voudrais des bourrelets et une grosse poitrine. Pour que les câlins que je ferai à mes petits-enfants soient aussi confortables que ceux de ma Mamie. Les rides et les cheveux blancs, je prends. Les clavicules creuses et les hanches anguleuses ne font pas partie de mon idéal, même si c'est vers ce physique que je me dirige. Est-ce qu'une grand-mère maigre peut avoir l'air douce et chaleureuse ?
RÉPONDRE
sylviaIl y a 1 mois
Mais enfin , qu'est ce que c'est que ce cliché? :)) les calins avec une grand mère , qu'elle soit mince ou ronde, restent des calins.
J'ai 60 ans depuis cet été, mince car c'est mon adn et surtout c'est ainsi que je m'aime et que je me sens bien.
Autant te dire que lorsque je serai grand mère, je vais faire des sacrés calins et ils seront grandement appréciés tout comme les calins que je faisais à mes enfants l'étaient. C'est ce qu'on dégage qui prime, une certaine allure, une élégance , le fait d'être bien dans sa peau et en accord avec soi même , mince ou ronde peu importe :))
RÉPONDRE
EmaIl y a 1 mois
Moi, tant qu’on prendra mon chien de 12 ans pour un chiot je me sentirai « jeune », au sens de vivante et réjouie ! Et oui, je le prends personnellement.

Sinon, dans la vieillesse, je n’aime pas le fait pas ne plus voir de près. J’ai l’impression d’avoir vieilli à mort à cause de ça !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode