Moments de vie

Chronique #128 : Moments de vie

Aussi fugaces ou futiles qu'ils soient, certains moments nous marquent plus que d'autres. Ceux-ci composent alors la mosaïque de nos souvenirs récents, s'invitent dans nos rêves et nous poussent à l'introspection. En voici quelques-uns… 
Moments de vie
Dans la douceur d'une soirée estivale où le temps semble suspendu, nous bifurquons dans une rue perpendiculaire à l'une des artères principales du centre-ville de Toronto. Le temps d'un battement de cil, l'atmosphère change du tout au tout : les immenses dalles de pierre grises cèdent la place à des trottoirs altérés par les racines puissantes des érables les bordant, tandis que les vitrines luxueuses se voient remplacées par d'élégantes maisons de briques aux porches profonds, aux marches de bois légèrement gonflées et aux peintures parfois décaties. Certaines arborent ostensiblement de mystérieux signes sur leur façade : il s'agit de "Frat Houses", des maisons réservées aux fraternités d'étudiants. Une petite poignée y loge, tandis que les autres s'y retrouvent comme au sein d'un quartier général. Elles font tant partie de la culture nord-américaine qu'elles sont de presque toutes les oeuvres fictives évoquant la vie estudiantine outre-Atlantique. Formaté depuis mon enfance par les stéréotypes du rêve américain distillé par Hollywood, mon cerveau ressent une familiarité troublante envers ces bâtiments que je découvre pourtant pour la première fois...

Une giclée d'eau tiède heurte de plein fouet ma joue droite : il semble que mon fils ait des talents cachés de tireur d'élite. Armés de "water guns" nouvelle génération (plus proches du bazooka supersonique que du jouet fluo translucide gagné à la fête foraine), nous reprenons nos positions. "Maman, tu ne me mouilles pas, hein ?". Ben tiens… je vais me gêner ! S'ensuit une course poursuite effrénée (non dépourvue de magistrales glissades) sur la pelouse humide du Christie Pits Park. Sur le visage de mon fils, terreur et fou rire se fondent en un mélange m'évoquant mes propres sensations d'enfant. Je vise sa nuque, ajuste mon tir et l'inonde. Il suffoque de rire et, outré, appelle son père à la rescousse. C'est désormais à mon tour de sentir l'angoisse d'être trempée me pincer l'estomac. Je ris, je cours, je bats des records de vitesse et pshiiittt… Julien a dignement vengé son fils. Après nous avoir rapidement rattrapés, ce dernier vide alors tranquillement son pistolet sur l'arrière de mon short, histoire d'achever le travail… 

Regard discret - et satisfait - de Steve Carell (alias Michael Scott) à la caméra : le mythique directeur régional de la Dunder Mifflin Paper Company vient une fois de plus de se montrer délicieusement politiquement incorrect. Depuis quelques semaines, la série The Office accompagne avec à propos la glace vanille/caramel de nos fins de soirée. Filmant la banalité de la vie de bureau, ce "mockumentary" s'avère particulièrement jouissif : difficile en effet de rester insensible devant l'égocentrisme compulsif de Michael Scott, la platitude de Pam ou la psychorigidité de Dwight... Sans parler du talent des scénaristes parvenant à mettre en lumière la dimension "microcosme" des open spaces et du portrait en clair-obscur de la nature humaine qu'offre cette série. Un vrai régal. 

Perdue dans les rayons d'une enseigne bio dédiée aux suppléments alimentaires, je tente tant bien que mal de déterminer où se trouve l'Inositol, tout en surveillant du coin de l'oeil mon fils qui a décidé de trier par ordre alphabétique les boîtes de comprimés vitaminés. Soudain, un homme posé derrière une petite table où trône fièrement un mini baril de poudre protéinée agrémentée de collagène m'interpelle timidement pour me proposer de goûter à sa mixture miracle. Je décline l'offre poliment. Il pose alors son regard sur Charles - toujours en prise avec ses vitamines B12 - et me dit que lorsqu'il emmène sa petite fille de 4 ans faire les courses, il en profite pour lui apprendre à compter en dénombrant les paquets des chips visibles en rayon. La conversation s'engage. J'apprends alors que cet homme discret qui tente tant bien que mal de sensibiliser aux bienfaits du collagène chocolaté les clientes bohèmes/huppées de la boutique est un ingénieur pakistanais arrivé au Canada il y a 3 semaines avec sa famille de 4 enfants. Ses diplômes n'étant pas reconnus ici, il va lui falloir reprendre ses études. D'ici là, il a pris le premier job qu'il a trouvé, car il lui faut faire vivre les siens. Sa dignité, son sourire et son humilité m'impressionnent…

Alors que nos pas nous mènent vers le musée d'histoire naturelle (où Charles effectue sa deuxième semaine de "summer camp"), nous croisons deux jeunes adolescents. Le visage avenant, ils portent tous les deux une kippa. L'un d'eux m'arrête et me demande "Are you jewish ?". Surprise, je réponds que non. Et les voilà partis. Julien me regarde aussi surpris que moi : pourquoi cette question ? Ce qui est particulièrement troublant, c'est que ces deux garçons ont interrompu une discussion que nous avions avec Julien sur… la Shoah. 

Les lignes s'enchaînent, sinueuses et fines. Depuis une heure, la pointe de mon crayon fait naître les nervures torturées d'un tronc d'arbre imaginaire. Je ne sais pas si le résultat se révélera agréable à l'oeil, mais je m'en moque. Le bien-être que j'éprouve en dessinant est pour moi une fin en soi...
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 12 juillet 2019
Vous aimerez également
Chronique #130 : Vacances familiales
Il y a 12 jours - 58
EN SAVOIR PLUS
Chronique #129 : Mes Birkenstock Arizona
Il y a 23 jours - 36
EN SAVOIR PLUS
23 commentaires
Tous les commentaires
MarmIl y a 1 mois
Quel plaisir de te lire... J'apprécie énormément ces morceaux de vie si joliment narrés
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est très gentil, merci Marm :)
RÉPONDRE
Mrs TIl y a 1 mois
Merci Lise pour ces délicieux (et émouvants) moments. Attention tout de même à ne pas te faire arroser par les gros canons à eux des frat boys --- THAT'S WHAT SHE SAID!!!! (Michael Scott forever).
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Ah ah ah !!!
RÉPONDRE
GranpiIl y a 1 mois
Et si on créait une confrérie TDM? L'alpha et l'oméga de la tendance sans prendre la grosse tête ;)))
le summer camp au Muséum d'histoire naturelle: y a t'il encore de la place? Je me ferai toute petite et me glisserai dans la poche de l'adorable petit Charles ^^
RÉPONDRE
MarieIl y a 1 mois
"L'alpha et l'oméga de la tendance sans prendre la grosse tête ;)))" une confrérie TDM où règne humour (que j'ai toujours un peu de mal à décrypter) et bienveillance...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Je t'avoue que je serais bien restée avec lui pour écouter les intervenants parler des monstres peuplant les légendes d'antan ;)
RÉPONDRE
HappyLillyIl y a 1 mois
Suis tellement impatiente de te lire sur plusieurs pages!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Cela arrivera peut-être un jour, mais ce jour est encore lointain ;)
RÉPONDRE
AméIl y a 1 mois
Oh oui, quelle merveilleuse idée ! Je serai encore présente sur ce blog si ton livre sort dans des années ;)
RÉPONDRE
CibouIl y a 1 mois
Une sororité plutot ?
Également adepte de vos chroniques, toujours si plaisantes à lire !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci Cibou :)
RÉPONDRE
HeLNIl y a 1 mois
Merci pour ces petits moments si joliment contés Lise. J'ai vu ton arbre en story sur Instagram et te confirme que ce que tu en as montré donne envie de voir le reste ! Bon dimanche à tou.te.s 😌
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Merci HeLN :)
RÉPONDRE
SouadIl y a 1 mois
Quel plaisir de te lire Lise ! Ces petits moments que tu partages sont exquis.
Je te comprends pour la pratique du dessin, j'éprouve la même chose. Très bon dimanche !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Le dessin : un massage pour l'âme ;)
RÉPONDRE
AméIl y a 1 mois
Merci pour cet instant de douceur. Tes articles "chroniques" sont comme des moments méditatifs... J'adore.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"Tes articles "chroniques" sont comme des moments méditatifs" : si tu le dis ;)
RÉPONDRE
LadyjajaIl y a 1 mois
Toujours un grand régal vos chroniques et dès que Charles est impliqué vous nous offrez la minute bonheur total !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
C'est exactement comment je perçois les choses pour Charles : notre vie avant lui était très sympa, mais avec lui il nous arrive par moment d'atteindre le nirvana ;)
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 mois
J'adore ces chroniques. Ca donne envie de retourner à Toronto...
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 1 mois
merci de te confier là chère Lise, c'est toujours une jolie découverte ce type de billet, tout en délicatesse...
RÉPONDRE
ceriseIl y a 1 mois
J'ai aussi déjà été abordée par des jeunes gens en kippa! C'était à New York, et j'étais assez perturbée parce que je suis juive d'origine et que je me pose justement plein de question sur ces racines complexes. Mon oncle dit que ces personnes essaient de repérer les juifs non pratiquants pour les ramener sur le droit chemin... ça n'a pas marché pour moi mais c'était un moment très spécial!
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode