Anniversaire

Chronique #113 : L'anniversaire canadien

2060
N'ayant connu dans mon enfance que des fêtes d'anniversaire "artisanales" où chasse au trésor, gâteau fait maison et bonbons chimiques suffisaient à nous réjouir, j'ai eu beaucoup de mal à me faire aux "birthday parties canadiennes" pour enfants de 4 à 5 ans, qui tiennent à mes yeux plus de la démonstration de force que du moment simple et festif...
Anniversaire
Pour fêter l'anniversaire de leur adorable bambin, les Canadiens choisissent la plupart du temps - j'imagine qu'il y a des exceptions - de louer un espace neutre, à savoir un endroit autre que leur propre logis (ce qui les met à l'abri d'éventuels problèmes d'assurance). Dans cet espace souvent situé sur une zone commerciale, les enfants et leurs parents - qui sont tacitement contraints d'assister aux festivités - sont accueillis par le parent organisateur dont le sourire crispé et le regard laser scannant en permanence le périmètre festif trahissent son état mental : il n'est pas loin du burn-out.

Après avoir laissé notre manteau au vestiaire, nous nous dirigeons vers l'autel aux cadeaux, où chacun dépose son présent en offrande. Un présent qui ne sera pas ouvert devant l'assistance et qu'il est de bon ton de placer dans un sac "spécial anniversaire" garni d'une multitude de papiers de soie. À force d'avoir l'impression d'arnaquer le petit roi de la fête avec ma boîte de Playmobil simplement emballée (alors que les autres sacs à cadeaux s'avèrent tous plus majestueux les uns que les autres), j'ai fini par faire mienne la technique consistant à glisser son cadeau - aussi petit soit-il - dans un packaging volumineux...

Les enfants sont ensuite invités à s'installer autour de larges tables où, une heure durant, des animateurs leur feront faire une activité manuelle : de la confection de "gingerbread houses" à la création de masques, en passant par la peinture sur soie (oui, oui…) et la fabrication de "slime" (une idée merveilleuse qui rendit totalement hystériques les mamans lorsque leurs inventifs chérubins se mirent à goûter la mixture toxique/à projeter des filaments collants bleu chimique sur le manteau doudou Max Mara d'une des mères/à étaler en guise de masque régénérant leur pâte gluante sur le visage de leur voisin), les offres proposant d'occuper artistiquement une vingtaine d'enfants sont légion et le marché est très demandeur.

Et si l'on pourrait légitimement supposer que pendant ce laps de temps, les parents peuvent tranquillement échanger sur les meilleurs "summer camps" de la ville autour d'un plat de crudités découpées esthétiquement, ce serait mal connaître les règles de ce genre d'évènements. Assister à une "birthday party" est en effet loin d'être une sinécure, même s'il convient de n'en rien laisser paraître.

Le parent se doit ainsi de superviser subtilement son enfant (afin que celui-ci suive convenablement les consignes des animateurs), tout en donnant l'impression que ces derniers ont parfaitement les choses en main. Dans le même temps, il devra être capable de mener joyeusement une, voire deux conversations simultanées avec les mères ou les pères se trouvant à ses côtés. Vers la fin de l'heure d'activité, il devra réussir à maîtriser son enfant, qui n'a alors plus qu'une envie : se dégourdir les jambes et aller dévorer les chips du buffet.

Si la fête a lieu en fin d'après-midi, l'adulte organisateur aura probablement commandé des pizzas (il est d'ailleurs assez cocasse de constater que les parents sont souvent aussi excités que leurs enfants à l'idée de dévorer une part de margherita). Une fois les estomacs apaisés survient un moment de flottement assez étrange, où les enfants se muent en leurs héros préférés et engagent une bataille rangée, tandis que les parents tentent désespérément de trouver des sujets de conversation.

Arrivé à ce point, la recherche effrénée d'excuses pour m'éclipser avec Charles - alias Iron Man/Tintin/Astérix - se met à faire crépiter mes neurones. C'est souvent à ce moment que les lumières s'éteignent et que le gâteau - esprit Bogato - et les cupcakes surgissent tels des îlots sucrés scintillants.

La surdose de glucides simples achève alors de rendre ingérables les enfants : le slime vole, les gingerbread houses se font grignoter par des quenottes en perdition et les cupcakes expérimentent la notion de gravité, le tout sous le regard stoïque (impossible de trop froncer les sourcils, botox oblige) et le sourire diplomatique des parents (mon enfant n'est pas terrible, il a juste un sens de l'humour très précoce, et puis il est tellement photogénique !). Des parents dont la capacité à donner l'impression d'être dans une bulle les rendant hermétiques au brouhaha sonore et au stress généré par ces 20 petits êtres semblant avoir abusés de substances illicites me laisse sans voix.

La torture Les festivités se termineront par la distribution de "gift bags", à savoir une pochette-cadeau individuelle garnie par les parents de l'enfant fêtant son anniversaire et dont le contenu fait office de marqueur social. Le cookie de pâtissier conçu spécialement pour l'occasion marquera ainsi plus de points qu'une poignée de chocolats Lindt, la jolie décoration en feutrine davantage que le sifflet de farces et attrapes, et ainsi de suite…

Il ne nous restera alors plus qu'à rentrer chez nous, à coucher notre enfant (qui s'est endormi épuisé dans la voiture), à nous servir un whisky bien tassé une verveine, à faire le récit des événements à notre mari en mode "one woman show" et à essayer de récupérer… jusqu'à la prochaine birthday party.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 18 décembre 2018
Vous aimerez également
Chronique #128 : Moments de vie
Il y a 9 jours - 23
EN SAVOIR PLUS
Chronique #126 : Transmission, art et complicité 
Il y a 23 jours - 43
EN SAVOIR PLUS
Chronique #125 : Mes 3 looks tout-terrain
Il y a 1 mois - 32
EN SAVOIR PLUS
60 commentaires
Tous les commentaires
GaranceIl y a 6 mois
Je pense que je vais faire des cauchemars cette nuit, Lise ! Pour moi qui ai un réel sentiment d'angoisse face aux situations sociales et au bruit, je n'ose même pas imaginer la torture.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
;)
RÉPONDRE
MarieIl y a 6 mois
Idem pour moi, angoisse face aux situations sociales et au bruit, cela me soulage de te lire, j'ai parfois l'impression d'être seule ainsi.
Lors des anniversaires de mes enfants, je me sauvais et mon mari gérait cela.
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 6 mois
Si heureuse de vivre en France....
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Le mode de vie français a en effet de nombreux bons côtés. Personnellement, il a fallu que j'aille vivre à l'étranger pour m'en rendre compte :/
RÉPONDRE
alexandraIl y a 6 mois
graaaaave lol !! bien qu'étant à Montréal où la vie est nettement moins portée sur le m'as-tu-vu, c'est vrai que je regarde souvent la France à présent avec plus de tendresse pour un tas de raison... c
RÉPONDRE
LnnaIl y a 6 mois
Euh. Je vis au Canada, et non, ils ne se passent pas tous ainsi et s'il fallait généraliser, ouf, t'es pas sortie du bois.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Eh bien cela me rassure !
RÉPONDRE
LnnaIl y a 6 mois
Justement, c'est exactement le problème avec ce genre de titres et d'articles généralisateurs - partir d'une expérience personnelle, pour en titrer "ça y est, les canadiens sont ainsi".... Malaise.
RÉPONDRE
PatriciaIl y a 6 mois
Malaise, en effet. La généralisation de la vie sociale et culturelle de Toronto comme représentant l'ensemble du Canada est très problématique (et relativement insultante) lorsque lue par des lecteurs et lectrices Canadien-nes. Au même titre que prendre Paris pour la France n'est clairement pas apprécié par la majorité des Français-es.

Au mieux, il faudrait préciser qu'il s'agit des anniversaires des élites socioéconomiques de Toronto; au pire, préciser qu'il s'agit du Canada anglophone et métropolitain.

S'il faut jouer aux analyses sociologiques, un peu de sensibilité à la situation culturelle canadienne, avec un minimum d'égard vis-à-vis la complexité qui la caractérise, ne serait pas de trop.
RÉPONDRE
PaulineIl y a 6 mois
Je rejoins Lnna et Patricia : une telle généralisation est EXTREMEMENT problématique. Comment peut-on écrire de telles choses ?

C'est monstrueux.

A quand une loi contre cela ?

MALAISE...
RÉPONDRE
EmaIl y a 6 mois
Je vis en France et même si ça m’a l’air plus simple, le côté mamans qui se transforment toutes en Miss Make my Lemonade pour le birthday du petit m’angoisse déjà. Ambiance piñata maison raffinée. C’est presque pire.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Ah ah ah ! J'imagine ;)
RÉPONDRE
AlixIl y a 6 mois
Pas si tu vis à la campagne ;)
RÉPONDRE
OliviaIl y a 6 mois
Ben moi, je vis aux Etats-Unis, des enfants maintenant grands, et oui, ça se passait quand même très souvent comme ça, la cacophonie, le sucre, la non-ouverture des cadeaux, les pizzas et le gâteau technicolor de rigueur, la convivialité forcée qui est juste un exercice obligé, teintée d'une indifférence à peine voilée où aucun lien d'amitié avec les parents ne s'est jamais tissé. Quand je repasse devant une de ces enseignes (mon lieu de torture ici s'appelle Chuck E. Cheese's), j'en ai encore une vague nausée.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Dans mes bras Olivia ! C'est exactement cela...
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 6 mois
Ahaha, j'ai bien ri, je vois un peu le genre mais fort heureusement, non, toutes les fêtes d'anniv ne se passent pas comme ça, en tout cas à Montréal. Perso, j'ai maintenu la tradition : un gâteau, des bonbecs, et laisser les enfants s'amuser tous ensemble. Et le gift bag est souvent remplacé par le droit de choisir un des ballons à l'hélium pour emporter chez soi. Ça marche bien franchement et au moins, je recycle ma déco :D
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Cela vient peut-être du fait que Charles est dans une école privée et que les parents se mettent une pression terrible pour être au top en toutes circonstances... Je ne sais pas ;/
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 6 mois
Il y a peut-être ça, mais je pense aussi que le côté anglo du Canada se rapproche des US, pour tout ça. Les Québécois sont quand-même vachement plus relax.
RÉPONDRE
ValérieIl y a 6 mois
A la fin d'Apocalypse Now, quand Kurtz / Brando murmure "The horror... the horror", maintenant on sait à quoi il faisait référence...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Tu viens de m'offrir un bon fou rire ! Merci :)
RÉPONDRE
ValérieIl y a 6 mois
A Québec, quand j'étais petite, mes amis venaient à la maison sans leurs parents qui repartaient, et ma mère faisait un gâteau et on jouait normalement. Pas de cadeau de départ pour les amis, et je n'ai pas le souvenir d'en avoir reçu à leurs anniversaires. Parfois c'était au McDonald's, parfois chez eux. C'était bon enfant. Je crois que c'est beaucoup une question de milieu social. Les anglophones riches de Toronto sont sans doute plus angoissés par leur standing et leur image... et imprégnés de certaines traditions.
RÉPONDRE
LucieIl y a 6 mois
J'ai l'impression qu'il doit surtout avoir une différence entre le Québec (avec une culture assez française et donc plus "simple" socialement) et la partie anglophone du Canada, qui se rapproche probablement plus des EU et son côté control freak...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
A la lecture de vos commentaires, j'ai effectivement l'impression que tu as raison :)
RÉPONDRE
SupertomateIl y a 6 mois
Oui, c'est exactement ça. Quoi que les Québécois restent bien des anglo-saxons francophones sur pas mal d'aspects ;)
RÉPONDRE
JulieIl y a 6 mois
En lisant ton article une seule question me vient: pourquoi t'imposes-tu ça ? Ne peux-tu pas simplement laisser Charles sur place ''seul'' (avec les autres enfants/parents-hôtes) ?
En tous cas je suis contente de vivre en France et d'avoir eu des anniversaires simples ou ma mère faisait un gâteau, organisait une pêche à la ligne et où mes amis étaient invités sans leurs parents !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 6 mois
Parce que cela ne se fait vraiment pas... Et que cela reviendrait à ce qu'un autre parent se sente obligé de superviser Charles ;)
RÉPONDRE
EmmaIl y a 6 mois
Je comprends que ca ne se fait pas, mais comment font les parents qui travaillent si c'est en semaine ?
Ils prennent une demi-journée ?
RÉPONDRE
slowIl y a 6 mois
C'est la nounou qui remplace !
RÉPONDRE
Il y a 6 mois
Avec le recul, assez contente d'avoir été une "mère indigne": pas d'anniversaires organisés avec les copains et comme de plus mes enfants (invités malgré tout) détestaient le bruit, l'hystérie, les animations stupides et les sucreries , ils refusaient régulièrement de se rendre à ces goûters.
Nous avons vécu aussi au Japon. A l'époque rien de semblable existait. Les âges "porte bonheur"de l'enfance (3 ans, 5 ans, 7 ans) étaient fêtés en famille au temple Shinto, lors de célébrations festives honorant les enfants.
RÉPONDRE
TaraIl y a 6 mois
c est vrai, et c est toujours le cas. Je trouve belle l idée que tous les enfants du même âge soient célébrés en même temps,plutôt qu'individuellement. dans la famille de mon mari les anniversaires sont fêtés, si les enfant s le demandent, par un gâteau au goûter et c est tout.
RÉPONDRE
FleurIl y a 6 mois
Jamais entendu parler de ça dans la région de Boston, mais je pense que ça existe aussi... je déteste les conventions sociales, c’est live free or die en ce qui me concerne! Ici c’est l’esprit universitaire qui domine... Bon courage 💕
RÉPONDRE
Velouria Il y a 6 mois
En France on a aussi jimbaloo ou indian aventure...Migraine assurée!
RÉPONDRE
Stylish girlIl y a 6 mois
Je n'ai pas d'enfants mais mes collègues organisent dans ces lieux les anniv de leurs bambins et a ce qu'elles racontent on est très proche de ce que décrit Lise Donc en Île de France le phénomène commence vraiment ,peut être que cela va s'étendre de plus en plus
RÉPONDRE
AudeIl y a 6 mois
Très drole ! La diaspora libanaise a un mode de fonctionnement similaire :

1) L’INVITATION :
– l’anniversaire libanais : A défaut d’avoir une banale carte, vous recevrez, au choix, une boule de plastique transparente avec une figurine à l’intérieur, les instructions joliment calligraphiées à la plume sur un parchemin noué d’un ruban de soie, un peu de sable blanc décoré d’étoiles de mer dans un sachet, ou, plus simple mais tout aussi efficace, la carte à thème au gout « bling bling » qui t’annonce déjà que tu n’iras pas en tong accompagner ton gosse.
– l’anniversaire français : email envoyé à l’arrache par la maman la veille « c’est l’anniversaire de Martin demain, RDV à la piscine à 16h ? » Email le lendemain matin « en fait la piscine est fermée, RDV chez nous (+ adresse) » puis texto « finalement ils ouvrent, dans 15 min à la piscine ».

2) LE CONCEPT :
– l’anniversaire libanais : célébré dans un lieu dédié, le mini-Disneyland des chateaux gonflables. Ou privatisation d’un restaurant de bord de mer. Dès l’arrivée, on vous annonce la couleur, en posant sur la tête blonde de l’invitée la couronne de rigueur, ou le collier de fleur, selon le thème choisis (Vanaia est en passe de détrôner la reine des neiges, sachez le). Entourant le buffet et d’une pièce montée digne d’un mariage, divers ateliers sont disponible afin que la mère de l’héroine du jour ait l’impression d’en avoir pour son fric. Avouons que ça ressemble quand même probablement à l’idée que ma fille se fait du paradis.
– l’anniversaire français : à la piscine, donc. Et si les enfants ne sont pas contents de barboter pendant que les parents discutent, il y a toujours "jouer à s’asseoir sagement dans un coin pendant que les parents discutent".

3) L’ALCOOL :
– l’anniversaire libanais : tu peux crever.
– l’anniversaire français : célébré au mojito, quelqu'un a pensé à ramener de la menthe ?

4) LA BOUFFE :
– l’anniversaire libanais : pizzas au thym, sandwiches divers, cookies à l’effigie du thème du jour, sans oublier la pièce montée recouverte d’une pate sucrée bourrée de colorant, servis en même temps. Notez bien que ce qui est beau, n’est pas forcément bon.
– l’anniversaire français : délicieux gâteaux de chez Kayser. Ou création artisanale qui aura le net avantage de ne pas couter l’équivalent du PIB du Bengladesh. Il ne sera pas rare de voir un papa en train de lécher le plat. Par contre votre enfant peut être perturbée par le pourtant succulent mariage de la mangue et de la noix de coco.

5) LES CADEAUX :
– l’anniversaire libanais : laissés dans un grand sac plastique, ils seront ouverts par l’enfant de retour chez lui. Vous prendrez soin à ne pas remarquer le nombre affolant de paquets portant tous le même papier cadeau, provenant d’une boutique de fringue. L’enfant libanais est chic, et se doit d’être bien habillé. Ou alors les autres parents ont pitié du look du petit ? Je n'ai jamais réussit à trancher. Non, rassurez vous, offrir un jeu n’est pas forcément signe de libanese-faux-pas.
– l’anniversaire français : ouverts en grande pompe devant tout le monde, ce qui permet de justifier ton cadeau pourri (genre : « j’ai pas eu le temps désolée »).

6) LA PLACE DE L’ENFANT DANS L’ANNIVERSAIRE :
– l’anniversaire libanais : centrale. Un peu comme à la fête foraine, l’enfant hurle de joie dans ce monde conçu pour lui. Le parent n’ose pas trop avouer qu’il kifferait aussi sauter sur le trampo, du coup il se contente de prendre des photos de son gamin qui vit la journée de sa vie dans le cadre qu’une future mariée ne renierait pas.
– l’anniversaire français : périphérique. Anais s’est cassée la gueule deux fois et on était trop occupés à discuter de trucs de grands pour vraiment la consoler. Par contre nous on s’est vraiment bien marrés.

7) LE COUT :
– l’anniversaire libanais : Quand on aime, on ne compte pas.
- l’anniversaire français : l’organisation n’a rien coûté, mais on ne s’est pas foutus de notre gueule sur la bouffe.
RÉPONDRE
EliseIl y a 6 mois
Hahahahahaha ! Merci pour cette chronique succulente j'ai adoré et elle complète très bien celle de Lise !
RÉPONDRE
TaraIl y a 6 mois
c'est drôle :D. j ai grandi au Liban mais c'est complètement différent de la diaspora. La plupart du temps c est au McDo. ou à la maison, et on retrouve le gâteau avec la pâte de sucre pleine de colorants...
RÉPONDRE
VelouriaIl y a 6 mois
Ahahah je ne pensais pas être si francaise. A peu de choses près c'était l'anniversaire de mon fils ( coup de fil le matin pour l'après midi, gateau chez le super pâtissier du coin que les enfants ont moyennement apprécié mais que les adultes ont adoré et aucune organisation pour les jeux) ça m'inquiète 😄
RÉPONDRE
Mrs TIl y a 6 mois
Aude, tu m'as régalée. Merci pour cette tranche de rire.
RÉPONDRE
ZoulieIl y a 6 mois
Je suis d'origine libanaise mais ai grandi à Strasbourg, et j'avoue qu'en lisant l'article de Lise, j'ai immédiatement fait le rapprochement avec les cérémonies gargantuesques organisées là bas : baptême, communions, mariages et anniversaires donc sont souvent célébrés en grande pompe dans une ambiance "politiquement et socialement" correcte - standing oblige. On rentre dans les lieux outrageusement décorés, avec des buffets pouvant nourrir tout un régiment, et évidemment exclusivement composés de plats venant des plus grands traiteurs et pâtisseries de la ville (voire du pays quand les moyens le permettent). Et ne parlons même pas des outfits des uns et des autres, qui semblent tout droit sortis des catalogues des plus grands créateurs de la planète.
Heureusement ces dernières années, j'ai l impression que la simplicité commence à devenir le "new chic", à croire que la tendance du "less is more" prend le dessus doucement mais sûrement.
RÉPONDRE
FatineTiaraIl y a 6 mois
Perso je trouve ce commentaire insultant pour les libanais et extrêmement cliché. C’est un peu comme le mythe de la parisienne coolos et canon sans effort. En gros un anniversaire français c effortless et so chic et un anniversaire libanais c’est forcé, too much, etc... pathétique...
RÉPONDRE
ZoulieIl y a 6 mois
Je ne pense pas que l'article de Lise et nos commentaires soient insultants envers les traditions de telle ou telle culture. Forcément on généralise et cela ne reflète donc pas la réalité de 100% des gens. En tout état de cause, je ne peux pas être dégradante face à mes cultures (libanaise car mes parents le sont, française car je suis née et ai grandi ici). Ce que tu trouves "insultant", j'appelle cela de "l'auto dérision".
RÉPONDRE
SteldaIl y a 6 mois
Tu sais, on n'en ai plus très loin en France... j'ai un mal de chien avec ce genre de choses. le meilleur goûter d'anniversaire que j'ai offert à mes enfants, c'est celui où je les ai lâché dans le salon, avec autorisation de jeter des confettis partout. Les 13 gamins étaient fous de joie! Ok, j'ai eu un peu de rangement, mais ça valait le coup :). Et un autre, où je les ai emmené dans un petit parc animalier... ils ont pu nourrir les animaux, les observer... et ils se sont bien défoulés!!
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 6 mois
Après avoir lu ton texte j’ai cru que j’y avais participé Lise, j’ai dû m’asseoir pour récupérer deux minutes lol!
RÉPONDRE
samIl y a 6 mois
L'anniversaire us s'exporte. ce que je vois autour de moi c'est souvent un packaging pour une dizaine de gamins payé par les parents organisateurs. Souvent ça leur coûte près de 200 euros, pour des gamins de maternelle et primaire. les parents déposent leur gamin dans la grande aire de jeu choisie ( acrobranche, mini parc de jeu, lazer game...) ,. C'est aussi un marqueur social: selon le lieu ou le nombre d'enfants invités, on se fait une idée de ce que vous gagnez dans le mois. Si sous la pression sociale , pour ne pas humilier son enfant avec un anniversaire " de base", une famille un peu juste niveau salaire se serre la ceinture, on se gausse de ses efforts ( parfois très violemment, les clichés fusent à la sortie d'école ) . C'est vraiment immonde comme mentalité. Et ça ne donne pas vraiment une bonne image de ce que doit être la convivialité et la célébration aux enfants.
RÉPONDRE
samIl y a 6 mois
200 euros auxquels il faut ajouter le gâteau, les paquets offerts aux copains, et le cadeau du gamin.
C'est un budget pour qui gagne 1,5 fois le smic...
RÉPONDRE
MathildeIl y a 6 mois
Ici (à Bordeaux) c'est la mega tannée pour tous les parents et je trouve assez drôle la mine de chacun qui laisse son enfant avec une joie presque pas dissimulée et un air de compassion pour les parents organisateurs de la "super party" (bon courage hein, et merci encore, ça ira j'espère? ..). J'ai abandonné les gâteaux qui tabassent (mon mari a encore en travers trois heures de préparation de gâteau-marquise aux trois chocolats à peine entamé) pour des barres de Savane ou de cakes industriels, alors que je suis une nazi du bio- fait maison.... Et je les abandonne à l'animateur quand il y en a un, ils repartent pourris, fatigués, gavés d'additifs et moi j'ai la conscience tranquille.
RÉPONDRE
Il y a 6 mois
@ sam : Oui entièrement d'accord.
L’humour et la finesse de Lise qui a encore écrit une chronique vraiment très drôle et légère m’amène aussi à m’interroger : Je trouve assez triste que le goûter d’anniversaire soit devenu bien souvent -y compris en France- un véritable marqueur social où certaines familles se mettent incroyablement la pression et/ou rivalisent pour "montrer leur fric" en en mettant "plein la vue". Ce qui pourrait être un moment de joie simple et bon enfant devient l’école du paraître, de la vulgarité et de l’hypocrisie qui exclut au lieu de rassembler.
Le pire étant qu’une majorité de parents, lorsqu'ils sont présents, reconnaissent que c’est une véritable corvée !
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 6 mois
Ca ne fait pas rêver toute cette débauche de codes US bien pensants. J'espère que pour Charles tu sauras montrer comment nous les parisiens on gère ça ! ;)
RÉPONDRE
ZeilaIl y a 6 mois
En Italie c'est de plus en plus comme ça. Mes enfants detestent ces parties, et surtout les animateurs. Il suffit de ne pas suivre: des alternatives sont toujours possibles. Nous avons feté les anniversaires à la plage, ou en piqueniquant dans les bois, et depuis deux ans, la fete se passe à la maison. Ma grande invite des copines et des copains à diner, le petit fete encore l'après - midi.Tout le monde adore, mais c'est vrai qu'il faut etre bien organisés!
RÉPONDRE
violette.bIl y a 6 mois
Une fois de plus j'ai bien ri , ton texte et les commentaires sont succulents .

Piou Piou a 20 ans , c'est fini , je me suis collée la pression , pour lui , pour sa "place" dans le jeu social , mais sans nous ( lui et moi ) renier , anniversaires rigolos , à notre goût , parfois avec peu de sous les années moins fastes .
Je n'ai jamais eu cela enfant et ado , je suis restée une coincée des relations légères , et une fois parent , j'ai mis mon vécu en perspective tout de même .
De même on a fêté ses 18 et 20 ans à notre manière .
Difficile tout de même de rester soi même dans des situations où l'enfant devient "un enjeu".
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 6 mois
Mais c'est cauchemardesque ! Que faudra-t-il faire pour les 20 ans ?
Heureusement, les commentaires disent que ce n'est pas une généralité.
Mais en France aussi, plus de petit goûter d'anniversaire simple, il faut souvent aller vers quelque chose qui sort de l'ordinaire, c'est organisé, il y a les animateurs, c'est payé. N'est-ce pas dommage ?
RÉPONDRE
CeciliaIl y a 6 mois
En Sicile, pour les 18 ans, les filles organisent une réception avec robe longue. Et cette année, j'ai un cousin qui m'a raconté que maintenant il "faut" également la vidéo: la demoiselle chez elle, qui se promène, avec ses meilleures amies... le cousin en question a une petite-fille de 5 ans, et il commence déjà à s'inquiéter en voyant les fêtes qui s'organisent pour les enfants de cet âge-là !
RÉPONDRE
AnnaIl y a 6 mois
DD : Moi, qui voulais inviter Charles à l'anniversaire de mon fils le mois prochain, au museum of ice cream ::))
RÉPONDRE
GaëtaneIl y a 6 mois
C'est la même chose en Belgique : la mondialisation de la fête d'anniversaire.
RÉPONDRE
SophieIl y a 6 mois
Effectivement, à Bruxelles, on n'en est pas loin. Toujours un peu plus de surenchère. Pour l'anniversaire de notre fille, mon mari et moi avions organisé une fête au parc sur le thème d'Harry Potter. Les gosses avaient adoré jouer au Quidditch mais on était sur les genoux à la fin de la journée et quand une des petites invitées m'a demandé en partant comment j'avais pu oublier de confectionner des petits sac de cadeaux, j'ai eu très fort envie de lui faire bouffer son balai :-)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 6 mois
J'ai 4 fils: pour les 2 grands qui sont maintenant adultes on organisait des fêtes à la maison ou au parc avec minimum 10 enfants, on organisait des jeux, je fabriquait une pyramide de bonbons, mon fameux gâteau au chocolat qui déchire sa race, et un p'tit sac de bonbons pour chacun... Inutile de dire que je prenais du Guronsan avant chaque fête hihihi!!
Pour les 2 derniers âgés de 9 et 8 ans, j'avoue que je n'ai pas réitéré et ils ne s'en portent pas plus mal. En revanche nous célébrons leur anniversaire tous les 5 et je pense que cela les comble: les grands frères, les petits frères et au milieu la Reine mère: MOI ;))
RÉPONDRE
Mathilde Il y a 6 mois
Je n'ai pas compris ce qu'est le slim... A part le jean je ne vois pas 🙄😂. Ton analyse m'a bien fait rire, mais malheureusement je ne suis pas surprise ! J'en profite pour te souhaiter de très bonnes fêtes de fin d'année ainsi qu'à Julien et Charles.
RÉPONDRE
CatherineIl y a 6 mois
J'étais perplexe aussi, mais c'est plutôt du slime, non? C'est de la pate gluante de différentes couleurs, y a plein de vidéos youtube sur le sujet. J'imagine que les enfants adorent, les parents un peu moins!
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 6 mois
Tout à fait, c'est corrigé !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode