Chien Acne Studios

Chronique #146 : Ces vêtements qui font pire que mieux

1227
On l'a porté et reporté, pensant qu'elle sublimait une partie de notre anatomie ou en faisait oublier une autre. Persuadée qu'elle était notre meilleure alliée dans la lutte contre nos complexes, on lui avait signé un CDI les yeux fermés. Jusqu'à ce qu'une photo ou une remarque vienne fissurer nos certitudes et nous fasse prendre brutalement conscience que notre BFF vestimentaire ne nous voulait peut-être pas que du bien...
Chien Acne Studios

Le maxi foulard


Illusion


2006. Alourdi par la boulimie post-anorexie, l'ovale de mon visage est friand de ces immenses foulards qui, une fois enroulés de manière lâche autour du cou, permettent de flouter ce que je considère comme un intolérable double menton. Quelle que soit la saison, j'arbore ainsi du matin au soir une volumineuse minerve soyeuse.

Prise de conscience


Après une partie de tennis disputée sous un soleil de plomb où j'avais bien entendu gardé mon gigantesque carré en polyester noué autour du cou, Julien finit par me poser la question fatidique : "Mais pourquoi est-ce que tu portes toujours ce truc ? Il fait quand même 29 degrés !". Je lui oppose alors un silence gêné, n'osant pas lui révéler les causes de ce fétichisme. Une fois assise à ses côtés dans la voiture, le visage tourné vers la vitre et les larmes dévalant mes joues, je finis par lui expliquer les raisons de cette tendance toute personnelle. Il gare alors la 205 sur le bas-côté, se retourne vers moi, dénoue doucement l'étoffe refuge et me dit "Lise, sais-tu que tu as un très long cou ? Et que celui-ci te permet d'avoir le port de tête d'une danseuse classique ?". Il sort alors de la voiture, noue ledit foulard autour de la branche d'un arbre bordant la route, puis remonte en voiture l'air de rien. 
Depuis ce jour, je n'ai plus jamais reporté - hors hivers canadiens - d'immenses foulards ou écharpes parasitant la ligne de mon cou. 

Le maillot de bain shorty


Illusion


2007. Étant persuadée de posséder une culotte de cheval prononcée, seul le maillot de bain shorty trouve grâce à mes yeux. Recouvrant le haut de ma jambe, celui-ci me donne l'impression de faire disparaître - le temps d'une baignade - les capitons que j'ai décelé sous la douche et d'atténuer la petite excroissance se trouvant sur le côté extérieur de mes cuisses. Le lycra version "cycliste des plages" est alors mon compagnon estival ; j'estime que celui-ci allonge ma silhouette et me donne une allure sportive de nymphe james-bondienne…

Prise de conscience


2009 : À l'occasion de l'un de mes premiers articles "Maillots de bain" rédigés sur Tendance de mode, je commence à m'intéresser à la problématique "Quel maillot de bain pour quelle morphologie ?". Je prends alors conscience que contrairement à ce que je croyais, le shorty est en réalité le pire choix possible pour les silhouettes de type A. Coupant le haut de la cuisse, il donne en effet l'impression que la jambe est plus courte… Alors certes, il dissimule une parcelle d'épiderme celluliteux, mais à quel prix ? Au prix de l'allure générale de la silhouette. 
Je comprends dès lors qu'il me faudra délaisser le shorty au profit d'un maillot de bain échancré générant un effet d'optique flatteur (à savoir une cuisse plus élancée). 

Le jean boyfriend oversize


Illusion


2015 : Cela fait un mois que nous sommes à Florence et un mois que j'ai entamé le sevrage d'un antidépresseur que je prends depuis 7 ans. Or, subir de plein fouet les effets secondaires de cette privation nécessaire de molécules chimiques (qui engendre chez moi une augmentation drastique de l'appétit) au pays des pâtes, glaces et autres pizzas se révèle quelque peu problématique : devenant trop serrés, mes jeans m'empêchent de plus en plus de respirer, tandis que mon estime de moi dégringole. À défaut de dénicher une pilule magique susceptible de me rendre ma bonne humeur, je décide d'aller m'offrir un nouveau denim chez COS. Je choisis alors un modèle boyfriend trop large qui - j'en suis persuadée - me fera paraître plus mince… 

Prise de conscience


2016. Installée sur le canapé de notre nouvel appartement canadien, j'ose enfin jeter un coup d'oeil aux photos prises lors de nos 6 mois passés en Italie. Je fais défiler les images. Ah le Duomo, le Ponte Vecchio, la Piazzale Michelangelo, la terrible coupe de cheveux de Charly… Les souvenirs défilent, tendres et savoureux. Soudain, je tombe sur une photo de moi (de dos) gravissant le chemin menant à la basilique San Miniato al Monte. Dans mon fameux jean COS, je donne l'impression de sortir du film Professeur Foldingue... J'ai beau zoomer et dézoomer, le verdict reste le même : celui qui devait - par effet de contraste - me faire paraître plus svelte me rajoute en réalité des kilos inexistants. Il ne m'en faut alors pas plus pour aller me saisir du traître, empoigner mes ciseaux de couture et lancer à Charles : "Dis-moi mon chéri, ça te dirait une tente pour tes doudous ?"

Mais aussi...


Les sandales plates à plateaux alourdissant mes chevilles un brin épaisses.
La blouse blanche minimaliste me faisant passer - sur les photos estivales - pour une infirmière sortant du bloc.
Le serre-tête volumineux me faisant ressembler à Simone de Beauvoir (le charisme en moins). 
La mini robe sexy qui dans la cabine d'essayage me transforme en irrésistible pin-up, mais qui "In real life" s'avère juste vulgaire.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 12 mars 2020
Vous aimerez également
Chronique #156 : Le danger de l'immédiateté
Il y a 1 mois - 28
EN SAVOIR PLUS
27 commentaires
Tous les commentaires
cerise_confiteIl y a 4 mois
Haha je viens de vivre exactement ça!
Nous avons passé un mois au Cap-Vert et j'ai très souvent porté un t-shirt H&M oversize avec mes shorts en jean. Il s'est malheureusement avéré sur les photos que le résultat était hyper peu flatteur - la coupe trop large me donnait l'air d'un petit tonneau violet et le tissu trop fin allait se poser avec gourmandise sur le moindre bourrelet. Bref j'aurais tellement mieux fait de mettre un top moulant!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
En fait, le moulant est souvent bien plus flatteur que l'oversize, n'en déplaise à nos complexes ;)
RÉPONDRE
V.Il y a 4 mois
Ah c'est fou nous sommes notre pire ennemi, c'est vrai en plus, tu as un port de tête de danseuse. Heureusement il existe des hommes biens et aimants sur terre pour antidote (même s'il y a d'autres antidotes bien sûr, en premier lieu nous aimer nous mêmes, mais le regard des autres peut être si destructeur autant que si salvateur parfois)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
"nous aimer nous mêmes" : le travail de toute une vie ;)
RÉPONDRE
SimoneIl y a 4 mois
Le geste de Julien...c'est beau.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
:)
RÉPONDRE
ValIl y a 4 mois
Les complexes, c'est le mal...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
Pas faux ;)
RÉPONDRE
AKIl y a 4 mois
Julien est un ange.
Par ailleurs je sais qu'on aime pas ecouter les anges. On aime juste qu'ils soient la.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
"Par ailleurs je sais qu'on aime pas ecouter les anges. On aime juste qu'ils soient la"
Ah ah ah, c'est tellement vrai !
RÉPONDRE
MarieIl y a 4 mois
Le boyfriend, option haute : Natalie Portman pour dior. Option basse : la dame incontinente.

Le t-shirt loose boyish, option haute : Charlotte Gainsbourg. Option basse : les épaules molles et basse de la fille qui se noie dans ses fringues.

Porter du bleu, du gris et du noir uniquement, option haute : avoir l'air mature pour séduire mon directeur de thèse.
Option basse : la depressive aux cheveux châtain gris boit trop de café.

Ode à toutes les fringues que j'imaginais chic parce que j'imaginais un shooting exceptionnel dans ma tête en les essayant, mais qui étaient assez cheap pour sembler avoir été marchandées à la foire du printemps.

Ode aux tentatives de ressemblances avec Alexa Chung pour chaque pièce de velours ou short en simili cuir mal taillé.

Ode aux pièces vintages période recherche identitaire qui donnent sans pitié un look de meuf-aux-beaux-arts.

Ode aux désastres capillaires, aussi, inspirés par Charlotte Free côté couleur, ou Inès Alexa et Lou côté coupe.

Cher moi, à dans 3 ans pour me moquer de tes robes prairies douteuses.
RÉPONDRE
GranpiIl y a 4 mois
Ahahah Marie 😉
RÉPONDRE
SoIl y a 4 mois
Tellement vrai!
RÉPONDRE
EliseIl y a 4 mois
J'ai beaucoup trop rigolé !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
Amen ;)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 4 mois
Charles est tellement craquant avec cette coupe au bol! Je me rappelle très bien de votre expat en Italie 😍.
Julien tu es l’homme idéal, fais attention Lise 😅😉😍!!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
Ah cette coupe au bol... Maintenant j'en rigole mais sur le coup, j'ai bien failli avoir un arrêt cardiaque ;)
RÉPONDRE
AnnaIl y a 4 mois
tellement bien dit et tellement parlant !!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 4 mois
Merci Anna :)
RÉPONDRE
EstarlaIl y a 4 mois
Le geste de Julien est vraiment beau... J'ai pendant des années porté du noir en croyant que cela stylisait ma silhouette et me donnait de l'allure, jusqu'à ce que je réalise que ça me rendait juste... sinistre. C'est bien de prendre du recul sur soi même et être prête à changer !
RÉPONDRE
AudreyIl y a 4 mois
J'aimerai tellement pouvoir me rendre compte moins de trois ans plus tard que ce que j'imaginais parfait était en fait un désastre... C'est souvent le regard perplexe de mon mari qui devrait m'aiguiller, mais la plupart du temps je l'ignore en lui disant un truc du style "mais nooooon tu ne comprends pas", et finalement...:)
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 4 mois
J'évite le problème en faisant passer tous mes achats au filtre familial. Je ne coupe aucune étiquette et je fais l'essayage à la maison. Si mon mari et mes deux enfants font la moue, ça repart au magasin. Avec le recul, ils ont à chaque fois raison.
RÉPONDRE
CarolineIl y a 4 mois
Je trouve ce post très touchant - surtout le geste de Julien... J'ai pris du poids dernièrement et suis très sévère envers moi-même. J'ai acheté un jean un peu trop grand (comme toi, Lise, marre des jeans serrés), je me demande s'il fera l'affaire.
A moi dans quelques années : de l'indulgence, que diable! Je faisais de mon mieux.
RÉPONDRE
TaraIl y a 4 mois
J ai bien ri en lisant cet article, et m y suis tellement retrouvée! les bottines avec fourrure au mollet qui m epaississaient les jambes, le t-shirt super confortable a élastique au niveau des hanches, censé cacher la culotte de cheval,mais qui la mettait en valeur... mon jean mom levi si cool, jusqu'à une fatidique photo :D. malheureusement, mon copain de l époque n a pas eu la même élégance que Julien.
RÉPONDRE
JulietteIl y a 4 mois
Comme toujours, très juste et bien écrit, sur un sujet qui pourrait sembler anecdotique mais finalement très intéressant car on s'y retrouve tous! Et ces erreurs stylistiques disent beaucoup de nous.... J'ai d'innombrables exemples du même tonneau, à commencer par le maillot de bain shorty moi aussi :) Merci Lise pour tes publications toujours aussi agréables à lire.
RÉPONDRE
CorineIl y a 4 mois
Oooooh que j'aime ton blog !!! Et ton Julien ... bravoooo !
RÉPONDRE
vmode9Il y a 4 mois
J'ai envie de dire...et alors ? On ne concourt pas pour un rôle de top model - Les photos sont souvent peu flatteuses d'ailleurs - Ce qui compte c'est le ressenti du moment, si on se trouve bien dans ses fringues, c'est l'essentiel. Il y aura toujours plus canon, plus ceci ou cela - se pourrir la vie avec des complexes (réels ou non) n'est justement pas une vie. La vie c'est aimé et être aimé. L'estime de soi ne passe pas nécessairement par l'estime de son physique. Parfois je vois mon reflet ou une photo et je me dis "horrible" et ça me fait marrer, je passe à autre chose. Je ne me définis pas par rapport à ça.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode