Promenade matinale

Chronique #124 : Les gens de 5h45

1146
Trois fois par semaine, je me glisse hors de l'appartement endormi pour rejoindre mon cours de barre au sol ayant lieu à 6h du matin. S'en suit alors une marche de 15 minutes me faisant traverser une ville aux contours encore flous, où l'on croise des personnages qui nous échappent le reste du temps…
Promenade matinale

Le "construction worker" ensommeillé


Le casque jaune attaché nonchalamment à l'un des passants de son baggy multipoches, cet ouvrier à la silhouette massive jette un regard ensommeillé sur le trou béant du chantier mobilisant depuis des mois son attention. On le sent pensif, mais surtout stoïque face à l'ampleur de la tâche restant à accomplir. Soudain, il redresse ses épaules de colosse légèrement voûté par le poids des charges familiales : l'un de ses collègues aux bras noircis par le travail en extérieur vient de lui tendre un gobelet de café. Sa mine auparavant  fatiguée se fait alors rieuse, complice, joviale. Aussi dur soit son job, pour rien au monde il ne l'échangerait contre un emploi de bureau, tant cette complicité brute qui l'unit à ses collègues le galvanise…

La perfectionniste irréelle


La petite aiguille de l'horloge publique n'a pas encore atteint le 6 que les sandales Gianvito Rossi de cette working girl déterminée attaquent d'ores et déjà d'un pas vif les quelques mètres menant à son Uber. À une heure où 80% de ses congénères en sont encore au stade pyjama/trace d'oreiller sur la joue droite, la perfection de sa mise force le respect. Un rapide calcul - queue de cheval effectuant une ample torsade (20 minutes de brushing/mise en plis) + teint littéralement photoshopé (au moins 15 minutes d'un savant layering) + regard vif (5 minutes de pause de glaçons sur les paupières) + gestuelle dynamique (20 minutes de yoga post réveil) + tenue élégante adaptée à la météo (10 minutes devant son dressing) - laisse en effet supposer que cette sylphide semblant tout droit sortie de la série Suits s'est levée aux alentours de 4h30. Une abnégation payante, si l'on en croit le regard fasciné du chauffeur qui lui ouvre diligemment la portière de sa berline rutilante…

Le vagabond matinal


D'ordinaire assis immobile à même le sol, un panneau en carton raturé positionné à côté d'une boîte de conserve cabossée, cet homme entre deux âges semble comme transfiguré par la lumière du petit matin. Le pas leste, le regard curieux, le visage presque avenant, il déambule sur le trottoir avec la grâce d'un enfant. Il ne reste ici rien du personnage recroquevillé à l'expression atone attendant sans vraiment y croire l'aumône des citadins pressés. Libéré de la nécessité de mendier par l'absence quasi totale de passants, il se redresse, s'illumine et devient le maître de l'asphalte, le roi éphémère d'une ville temporairement désertée.

Le joggeur professionnel


À peine nous a-t-il dépassé qu'il est déjà loin... Savant croisement entre un guépard et une gazelle, ce coureur aux mollets secs et à la foulée supersonique profite de l'absence d'obstacles que lui offrent les trottoirs déserts pour pratiquer la course en fractionné et établir de nouveaux records de vitesse. Féru de nourriture en poudre et de boissons colorées isotoniques, ce jusqu'au-boutiste a peu à peu érigé le sport en religion, au point d'en devenir un brin sectaire. Il n'a ainsi plus ni femme ni amis pour admirer ses dernières médailles de marathonien, ceux-ci ayant provoqué son courroux en refusant de se lever aux aurores pour courir 10 kilomètres, de supprimer l'alcool, le sucre et le pain de leur alimentation, de troquer leurs vacances à la plage contre un trek au Népal et d'effectuer des séries d'abdos devant Netflix plutôt que de grignoter du pop-corn…

Le joggeur - très - occasionnel


Le pied en équilibre sur un banc public, il s'étire mollement. Encore surpris d'être parvenu à s'extraire aux aurores de son appartement cosy perché au 47e étage de l'immeuble situé juste derrière lui, il se congratule intérieurement, tout en reconnaissant qu'il était grand temps de tenter de faire fondre les calories vides accumulées ces derniers mois autour de sa ceinture abdominale. Le voilà donc en sweat-pant informe et tee-shirt étriqué datant de ses années universitaires, prêt à se métamorphoser en Usain Bolt. Du Metallica à plein régime dans les oreilles, le voici qui entame sa première foulée. Il sent la musique galvaniser ses muscles, il accélère. Le monde lui appartient, il accélère. La vie est extraordinaire, il accélère et... ressent un point de côté. "Foudroyé" par la douleur, il s'effondre sur les marches les plus proches et regarde sa montre : 1 minute 30. Il est temps d'aller prendre un petit déjeuner reconstituant...

La touriste jetlaguée


Le son des roulettes de sa valise Samsonite se répercute bruyamment sur les immenses baies vitrées des grands magasins encore endormis. Hagarde, cette jeune femme asiatique en sweat Gucci et sneakers Vetements semble arriver d'un fuseau horaire lointain. Tel un somnambule angoissé, elle avance les yeux braqués sur son iPhone X en quête de l'adresse de l'hôtel qui lui permettra de reposer son petit corps exténué. L'arrivée soudaine d'un pigeon sur sa trajectoire lui fait lever la tête et lui permet de découvrir face à elle un Starbuck flambant neuf qui lui procure un inattendu - mais ô combien apaisant - sentiment de familiarité. Une fois commandé son breuvage habituel (un Mochi Frappuccino Fraise Rose Sakura), elle soupire et se sent déjà un peu plus Scarlett Johansson que Bill Murray

L'accro à sa séance de gym ultra matinale (moi)


Emmitouflée dans le sweat trop grand de son mari (qui dans quelques minutes devra s'extraire de son sommeil pour gérer le réveil précoce de leur progéniture), elle traverse joyeusement la chaussée déserte. Elle a beau savoir qu'elle file vers 50 minutes de souffrance contrôlée, elle n'en ressent pas moins une certaine excitation. L'excitation de se confronter à elle-même, de prendre le pouvoir sur sa journée qui commence à peine. Dans son cerveau, les idées fusent : elle organise mentalement les heures à venir, rédige virtuellement l'intro de son article du jour et entrevoit les solutions à ses problèmes bien plus clairement qu'à n'importe quel autre moment de la journée. Elle sourit : elle sait que cette parenthèse au sein d'un espace-temps souvent tumultueux vaut bien quelques sacrifices...
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 23 mai 2019
Vous aimerez également
Chronique #123 : Coupe courte, la désillusion
Il y a 1 mois - 79
EN SAVOIR PLUS
Chronique #122 : Les soeurs Brown
Il y a 1 mois - 30
EN SAVOIR PLUS
Chronique #121 : Escapade vintage
Il y a 2 mois - 52
EN SAVOIR PLUS
46 commentaires
Tous les commentaires
AnaIl y a 24 jours
Merci ! Très stressée ce soir, cet article m'a redonné le sourire.
Le joggeur occasionnel m'a même fait rire aux éclats.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 24 jours
Je t'envoie plein de bonnes ondes déstressantes :)
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 24 jours
Extra ! Serait-ce le début d'une BD ?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 24 jours
;)
RÉPONDRE
SarahIl y a 24 jours
Tu devrais songer à écrire un livre Lise, tu as une si belle plume :).
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
C'est très gentil, merci :)
RÉPONDRE
AméIl y a 21 jours
Je trouve cela une bonne idée ! Je trouve les descriptions tellement imagées... Ce serait le genre de livre que je (re)-feuillèterai toutes les semaines et qui me ferai sourire intérieurement de bonheur :)
RÉPONDRE
LapilouIl y a 23 jours
Hello Lise, j'ai lu ton article au réveil et qu'est-ce que j'ai ri! Tu captures et décris si admirablement ce petit matin.

Cette perfectionniste irréelle me semble très américaine... en Europe elles ne sont pas nombreuses fort heureusement. Bien qu'elles forcent le respect, elle me font aussi ressentir que je pourrais m'apprêter davantage...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
J'en ai quand même croisé un certain nombre lorsque l'on habitait à Paris ;)
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 23 jours
Je les adores, j'en ai déjà croisé certains, il y a assez longtemps, merci de faire revivre ces figures.
Je trouve ces portraits touchants, ta plume sait en révéler à la fois les forces et les fragilités, voir le beau dans le quotidien, voir le drôle ou le tragique caché dans les petites choses du matin, voir la vie finalement assez nue.
Merci Lise
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Merci à toi Mirabelle :)
RÉPONDRE
caroline lIl y a 23 jours
Ah que ça fait du bien!! J'ai bien ri, merci Lise, bonne journée à toi!!
(à propos d'humour je partage ici ma dernière découverte bd "Moins qu'hier, plus que demain"BD de Fabcaro, truffé de scènettes de la vie conjugale plus ou moins acides.):-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Merci pour la suggestion BD !
RÉPONDRE
GranpiIl y a 23 jours
Quelles tranches de vie agréables à croquer!!
Comme le relève Matchingpoints, on dirait une BD, style manga version sirop d'érable ;))
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
" une BD style manga version sirop d'érable "
Oh que j'adore cette idée !
RÉPONDRE
CarolineIl y a 23 jours
J'aime beaucoup l'illustration et cette galerie de personnages.
Je soupçonne la perfectionniste et le joggeur d'être ensemble et de régler leur vie comme du papier à musique (c'est marrant, malgré une carrière dans des secteurs considérés comme glamour, je n'ai jamais vu des gens comme ça. Ca doit être très nord-américain, ce mode de vie).
Et je suis impressionnée que tu arrives à aller à un cours de sport à 6h du matin...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
L'illustration est tirée du court métrage "Tick Tock Tale" de Disney :)

Le cours à 6h du matin ce n'est pas vraiment un problème car je me couche assez tôt ;)
RÉPONDRE
jickyIl y a 23 jours
ah ouais quand même! un cours de barre au sol à 6h du mat! bravo!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Il faut dire que pour suivre les cours de ce garçon j'irais au bout du monde ;)
https://www.instagram.com/dfriday/?hl=fr-ca
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 23 jours
Holala ! un cours de barre au sol dés 06 heures du mat', au secours !!!!
Tu dois aussi être perfectionniste pour avoir une telle discipline.
Donc, il manque un portrait, le tien et ceux des filles, des femmes, qui se lèvent hyper tôt pour faire du sport.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Ah ah ah ;)
J'y ai pensé puis l'idée s'est perdue en route...
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 23 jours
Dommage !
06 heures du mat, ok pour une sortie de boite de nuit, pas pour un cours.
Chacun son truc... :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
J'ai ajouté un paragraphe ;)
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 23 jours
Bravo ! Merci et bon courage pour les réveils et les "50 minutes de souffrance contrôlée".
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
;)
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 23 jours
Ca donnerait presque envie de se lever tôt ! (bon, je suis un vrai oiseau de nuit, même si je rêve de pouvoir me lever aux aurores)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Et moi j'adorerais être un oiseau de nuit... ;)
RÉPONDRE
nollyIl y a 23 jours
Cette working girl est réelle ? J'adorerais.
Et ces oiseaux de nuit qui partent au charbon ?
Ce jeudi 6 heures, après une nuit blanche musicale. Damned, je ne me réveille pas chez moi : concentration maximale pour une douche froide, une robe COS mormonne, des sandales, mascara et eau des sens de diptyque.
Et oui, l'oiseau de nuit a souvent un sac secret.
- 6 heures, à la recherche d'un tabac ouvert avec mon amant de la nuit.
- café serré (l'un contre l'autre) avec les marchands du marché.
- 7 heures, l'amant d'un soir part sur un bateau et je file expliquer du Rimbaud à mes élèves pendant quatre heures.
Oui, j'ai les yeux rouges, le corps maigre, les jambes d'une nana de quarante quatre ans mais le sourire aux lèvres et le chic désinvolte (introuvable dans les crèmes et les fringues)
Quoique. J'aimerais tout de même avoir le masque de la working girl ! Mais avec les nuits délicieusement blanches, l'alccol et le tabac.
Et lire ton article en rentrant le soir.
Je t'embrasse
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Tes heures matinales font bien envie !

Tous les personnages sont réels ;)
RÉPONDRE
nollyIl y a 23 jours
Et pour le look de l'oiseau de nuit qui part au travail :
mille mercis pour l'idée de l'imperméable roulotté, du chignon haut et des jambes nues dans des sandales. Chic et présentable sans dormir. Yeah. Yeah Yeah
On aurait l'air de rien, sinon, de vraiment rien du tout.
Je t'embrasse
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Moi aussi je t'embrasse !
RÉPONDRE
Il y a 23 jours
Tellement chouette cette chronique mêlant sous ta plume aiguisée, humour, poésie....tellement touchants et drôles ces personnages dans leurs diversité ! Je demande la même chose que Spunky: STP Lise, un portrait de toi et des filles qui se lèvent aux aurores pour faire du sport !!
J'aime aussi beaucoup L'illustration!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Merci Dô !

J'ai ajouté un paragraphe sur les filles assez folles pour aller faire du sport aux aurores ;)
RÉPONDRE
Stylish girlIl y a 23 jours
A cet heure là je suis dans les transports en commun pour commencer le travail a 7h00 et je n'ai pas du tout la même vision. Les gens que je croisent me semble tristes,souvent des travailleurs qui ont visiblement des boulots précaires ou peu rémunérés et qui sont marqués par les difficultés quotidienne... il y aussi des chauffeurs de bus mal réveilles et peu motivés qui ne respectent pas les horaires car il y a peu de monde qui vont les prendre donc ils s'en foutent des conséquences... Des mères courage qui envoient des textos a leurs enfants qui les liront a leur réveil et des jeunes complètement destroy et surrexites qui rentrent de soirée...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 22 jours
:/
RÉPONDRE
CesomuIl y a 22 jours
Mais c est quoi ce prof de barre-sol.....6h du mat normal si au final on a la finesse et la force de sa musculature!!
J en fais depuis 2 ans et j adore....dans mes oreilles la voix de ma prof, " tête et colonne alignées, comme si un fil te suspendait au plafon" ou encore" envoie de l air dans tes lombaires" alors que tu es deja pliée en deux!! Ca fait un bien fou
Je termine en me demandant combien de temps encore faudra t il pour qu en parcours de soin les équipes prennent les patients dans leur globalité ....
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 22 jours
Non mais as tu vu ses muscles déliés à l'extrême ? Il me fascine !
RÉPONDRE
CesomuIl y a 22 jours
Oui oui j ai bien vu😊
C' est une planche d'anatomie a lui tout seul...
Tu fais combien de cours par semaine et es- tu satisfaite des résultats
Bon week end printanier j ''espère...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 22 jours
Je fais entre 3 et 6 cours par semaine.
Après 4 mois à ce rythme, mes cuisses sont mieux dessinées et mes bras plus fermes. Globalement, je me sens mieux dans mon corps car je le maîtrise mieux, je le comprends mieux...
RÉPONDRE
CesomuIl y a 22 jours
Hou!! Plafond.
RÉPONDRE
SouadIl y a 22 jours
Quel très joli texte Lise, plein de poésie et de délicatesse. Un plaisir de lecture !
Et ce dessin à la fois aérien et dense l'illustre à merveille. Très bon week-end !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 22 jours
Merci Souad :) Toi aussi, passe un très bon week-end !
RÉPONDRE
CesomuIl y a 22 jours
Bravo a toi et merci pour la découverte instagram.
RÉPONDRE
GranpiIl y a 21 jours
Hihihi le dernier paragraphe j’adore 😍.
Que ne faut-il pas faire pour échapper à cette fameuse charge mentale!!
RÉPONDRE
AgnèsIl y a 21 jours
Merci pour cette jolie chronique matinale, cela me donne envie de me lever plus tôt pour découvrir le monde du petit matin et de retourner à u cours de barre au sol
RÉPONDRE
unnaIl y a 18 jours
je lis rarement les articles sur le web. Mais quand je suis arrivée à la fin de celui ci, j'aurais voulu qu'il continue encore ! excellent ;)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode