Sandales NeousSandales WandlerBottes Off-White

Portraits shoesesques de saison #5

1223
Insolites, conceptuels ou infiniment tendances, certains des souliers du printemps 2020 m'ont donné envie d'essayer d'imaginer les contours de celles à qui leurs créateurs les destinent…
Sandales Neous

L'artiste californienne


Sur son immense terrasse en garapa surplombant l'océan Pacifique, cette plasticienne adorée de Jennifer Flay (directrice artistique de la Fiac) enfile sans relâche des losanges de terre cuite émaillés par ses soins sur de fines tiges d'acier d'un mètre cinquante. Imparfaite, colorée et longiligne, cette forêt conceptuelle rejoindra bientôt le patio d'un milliardaire chinois.
Elle s'essuie les mains sur son bleu de travail, se perd un instant dans la contemplation des falaises de Big Sur et retire ses sabots suédois. Dans le reflet de sa baie vitrée, elle aperçoit sa silhouette en bleu de travail, surmontée d'un volumineux chignon ayant du mal à contenir son imposante chevelure. Elle sourit. Elle est en paix avec ce qu'elle voit... contrairement à ses amies qui, lors de leurs retrouvailles mensuelles à Santa Monica, ne cessent de lui reprocher son look avachi d'artiste célibataire. Elles lui envoient d'ailleurs régulièrement des vêtements issus des dernières collections en vogue, en espérant secrètement qu'elle les portera lors de leur prochaine rencontre. En vain… 
Oui mais voilà, le paquet que vient de lui déposer le livreur de chez FedEx pourrait bien changer la donne. La paire de sandales qu'elle tient entre ses mains ne la laisse en effet pas indifférente (contrairement à ses homologues aux semelles rouges qui s'entassent dans son dressing). Il faut dire qu'avec sa robustesse rassurante, ses teintes organiques et ses talons évoquant une sculpture de Brâncuși, le modèle Epige correspond parfaitement à ses goûts. 
C'est décidé : elle les portera lors de sa prochaine virée au Palihouse ! Avec... l'un des bleus de travail séchant actuellement au soleil, bien entendu. 
Sandales Wandler

La contrarienne


D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle ne s'est jamais fondue dans le moule. Enfant, elle autopsiait ainsi calmement sa tarte aux fraises (avant de la grignoter miette par miette), alors que ses soeurs n'en faisaient qu'une bouchée. Et lorsqu'en hiver ces dernières ne rêvaient que de chocolat chaud, elle affichait quant à elle sa préférence pour les sorbets à la mangue. 
Plus tard, elle refusa d'apprendre à faire de la bicyclette mais se prit de passion pour le monocycle, puis bouda les cours de danse classique au profit de séances de kung-fu.
À 20 ans, alors que ses camarades cherchaient désespérément l'âme soeur ou vivaient des histoires d'amour éphémères, elle revendiquait fièrement son célibat. 
À 25 ans, lorsqu'elle fut embauchée chez Condé Nast, elle prit un malin plaisir à assister en baskets aux soirées chics où ses collègues arboraient mules Nicholas Kirkwood et autres escarpins Prada. 
Elle est également du genre à recommencer à manger de la viande en pleine période pro vegan, à saler son pop-corn, à entamer un régime pile avant le réveillon de Noël, à détester Coco Chanel (dans un milieu où cela s'apparente à un sacrilège), à déguster son dessert avant le plat principal, à se désabonner d'Instagram en plein confinement ou encore à clamer haut et fort son envie d'être mère au foyer devant une tablée féministe ne rêvant que de carrière flamboyante et de partage des tâches
Bref, "À contre-courant tu vivras" a toujours été son mantra. Autant dire que lorsqu'elle croisa - à l'occasion de l'une de ses errances nocturnes sur Bing (elle boycotte Google) - le chemin de sandales ayant eu la riche idée d'enserrer le dépasus plutôt que l'hallux, elle se dit que ces dissidentes de l'orteil étaient faites pour elle…
Bottes Off-White

La manipulatrice SP+


Bien décidée à tirer le meilleur de l'existence sans fournir trop d'efforts, cette quadra ex-publicitaire mariée à un capitaine d'industrie de 20 ans son aîné a fait de la ruse et de la manipulation son mode de vie. Elle n'hésite en effet pas à disperser de la farine sur son plan de travail pour faire croire que le gâteau livré dans la journée a été confectionné par ses soins, à froisser son chignon juste avant le retour de son mari afin de lui donner l'impression qu'elle s'est occupée de sa progéniture toute la journée (alors que la nounou vient à peine de partir), à simuler un regard noyé de larmes via une dose de sérum physiologique afin que sa meilleure amie n'ose pas lui demander de lui rendre son Kelly, à prendre un somnifère pour éviter de raconter l'histoire du soir, à laisser "À la recherche du temps perdu" ostensiblement ouvert sur son bureau lorsque ses amies viennent prendre le thé afin de leur faire croire qu'elle lit autre chose que les légendes accompagnant les posts Instagram de ses stars préférées ou encore à venir chercher son petit dernier en tailleur et talons aiguilles pour en imposer à la maîtresse alors qu'elle a passé l'après-midi en yoga pants avec son coach sportif… 
Grâce à ses petits arrangements avec la vérité/réalité, elle s'évite ainsi moult désagréments et cultive avec zèle l'admiration de ses proches qui la prennent pour la superwoman qu'elle n'est pas. 
Assise sur son canapé Eleonore Peduzzi-Riva, elle sourit : elle vient de trouver un moyen d'éviter d'aller vérifier l'avancement des travaux de leur maison de campagne. Il lui suffira en effet d'égratigner sa manucure et de porter les santiags maculées de peinture blanche qu'elle a aperçu hier chez Off White pour faire croire à son mari qu'elle s'est bel et bien rendue sur place… 

Mais aussi…


Les sandales Dolce &Gabbana pour héritière désargentée essayant de se convertir progressivement au port de matériaux peu onéreux (ici le rafia).
Les nu-pieds Ancient Greek pour minimaliste jusqu'au-boutiste.
Les escarpins Bottega Veneta pour mère de famille rêvant de changer de vie.
Les sandales Staud pour aficionados des tongs désirant prendre de la hauteur.
Les mules Porte & Paire pour working girl tentant de relâcher la pression.
Les sandales Arizona Love pour modeuse ayant envie d'une version améliorée des fameuses Teva.
Les sandales de piscine Givenchy pour adulescente ne sachant plus quoi faire de son salaire mirifique.
Les sandales Cecilie Bahnsen pour les sportives romantiques.
Les espadrilles Stella McCartney pour celles aimant manger des cornichons avec de la confiture, du fromage avec du chocolat en poudre, des pommes avec du gingembre... bref, pour celles aimant les mélanges insolites. 
Les sandales à plateforme 3.1 Phillip Lim pour celles ayant développé le syndrome de Stockholm durant la quarantaine.
Les mocassins hybrides Fendi pour celles cherchant à injecter de la stabilité dans leur vie.
Les sandales fleuries Sophia Webster pour celles étant désormais bien résolues à assumer leurs envies de coquetterie.
Les mules Rejina Pyo pour les amoureuses du style d'Isamu Noguchi.

PS : Les personnages et les situations de ce texte étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.
Suivez-nous sur , et
Partager l'article
Par Lise Huret, le 13 avril 2020 dans Analyses
23 commentaires
Tous les commentaires
CarolineIl y a 1 mois
Ah ha, je me reconnais dans le portrait de la contrarienne! Sauf que je n'aime pas les chaussures proposées (mais ça va avec le reste, finalement, non?)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Tu es tout à fait cohérente, en effet ;)
RÉPONDRE
GabrielleIl y a 1 mois
Ça faisait longtemps (j'ai l'impression), ça fait plaisir de retrouver cette catégorie d'humour/ mode !! :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Le dernier date effectivement d'un an ;/
https://www.tendances-de-mode.com/2019/04/11/4056-...
RÉPONDRE
CibouIl y a 1 mois
J’aime beaucoup cette rubrique !... Et les insolites espadrilles Stella McCartney 🙂
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Regarde celles-ci ... elles sont encore pires ;)
https://www.net-a-porter.com/en-hk/shop/product/st...
RÉPONDRE
vmode9Il y a 1 mois
Je garde ma table Noguchi et laisse les mules Rejina Pyo :-)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Bon choix ;)
RÉPONDRE
MarmIl y a 1 mois
En regardant les chaussures de la contrarienne, mon dieu comme j'ai mal aux pieds...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
;)
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 1 mois
Elles sont chouquinettes les sandales Webster !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Je suis totalement d'accord avec toi ;)
RÉPONDRE
nuiIl y a 1 mois
On peut être femme au foyer et féministe. Team contrarienne, évidemment :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Of course :)
RÉPONDRE
PhaneIl y a 1 mois
Trop gai de retrouver ces galeries de personnages virtuels - mais tellement réels dans la manière dont ils sont dépeints ! La manipulatrice est parfaite, et à travers elle je pense à toutes celles qui vivent une vie 'parfaitement' instagrammée et qui vont devoir tenter de continuer à donner le change malgré le confinement ...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Ah ces vies parfaitement instagrammées qui en ces temps de confinement sont encore plus urticantes qu'à l'ordinaire ;)
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 1 mois
Chère Lise,

Merci pour cet article léger, ces descriptions truculentes me manquaient.
Certaines paires sont pour le moins intrigantes, pour ne pas dire déstabilisantes ( un comble pour des chaussures tout de même ).

À quand le retour de la galerie de portraits des personnages de ta vie ?

Belle journée à toi
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
Le problème avec les portraits de personnages, c'est que désormais il s'agit de personnes qui existent encore dans ma vie et qui se reconnaîtront forcément... Les portraits sont écrits mais c'est beaucoup plus compliqué de les publier :/

Mais je réfléchis à une autre série :)
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 mois
Regina Pyo , splendides , je porterai sans problème , Isamu Noguchi , je découvre , que c'est bien ici ....
Les autres modèles ....c'est compliqué

Je lis Loic Prigent , en ce moment particulier , j'en lis peu , des petites doses de rire bienfaisantes , des sentences fashion qui pourraient tellement bien aller avec certains modèles que tu nous présentes "tu ne dis pas vulgaire , tu dis élégance disruptive"
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 mois
"élégance disruptive" : j'adore !
RÉPONDRE
SarahIl y a 1 mois
J'adore la contrarienne, je m'y reconnais tellement :p .
RÉPONDRE
TitiIl y a 1 mois
Bonjour Lise
Vous avez un don pour trouver la personnalité des accessoires de mode et les culturiser. À chaque article lu, je regarde et achète différemment clothes et accesorize : merci
RÉPONDRE
MilaIl y a 1 mois
Bon ben moi C'est décidé cette année je marche pieds nus ! Fou rire (un peu nerveux) en te lisant ce matin. Comme l'impression de remonter à la surface de quelque chose....Rire encore Lise pour ne pas couler....Merci
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode