Ecureuil

Chronique #133 : Les gens du parc

Le dimanche matin, il n'est pas rare que nous emmenions Charles jouer au sein d'un grand parc situé à 30 minutes à pied de chez nous. Là, entre balançoires, terrain de baseball, structure en cordes et immenses étendues de pelouses vallonnées, nous croisons une faune hétéroclite que nous prenons un certain plaisir à observer… 
Ecureuil

La vieille dame s'exerçant au tai-chi


Dans son survêtement rose pastel, elle fend l'air frais de gestes souples et imperturbables. Au son des vibrations sonores s'échappant du transistor rouillé posé à ses côtés, elle enchaîne au ralenti les postures évoquant les films d'arts martiaux des années 80. Autour d'elle les feuilles mortes virevoltent, les écureuils s'attardent intrigués par la force quasi magnétique émanant de son corps frêle, tandis que les promeneurs effectuent un léger détour pour ne pas déranger sa lente danse guerrière. Au bout d'un moment, la musique s'interrompt, stoppant les mouvements déliés de sa microscopique silhouette. En un battement de cils, la magie s'évapore ; la déesse zen range son transistor dans un vieux cabas à roulette, enfile une parka bon marché et redevient la frêle vieille dame anonyme qu'elle était trente minutes plus tôt.

Le couple avec enfants en bas âge


Alors que la montre Flik Flak de leur fille indique 9h15, l'impression d'avoir déjà vécu une journée entière hante ces jeunes parents à la mine défaite. Réveillés à 5 heures tapantes par l'horloge biologique diaboliquement irrégulière de leur aînée de 4 ans (grasses matinées en semaine/réveils aux aurores le week-end), ils enchaînent depuis avec changements de couches, parties de cartes retournées, biberons, bols de céréales, histoires, recherches de doudous, bandages de bobos imaginaires, habillages et mouchages de nez. Bref, lorsqu'ils pénètrent dans le parc, la crise de larmes est imminente, l'envie d'une vasectomie obsédante et le besoin d'irish coffee irrépressible. Proche de la catatonie, ils s'écroulent lourdement sur le premier banc mouillé venu (peu importe...) et observent d'un air résigné - que seuls les parents en manque chronique de sommeil peuvent comprendre -  leur progéniture déguster goulûment leur château de sable, explorer studieusement les poubelles, s'éprendre d'un cadavre de donut, disséquer un ver de terre visqueux et concocter des shakers boue/lait maternel…

Le vagabond


Consciencieusement, il replie sa couverture de survie en un minuscule rectangle argenté, regroupe les cartons l'ayant protégé de l'humidité du sol durant son sommeil et glisse le tout dans le caddie qui l'attend non loin. D'un pas libéré des angoisses de la nuit, il se dirige vers la fontaine bordant la zone de jeu aquatique déserte en ce matin d'automne. Il y remplit un seau en plastique blanc (conçu à l'origine pour accueillir des boules fraîches de mozzarella), sort de sa poche un bout de savon, le trempe dans l'eau et s'en frictionne le visage. Soudain, il relève la tête, prenant brutalement conscience de l'activité naissante du parc. Auparavant lents et précis, ses gestes s'accélèrent, au point d'en devenir confus. Il se rince précipitamment, oublie son seau, court presque vers ses maigres possessions. Fébrile, Il saisit son caddie, jette un dernier regard à ceux l'ayant brusquement ramené à son abyssale solitude et s'en retourne retrouver la froideur de la rue. 

Les joueurs de basket-ball


Le thermomètre a beau atteindre difficilement les 13°C, la sueur n'en perle pas moins déjà sur les torses de ceux qui, depuis 9h du matin, se livrent une bataille acharnée sur le terrain de basket situé à deux pas des balançoires. Dans la lumière poudreuse de l'automne, les injonctions fusent, les muscles saillent, les semelles rebondissent, les paniers tremblent, les cris de victoire retentissent régulièrement… Du geek maigrelet au géant à dreadlocks en passant par le jeune père de famille, les adolescents dopés aux hormones et le quinquagénaire parfaitement conservé, les joueurs composent un ensemble hétéroclite presque insolite. Pourtant, il règne sur ce terrain une indéniable harmonie. Ces hommes qui ne se seraient sûrement pas adressés la parole dans le métro semblent en effet avoir tissé sur le terrain une complicité virile, riche et intense qui, en dépit d'être éphémère, n'en semble pas moins addictive, si l'on en croit le blondinet tout en jambes qui lance à la fin de la partie : "Eh les gars, si on remettait ça la semaine prochaine ?".

Le groupe de parents "parfaits"


Entre doudounes griffées sans manches, queues de cheval hautes lustrées, teints idéaux, gloss discrets, lunettes de soleil immenses, poussettes tout-terrain et slims gainant des fesses surentraînées au pilate fusion, l'escadron de mamans venant de pénétrer sur l'aire de jeux respire l'irréalité. Munies de leurs gobelets de café recyclables, ces super women semblant sortir tout droit d'un sitcom américain babillent joyeusement, tout en multipliant les gestes maternels envers leurs adorables bambins. Agacement, fatigue et relâchement sont des termes qui semblent avoir été depuis longtemps blacklistés de leur univers... De temps à autre, une silhouette masculine à la carrure sexy vient enlacer brièvement l'une de ces créatures sponsorisées par Mattel, avant de repartir rejoindre le clan des maris. Aussi lisses et rutilants que leurs épouses, ces derniers affichent une bonne humeur surjouée, à coups de lancers de frisbee, éclats de rire sonores, changements de couche éclair sur sac à langer technotronique et actions espiègles particulièrement photogéniques (lancements d'enfant dans les airs, jets de feuilles mortes, etc...). Pendant ce temps, sur le banc d'en face, les parents d'une fillette mâchouillant un ver de terre les fixent dans un état d'hébétement pré-burnout...

Les amoureux noctambules


Le blouson dézippé sur un tee-shirt de rock pour l'un, la robe trop courte pour l'autre, ils avancent d'une démarche fatiguée au travers du gazon disparate. Sur leur visage, on distingue le demi-sourire extatique des noctambules ayant laissé filer les heures jusqu'au petit matin. À leur gestuelle tendre et complice, on les devine amoureux. Elle rit, trébuche, il la rattrape, l'embrasse dans les cheveux. Ils finissent par s'asseoir au bord du terrain de baseball. Le vent fait tressaillir la jeune fille, qui allume fébrilement une cigarette. Il frissonne également, mais n'en retire pas moins son blouson pour en couvrir les épaules de sa compagne. Subitement découverts, ses bras maigres à la blancheur spectrale contredisent la virilité de ses tatouages. Serrés l'un contre l'autre tels deux moineaux ébouriffés, ils s'éternisent dans le flou sensoriel que génèrent les nuits blanches...
Suivez-nous sur , et
Partager l'article
Par Lise Huret, le 18 octobre 2019
Vous aimerez également
Chronique #135 : Amour maternel à rebours
Il y a 6 jours - 21
EN SAVOIR PLUS
Chronique #134 : Mes
Il y a 15 jours - 51
EN SAVOIR PLUS
28 commentaires
Tous les commentaires
AlixIl y a 26 jours
« Pendant ce temps, sur le banc d'en face, les parents d'une fillette mâchouillant un vers de terre les fixent dans un état d'hébétement pré-burnout.. »

J’en ai pleuré de rire!!! Merci pour ces portraits pleins de vie.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Merci Alix ;)
RÉPONDRE
EmmaIl y a 23 jours
Ohh oui, j'allais faire la même remarque, on les visualise parfaitement ces pauvres parents.

Mais je me demande quel est le coût psychologique de ces parents parfaits.

A tous compter je pense que je préfère être la gamine qui mâchouille son vers
RÉPONDRE
SidhartaIl y a 23 jours
Haha que de souvenirs! moi j'étais clairement dans la team "ver de terre"...
mais avec le recul je pense que le parent "ver de terre" est aussi dans un trip de perfection, comme le parent "queue de cheval lissée".
RÉPONDRE
AlixIl y a 23 jours
On en sort juste mais, clairement, avec 3 garçons dont l’aîné a juste 6 ans et d’une énergie débordante, on sort juste de la phase ver de terre.
D’ailleurs ça me parle particulièrement, vu que mon 2ème a déjà avalé un escargot tout cru...
RÉPONDRE
SashaIl y a 26 jours
Rhôoooo.....je me souviens lorsque j'ai lu la chronique #01 en pensant quelle bonne idée cette rubrique. Et voilà la chronique #133.....et ma pensée n'a pas changé.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Oh la la la, la première chronique ... je crois qu'elle date de 2009 !
RÉPONDRE
CesomuIl y a 26 jours
J ' ai bien aime la vieille dame du tai chi....

Pour moi c est l inverse , quand je fais du tai chi je bouge comme une vieille dame (activite nouvelle mais o combien compliquee) et quand je repars je me sens légère comme un jeune papillon....
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Cette discipline me fascine... J'ai l'impression qu'il faut mémoriser énormément de mouvements !
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 26 jours
Chère Lise,

Merci pour ces nouveaux portraits comiques pour certains et touchants pour d’autres. Les amoureux noctambules... une douce nostalgie.

Très beau week-end à toute la famille
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
J'en déduis donc que tu as fait partie des amoureux noctambules ;)

Merci !

Je te souhaite de passer également un très beau week-end !
RÉPONDRE
HeLNIl y a 25 jours
Lise, j'aime tellement ta capacité d'observation et la fluidité de la restitution, merci encore pour ces magnifiques portraits 💕
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 25 jours
Merci ma chère HelN :)
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 25 jours
Une véritable étude sociologique ;) avec de l'humour en plus !
Bon week-end
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 25 jours
;)
Bon week-end !
RÉPONDRE
JulietteIl y a 25 jours
Magnifique plume, comme d'habitude! Mère d'un enfant de 3 ans et d'un autre de 9 mois, je me suis reconnue dans l'état d'épuisement avancé des jeunes parents hébétés :) Et mon coeur s'est serré à la description du vagabond...
RÉPONDRE
GaranceIl y a 25 jours
Hé, hé... J'ai maintenant des ados à la maison, et pourtant, la description des parents épuisés me semble encore si proche. J'avoue que je ne regrette pas cette période incroyable, pendant laquelle effectivement à 9h00 du matin on a l'impression d'avoir déjà une journée complète derrière soi.
Quant au décalage avec les parents "sponsorisés par Mattel"... eh bien peut-être vient-il tout simplement du fait que la progéniture de ces derniers est veillée la nuit par une babysitter ? C'est le genre du truc qui change un peu la journée !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 25 jours
Ces "super mamans" sont effectivement sûrement aidées par une tierce personne :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 25 jours
Je t'envoie des litres de jus d'orange et beaucoup de soleil pour réussir à tenir le coup :)
RÉPONDRE
CaIl y a 24 jours
Très beaux portraits ☺ je me suis gardée cette lecture pr ce dimanche pluvieux. Et maintenant j'attaque le dernier livre de Sylvain Tesson #vive les dimanches 😁
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Oh tu me diras si le Tesson vaut le coup ?
RÉPONDRE
CarolineIl y a 24 jours
J'aime beaucoup ce tableau d'un parc canadien à l'automne, elle donne envie de s'y promener en marchant sur les feuilles d'érable, de regarder les différents personnages du tableau et de rireintérieurement en repensant à cette chronique si juste.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Merci Caroline !
RÉPONDRE
MartinaIl y a 24 jours
J'apprécie beaucoup tes textes. Tu observes bien et tu décris parfaitement les situations avec de la sensibilité et de l'humour. J'ai ri avec les parents "parfaits".... on s'y croirait ! Et j'ai été émue avec le vagabond et les amoureux . Continue Lise.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
C'est très gentil Martina, merci :)
RÉPONDRE
Seul et fabuleux !Il y a 23 jours
Et toi t’es dans quelle catégorie ? ;)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 23 jours
Ah ah ah bonne question ;)

Je pense qu'un observateur pourrait nous décrire ainsi :
* Option bon jour : un couple détendu jouant avec un petit garçon joyeux
* Option mauvais jour : un couple s'ignorant et affichant une mine renfrognée en observant un petit garçon boudant à 10 mètres devant :)
RÉPONDRE
CamilleIl y a 22 jours
J'aime tellement ces portraits. Vous écrivez ci-bien Lise.
Ma pause déjeuner est toujours parfaite lorsque je remarque un nouvel article sur TDM.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode