Christian Dior

Fashion fatigue

1030
Le marathon des fashion weeks vient tout juste de s'achever, me laissant à la fois perplexe et désappointée. Où est donc passé mon plaisir à analyser les froufrous balayant les catwalks, les concepts susceptibles de révolutionner la saison et les prouesses des nouveaux DA ? Face à cette profusion de vêtements, de corps et d'argent, je ne ressens désormais que décalage, ironie et manque d'inspiration. Une sensation diffuse nourrie par de multiples éléments… 
Christian Dior
Le départ de Karl Lagerfeld n'ayant rien changé à la valeur esthétique du show Chanel, on peut s'interroger sur l'impact réel du couturier sur les dernières collections. 
En devenant la caution verte de LVMH, Stella McCartney risque de servir de paravent médiatique aux inepties environnementales du groupe.
Chez Givenchy, Clare Waight Keller tenta maladroitement d'assurer les ventes de la griffe en puisant dans les tendances de la saison dernière (entre all-over floral, manches bouffantes et touches de violet).
En parvenant à déclencher une vague d'envies via des silhouettes non novatrices puisant leur sève au sein d'une décennie fashion désirable (les seventies), Hedi Slimane réduisit à néant la nécessité de flamboyance vestimentaire et de renouveau permanent. 
Afin d'asseoir la dimension créative de leur rafraîchissante collection, Rushemy Botter et Lisi Herrebrug (les deux jeunes DA de chez Nina Ricci) se sont apparemment sentis obligés de coiffer leurs mannequins de pots de fleurs aussi conceptuels qu'instagramables (voir ici). 
Chitose Abe (Sacai) ne parvint pas à magnifier le mix imprimé mappemonde/déconstruction et passe ainsi à côté d'un potentiel coup de génie (voir ici).
Pierpaolo Piccioli (Valentino) resta dans sa zone de confort, au point de parasiter la beauté d'ordinaire inhérente à son travail.
Les prothèses de pommettes saillantes arborées par les mannequins Balenciaga - voir ici et - confirment une réalité terrifiante : le visage est le nouveau vêtement, autrement dit un élément modulable à l'envi (à condition d'en avoir les moyens).
Il semble aujourd'hui qu'au sein de l'univers de la mode, le message compte bien plus que le fond. Or, aussi vertueux soit-il, ledit message n'en demeure par moins à 90% marketing... d'où un sentiment de supercherie opportuniste particulièrement dérangeant.
Les trois mois d'arrêt maladie récemment prescrits à Virgil Abloh - le chouchou hyperactif du fashion cosmos - tendent à démontrer que le rythme auquel sont actuellement soumis les créateurs mène inexorablement au burn-out… 
Les photos de mannequins Dior évoluant au sein d'une forêt urbaine - voir ici - illustrent à merveille la dichotomie entre communication visuelle et réalité : alors que le défilé se veut être une ode à la nature, force est de reconnaître que la logistique qui fut nécessaire pour créer et accéder à cet événement est elle-même bien peu "éco friendly"...
La griffe Coperni parasita ses coupes parfaites par son obsession pour les nouvelles technologies, entre "Wi-Fi bag", présentation aseptisée au sein d'un Apple Store et visuels à l'esthétique réfrigérante (voir ici, ici et ).
Continuer à caster des mannequins infiniment maigres semble ne poser aucun problème aux maisons de mode... 
Pour autant, tout n'est pas totalement gris :
La collection de Marine Serre est composée à plus de 50% de matières recyclées. 
En décidant d'unir leurs talents, Christian Lacroix et Dries Van Noten ont démontré que l'envie de créer de la beauté pouvait être plus forte que l'égo. On regrette cependant que le résultat de leur collaboration ne soit pas totalement à la hauteur de ce que l'on pouvait espérer d'un tel mariage (voir ici, ici et ). 
Chez Givenchy, les pièces en jean furent créées à partir de vieux denims. 
PS : Espérons que la mode ne fait que traverser une période de réajustement et qu'elle nous offrira bientôt à nouveau cette fulgurance esthétique qui fait vriller les sens, à coups de coupes parfaites, d'heureuses alliances chromatiques, de tombés harmonieux, d'imprimés novateurs et d'évidence…
Suivez-nous sur , et
Partager l'article
Par Lise Huret, le 01 octobre 2019 dans Analyses
30 commentaires
Tous les commentaires
SamIl y a 1 mois
Le pot de fleur en guise de chapeau, j’ai bien ris.
Le seul truc que j’ai retenu c’est Marie S’infiltre chez Étam et surtout Chanel avec Gigi Hadid qui l’a virée manu militari.
Le reste quel ennui, on sent même que tu n’as pas voulu mettre de photos car ça ne t’intéressait pas ahaha.
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 mois
Ah ha, oui, d'habitude il y a plus de photos Lise!
Même Insta devient ennuyeux, Loïc Prigent n'arrive plus à nous charmer à coup de bons mots ni Sophie Fontanel à coup de jeunes croisés dans la rue.
Les vêtements, n'en avons-nous pas déjà trop?? A la limite, j'aime bien la collection Celine, parce qu'il n'y a pas besoin d'acheter de nouvelles choses.
Aussi, je suis très frappée par la reprise sans recul des looks des 90s par les jeunes (les looks moches surtout, personne ne semble très inspiré par Prada ou Helmut Lang).
Bref, tout cela ressemble à un cirque un peu triste, je me demande si les boutiques vendent leurs fringues (je bosse près de la rue Cambon et quand je vois certaines vitrines, je m'interroge vraiment sur ce qu'est devenu le luxe...).
RÉPONDRE
GabrielleIl y a 1 mois
Bonjour, je souhaiterai plus de réponses sur la question de l'impact de Karl Lagerfeld sur les dernières collections. Moi aussi cela me laisse perplexe..
RÉPONDRE
B. Il y a 1 mois
Mais on ne se pose pas PLUTOT la question de l’impact de Virginie Viard par contre ? LOL.
RÉPONDRE
GabrielleIl y a 1 mois
Donc qui a eu le plus d'impact ces dernières années sur les collections je ne comprends pas !!
RÉPONDRE
IOIl y a 1 mois
Le nombre de collections (entre la haute couture, le prêt à porter, les collections croisières, métiers d'art etc.), de défilés et de fashion week font que ces événements ne sont plus exceptionnels. Les collections, accessoires, décors et certains mannequins ne sont là que pour faire du buzz sur les réseaux. Pour certains défilés je ne vois plus la différence (du moins visuellement, n'ayant pas les moyens d'acheter ces vêtements) entre les marques de luxe et zara ou même les friperies.. Tout semble vu et revu, il n'y a plus de couturiers, il n'y a que des créateurs de moodboards.
RÉPONDRE
IOIl y a 1 mois
Oula, je suis vraiment aigrie.. Je vais aller prendre l'air 😅
RÉPONDRE
FannyIl y a 1 mois
Je suis d’accord! Rien de transcendant mais pour Chanel je vois une différence quand même
Il y avait quand même plus de chic et d’audace avec Karl Lagerfeld
RÉPONDRE
Réré Il y a 1 mois
Je suis d’accord avec Fanny ,il manque quelque chose ,personnellement je sens une différence,à moins que mon inconscient m’oblige à ce ressenti .
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
J'ai bien re-regardé le show et tu as raison, il y a bien une différence : c'est encore plus affreux que d'ordinaire ;)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 1 mois
Ah ah ah 😅😅😅
RÉPONDRE
fredCIl y a 1 mois
Chère Lise, même sentiment pour moi... l'ennui qui m'a poussé à ne pas aller au bout de bon nombre de défilés, la déception du show Slimane, roi du marketing, qui finalement a tout compris apparement. Ne répond t il pas à la demande puisque les ventes s'envolent à chaque fois? Ou plutôt les bureaux de styles, les marques, les agences de pub, les stylistes, les magazines, brefs tous les acteurs du secteurs ne simplifient ils pas la créativité et par là même les envies des clients afin de faire mouche plus facilement? L'inventivité et la prise de risques ne font pas, de nos jours, bon ménage avec le tiroir caisse. Et je ne parle pas ici de faire du buzz de base.... Mais pour ma part j'ai aimé Dior, Valentino, Beckham, Chloé, Givenchy, Thom Brown....Il m'en reste encore pas mal à voir! Voilà mon point de vue, sans doute pas très clair ....!
RÉPONDRE
SylvieIl y a 1 mois
Je trouve tout ce que tu as pointé agressivement laid... mais le pire c'est la bonne conscience écologique achetee a grand frais . Le gap entre le monde de la mode et le monde réel devient abyssal, un gouffre peuple de créatures monstrueuses, les mannequins de Balenciaga aux joues de martiennes ou les squelettes flippants de maigreur. Flippant, dérangeant, fake, rien de va plus ...
RÉPONDRE
SidhartaIl y a 1 mois
Bien d'accord, la seule chose qui m'inspire est le mélange de couleurs chez Dries VN (rose schocking et gris + doré ou bleu cyan, rouge + léopard)
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 1 mois
J'ai très peu suivi ce mois de la mode. Je crois que je me désintéresse du milieu. Le seul truc qui m'a un peu passionné c'est le retour de Jennifer Lopez chez Versace et surtout la révélation d'Olivier Rousteing sur ses origines africaines. J'aimerais beaucoup voir le film. Pour le reste, ce n'est que des vêtements couteux rarement portés par la rue, mis en scène dans des shows faramineux sur de + ou - beaux mannequins. Alors, évidemment, il reste quelques belles pièces et des défilés bien ficelés, mais tout cela me devient de plus en plus étranger. J'ai à peine lu les récits de la Paris Fashion Week de Bizet ou de Fontanel alors qu'avant, j'en étais friande. Et pour finir, la Marie s'infiltre chez Chanel ou Etam est vraiment ridicule ou comment vouloir à tout prix gâcher le travail de plusieurs équipes pour son petit buzz personnel. Slimane, Valentino, c'était bien... mais redondant. Evidemment, c'était cool de revoir Christian Lacroix. Voilà, je suis blasée et en pleine léthargie fashion.
RÉPONDRE
Seul et fabuleux !Il y a 1 mois
Marie s’infiltre c’est effectivement un peu ridicule, de là à dire qu’elle gâche le travail, non !
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 mois
Je la trouve audacieuse en fait et me dis que c’est dingue que cela ne fût jamais fait avant (et puis, chez Chanel, cela permet de se rendre compte que les fringues sont très bateau)
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 1 mois
Il faut noter que la forêt Dior a été replantée (tout de même).
Quoi dire, sinon que je trouve tout très moche ? Et ça me désespère de voir des jolies jeunes filles dans la rue porter les pires trucs qu'on mettait à la fin des années 80... Au secours !
RÉPONDRE
vmode9Il y a 1 mois
Pareil, j'ai regardé quelques trucs mais sans plus - De toute façon, la mode c'est comme la bouffe, quand c'est trop c'est gerbant :-) Et puis avec Insta et son flux inscessant d'images tout cela finira par être contreproductif pour les marques . Comme pour tous les aspects de la vie, l'envie/le désir sont les moteurs, or la banalisation, la surenchère, la vulgarisation ne les attisent d'aucune façon :-(
RÉPONDRE
Seul et fabuleux !Il y a 1 mois
Ce monde (de la mode) dans lequel on vit... ;)
Un peu flippant tout ça, parfois ! :(
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 mois
La lecture de ce billet m'a rendue triste et je me suis rendue compte que je ne suivait plus les défilés depuis longtemps , certains noms me sont mêmes inconnus.

J'ai juste regardé le défilé Dries Van Noten qui a toujours mes faveurs , et voir une idée nouvelle en s'associant avec Christian Lacroix si novateur en son temps .
Au final je préfère la poésie toute protestante de Dries seul , même si certaines associations sont réussies et inspirantes , j'ai du zèbre et du violet .
Je m'aperçois que le street style autour des défilés ( cette année Copenhague) ou ailleurs m'apporte plus , les archives de la mode aussi , les expositions et autres musées.
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 mois
ça pique : je ne suivais - même inconnus
RÉPONDRE
caroline lIl y a 1 mois
Hello Violette, je suis entièrement d'accord avec toi! J'ai bien aimé le show Dries/Lacroix et l'inspiration se puise partout ailleurs... A propos de "poésie protestante" je te recommande l'expo du peintre Hammershoi! Bonne journée!
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 1 mois
Oui idem je ne suis plus les fashion weeks, je n'achète plus Vogue ou autres depuis des années. Plus rien ne fait rêver comme avant. La com est plus efficace, les décors sont toujours plus grandioses mais au détriment de la créativité et de la beauté collections. Mais ils continent à bien vendre c'est tout ce qui compte pour eux au final.
RÉPONDRE
EliseIl y a 1 mois
Je n'aime pas la "néobourgeoise" de Celine, je ne comprend pas cet engouement pour ce genre de look, mais l'analyse que tu en fais est très intéressante je trouve !
Les prothèses de pommettes de chez Balenziaga me rappellent les shows McQueen et ça j'aime bien.
RÉPONDRE
catherineIl y a 1 mois
En phase avec ton analyse. J'ai changé aussi mon regard depuis quelques années... Je ne sais pas s'il y a un déni général dans ce milieu, mais faire des collections à répétition est intrinsèquement incompatible avec l'écologie et les conséquences que l'on connaît déjà. En revanche, la beauté sauve un peu nos âmes avec des bulles créatives.
RÉPONDRE
LaurenceIl y a 1 mois
Je suis d'accord , quelle vilaine collection sans cohérence
RÉPONDRE
LaurenceIl y a 1 mois
Chanel
RÉPONDRE
CesomuIl y a 1 mois
Bonjour Lise,
Est ce pour cette raison , peut etre , que tu n as fait qu une rubrique sur le " Lookbook "cette saison?
Sur la galerie de portraits j ai lu ta réponse très sincère et touchante a un des commentaires...maladie oui puisque diagnostic mais que de chemins parcourus (dans ts les sens du terme)depuis l enfance et l adolescence....c 'est ca qui compte je crois
Pour plusieurs d entre nous , ce blog sensible, intelligent, honnête et fédérateur souvent nous fait du bien
Merci Lise et Julien
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 1 mois
Concernant les lookbooks c'est de ma faute :)

J'ai pris pas mal de retard... j'y travaille :p
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode