Bottines Timberland

Chronique #144 : L'adieu aux Timberland

1246
Abîmées par quatre hivers rigoureux, par les dents acérées des escalators du métro et par ma démarche supinatrice usant leurs semelles vers l'extérieur, mes Timberland me regardent d'un air triste et résigné. Elles savent qu'elles symbolisent bien trop nos dernières années passées au Canada - entre confusion, désillusion et quiproquo - pour que je les autorise à m'accompagner dans notre nouvelle vie portugaise…
Bottines Timberland
Décembre 2016 (veille de notre première tempête de neige). Affolée par l'idée de devoir affronter en baskets 40 cm de poudreuse, je fonce dans la boutique de chaussures la plus proche. Les Timberland jaunes étant les seules bottines disponibles en 39, l'affaire est réglée en quelques minutes. C'est ainsi qu'à l'image de Toronto où nous avons posé nos valises par défaut (un imprévu de dernière minute nous ayant empêchés de partir en Islande comme cela était initialement prévu), je vécus les 3 dernières années dans des bottines que l'urgence m'avait imposées. Des bottines confortables, mais me plaisant assez peu. 

Seules nos virées dans le "Grand Nord" me faisaient apprécier mes boots de bûcheron.  Écraser la poudreuse sous leurs semelles crantées, courir sur le sol gelé de la forêt sans déraper ou encore m'enfoncer dans 90 cm de neige tout en sentant mes pieds bien au chaud au creux de leur cuir robuste furent autant d'expériences jouissives que leur compagnie me permit de vivre pleinement. À la fin de ces journées passées dans un chalet du nord de l'Ontario, alors que je les voyais s'égoutter dans l'entrée sur le plateau en plastique prévu à cet effet, j'éprouvais une vraie tendresse envers elle. Elles avaient fait leur preuve dans leur élément. Elles incarnaient alors le Canada de mes fantasmes d'enfant ; une terre recouverte de forêt, saturée de neige, dépourvue d'êtres humains sur des kilomètres. Lors de ces rares moments où la nature primait sur les gratte-ciels, j'aimais mes Timberland, j'aimais le Canada. Les choses étaient à leur place. 

En ville, la dimension aventurière de mes boots s'évaporait très vite. Leur lourdeur ralentissait mes pas pressés sur le chemin de l'école. Elles m'encombraient dans les salles d'attente, trempaient la moquette du lobby de l'immeuble ainsi que celle de l'ascenseur. Dénotant en milieu urbain, elles me suppliaient de repartir sur les berges du lac Huron, de négocier des week-ends prolongés pour aller explorer le parc Killarney, de déscolariser Charles et de partir arpenter le pays en camping-car. Je faisais la sourde oreille. Je refusais de voir dans ces bottines le symbole de ma vie canadienne, à savoir une totale inadéquation entre celle que je suis et notre choix de vivre en ville loin d'une nature grandiose qui m'aurait assurément comblée. 

Faire face à ce constat était pour moi trop difficile, alors plutôt que d'oser bousculer nos vies, je pris le parti de détester toujours un peu plus ces innocentes bottines. Chaque nouvelle écorchure dans leur cuir tendre me réjouissait. 

Le temps a passé, elles se sont encore un peu plus abîmées. Et si je leur en voulais terriblement de ne pas être à la hauteur de mon rêve canadien, je m'en voulais encore plus de ne pas m'être donné les moyens de vivre ce dernier. Ah, si seulement j'avais investi dans une paire de Sorel… (humour)

Alors que nous nous envolerons dans quelques semaines vers le Portugal, je jette un regard chargé de regrets sur mes Timberland qui hier encore m'ont évité une glissade magistrale sur un trottoir complètement verglacé. Nous nous sommes ratées. J'aurais pu satisfaire leur besoin viscéral de grands espaces ; au lieu de cela, j'ai préféré le confort étouffant de la ville. J'aurais pu profiter de leur sécurité tout terrain pour faire le grand saut et assouvir mes fringales d'air pur ; au lieu de cela, je les ai emmenées dans les couloirs souterrains surchauffés des centres commerciaux en quête de barres chocolatées et autres cidres trop alcoolisés. J'espère que je ferai mieux avec les tongs que je compte m'acheter dès notre arrivée à Cascais...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 24 février 2020
Vous aimerez également
Chronique #156 : Le danger de l'immédiateté
Il y a 1 mois - 28
EN SAVOIR PLUS
46 commentaires
Tous les commentaires
LéaIl y a 5 mois
Oh, c'est plein d'humour et c'est très tendre. Merci pour ce belle chronique. L'essentiel c'est que vous arpentez la vie à grand pas...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Merci Léa !
"L'essentiel c'est que vous arpentez la vie à grand pas..." : oui mais à condition d'aller dans la bonne direction ;)
RÉPONDRE
Marie2ParisIl y a 5 mois
Je ne crois pas qu’il y est une bonne ou une mauvaise direction ^^ Blague mise à part, je crois qu’on prend la direction qu’on est capable de prendre à un instant T pour nous amener à un autre carrefour, l’essentiel étant de profiter du chemin et de retenir les leçons mises sur notre chemin. Il semble donc que, même si tu es passée à côté de tes Tim, elles t’aient apportées quelque chose de précieux : ce rappel de ce que ton cœur veut vraiment vivre. Je te souhaite de pouvoir renouer ce contact vivifiant avec la nature à Cascais!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Tu as raison :)
RÉPONDRE
CesomuIl y a 5 mois
Ah si on ne se posait quelquepart qu'avec notre coeur ....réfléchir oui; regretter c 'est se faire du mal
Les départs quels qu'ils soient sont matière a penser, a analyser tout....
Je me disais: comment ce petit, grand Charles vit ce départ....(sans penser a ses boots j'imagine)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Regretter certains de mes choix me motive pour ne plus faire les même erreurs dans le futur. C'est un sentiment moteur.

Charles est follement heureux de partir. Il a envie de découvrir une nouvelle école, d'apprendre une troisième langue, de trouver une bonne équipe de foot... :)
RÉPONDRE
RamonaIl y a 5 mois
Très joli texte qui fait écho à tellement de choses dans nos rapports aux vêtements. Quel bonheur de lire des textes aussi intelligents.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Merci Ramona, c'est très gentil :)
RÉPONDRE
CatIl y a 5 mois
Ta touchante chronique fait écho à la pièce de théâtre « Des habits et moi » que j’invite nos amies de TDM à aller voir.
Le symbole que nos vêtements représentent à chaque étape de notre vie...que ce soit un événement heureux ou malheureux.
La pièce est très drôle et chacune s’y retrouve.
Je te jure, tu n’oublieras jamais tes Timberland qui t’ont accompagnée pendant ces 3 années au Canada.
Belle vie à tes tongs!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Oh j'aurais adoré voir cette pièce !
RÉPONDRE
Violette.bIl y a 5 mois
L'histoire de la chaussure qui n'a jamais su trouver sa place ....très joli.
Ah les tong les chaussures fétiches de Mme Chic ...qui l'eu cru ....j'adore: en pantoufles chez moi, en vacances et maintenant en ville le changement climatique me le permet...mais pieds sales ...trop de pollution.
Belle arrivée au Portugal , et donc de chouettes tongs à venir !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
;)
RÉPONDRE
SophieIl y a 5 mois
Très belle prose, Lise, mais... je suis peinée pour ces pauvres chaussures ! Que vont-elles devenir ?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Je vais sûrement les donner à la jeune femme qui dort dans une rue derriere chez nous.
RÉPONDRE
AudreyIl y a 5 mois
Cascais... quel changement, quelle aventure !
C'est très beau ce texte. Même si certains de mes vêtements sont associés à des époques ou des lieux, je n'avais jamais vu les choses comme ça, et ça a attendri ma vision au moins pour la journée :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Oui, cela va beaucoup nous changer ;)
RÉPONDRE
AlexandraIl y a 5 mois
Wahouuu! J'ai adoré cette chronique magnifiquement écrite et pleine d'humour. Bonne chance dans votre nouvelle aventure. Je suis amoureuse de Cascais.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Merci beaucoup Alexandra !
RÉPONDRE
EmgéeIl y a 5 mois
J'ai passé trois jours merveilleux á Cascais l'an dernier, á un saut de puce de chez moi (3h d'autoroute). Bienvenue sur la péninsule! ;))
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Merci ! On a hâte d'y être ;)
RÉPONDRE
Martine Il y a 5 mois
Cette chronique est magnifique d'émotions ! Elle me touche par sa justesse. J'ajouterais juste que tout ce que nous avons vécu est une expérience mais si elle est imparfaite.
À très vite le plaisir de te lire et bonne transition pour les temps prochains.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Je suis tout à fait d'accord ;)
RÉPONDRE
AnjuIl y a 5 mois
Trés belle chronique, trés touchante. Je vous souhaite tout le bonheur dans votre nouveau chez vous !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Merci !
RÉPONDRE
HeLNIl y a 5 mois
Hello Lise,
J'ai adoré ce billet et me suis prise d'affection pour tes Timberland. Pourquoi ne pas les rapporter pour des séjours enneigés en Lozère ? (bon j'ai vu que sinon tu envisageais de le donner à quelqu'un qui en a besoin, elles poursuivront donc une belle vie dans ce cas également !)
Et sinon je garde de l'Algarve un souvenir magnifique, notamment de Carvoeiro où nous avions posé nos pénates avec Chéri pendant nos premières vacances communes, 1 mois en Super 5 à la découverte du Portugal...en 1997 (😳)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
"1 mois en Super 5 à la découverte du Portugal" : le rêve !!!
RÉPONDRE
EstarlaIl y a 5 mois
Chère Lise, puis-je me permettre une question un peu personnelle...? Lors de l'imprévu qui a marqué la fin du projet islandais, pourquoi vous aviez-vous tourné vers Toronto, à priori aux antipodes de l'Islande (pas pour le climat, mais pour le coté grande ville, le style de vie à l'américaine, etc) ? En tout cas, savoir vivre en adéquation avec qui on est est un long chemin et les passages un peu ratés sont inévitables ! Je vous souhaite plein de bonheur pour la nouvelle destination.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Nous avions la possibilité d'obtenir facilement la résidence permanente car nous avions entamer les démarches deux auparavant lorsque nous vivions à Vancouver. On s'est dit pourquoi ne pas en profiter ?
RÉPONDRE
EstarlaIl y a 5 mois
Merci de ta réponse Lise. J'espère que l'expérience a eu quand même des choses positives ! Si Charles est bilangue, rien que ça, c'est déjà génial.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Bien sûr ! Nous avons vu Charles devenir complètement bilingue, nous avons tissé des liens très forts avec de nouveaux amis, nous avons amélioré notre anglais, nous avons expérimenté la vie sous pas mal de centimètres de neige, fait de la luge en ville, du patin à glace, des batailles de boules de neige mémorables, des dîners sur le sable au bord du lac... Oui, ce fut une belle aventure !
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 5 mois
Bon retour sur notre bonne vieille Europe ! Je pense aussi comme dit plus haut qu'il n'y a pas de bons ou mauvais choix. On pense faire ce qui juste sur le coup et on prend ce qu'il y a prendre. C'est normal d'avoir des regrets on ne peut pas toujours faire tout ce qu'on aurait voulu. C'est facile de dire à la fin j'aurais dû mais certainement que d'autres choses étaient prioritaires sur le moment. Il vous reste pleins d'aventures à vivre encore. Toutes les expériences sont bonnes à prendre et permettent de nous connaître mieux et de savoir comment on veut vraiment vivre. Moi j'admire votre mode vie en tout cas bravo ! J'ai quitté la banlieue de Paris (où je suis née) il y a 1 an et demi pour la Bretagne et je ne le regrette pas. Si je pars un jour je me dirais peut être aussi que je n'ai pas assez rentabilisé ma combinaison de plongée tout comme tes Tim lol ! Alors cette semaine je l'utilise allez !
RÉPONDRE
CessIl y a 5 mois
Ahlala. Merci pour ce commentaire ! Ça résonne !
C'est tellement vrai que l'on choisit une voie que l'on pense juste à un moment. Dès fois on se trompe un petit peu d'orientation ou alors l'expérience acquiert une dimension qui n'était pas escomptée au départ, ou alors on change et notre perception aussi....
La vie quoi !...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Allez zou ! File admirer les poissons pour moi ! ;)
RÉPONDRE
MarieIl y a 5 mois
Toujours aussi joli texte !
Si je peux me permettre, c'est une démarche suppinatrice qui occasionne une usure sur l'extérieur des chaussures..
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Tu as raison :)
Nous venons de le modifier !
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 5 mois
Une jolie manière de faire le bilan de votre expérience au Canada. Après trois ans en France, j'avoue que ce pays me manque toujours. C'est vrai que la nature c'est quand même ce qu'il y a de plus beau là-bas. Moi je continue de rêver du Vermont, qui sait ? Même si j'apprécie le confort de la France et la proximité des autres pays européens. Bonne installation au Portugal !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Qui sait effectivement où le vent te portera ? Le Vermont fait rêver ;)
RÉPONDRE
CarolineIl y a 5 mois
Ah, ça me parle... tous ces vêtements qu'on achète avec un but précis qu'on n'atteint jamais...
Lise, pourquoi n'as-tu pas pu profiter davantage des grands espaces canadiens?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
En fait, le "problème" c'est qu'au Canada les distances sont immenses. Les grands espaces dont je rêvais étaient au grand minimum à 6 heures de route, or Charles déteste la voiture (il y est malade). C'était donc relativement compliqué. On ne pouvait pas y aller sur un week-end...
Cela dit lors de nos vacances nous avons profité de la proximité des USA pour découvrir les coins qui nous attiraient ;)
RÉPONDRE
CarolineIl y a 5 mois
Ah oui, je comprends... c'est très frustrant d'être à la fois proche et trop loin des espaces qui nous donnent envie. J'ai vécu le même problème en Suisse : basée à Genève alors que je rêvais des Grisons et de la vie d'Heidi...
RÉPONDRE
Seul et fabuleux ! Il y a 5 mois
Je vais vivre pieds nus je pense...
J'ai acheté une paire de chaussures en cuir marron... Je suis heureux de m'être offert cette touche d'élégance, ça fait des années que je ne m'étais pas offert une belle paire de chaussures... Mais l'ennui c'est que je marche beaucoup voir énormément et ça ne colle pas avec ce fait !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Vivre pieds nus ... Très bonne idée, mais sur le sable fin d'une île paradisiaque !
RÉPONDRE
annaIl y a 5 mois
quel plaisir de te lire, et que je suis contente que "l'on" déménage :) c'est assez merveilleux d'habiter partout par procuration :)
(pour les tongs essaye les beach originals belle qualité et couleurs vintage)
RÉPONDRE
milaIl y a 5 mois
Haha tout à fait Anna ! à travers TDM et ses charmants "chroniqueurs " j'ai l'impression de déménager aussi et c'est très agréable d'autant plus qu'on ne fait pas les bagages !! Cetta nouvelle aventure modifiera t elle les points de vue modesques, stylistiques, voire les goûts de nos 3 aventuriers ? Humm frissons de curiosité. .. Bonne route à Lise Julien Charles 👪
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
Suspens ! :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 mois
J'ai hâte de vous emmener dans nos bagages :)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode