Lise Huret

Chronique #156 : Le danger de l'immédiateté

2328
Vitrine de partenariats visant à mettre en valeur tel vêtement ou tel accessoire (afin d'augmenter leur désirabilité et de pousser à l'acte d'achat), Instagram a ces dernières années modifié le mode de consommation des modeuses. Bon nombre d'entre elles estiment en effet aujourd'hui que toute pièce montrée sur ce réseau social doit pouvoir être acquise en quelques clics…
Lise Huret
Il suffit ainsi que je que poste une photo au sein d'une story Instagram pour que les questions concernant la provenance de mes vêtements affluent. Or, ces derniers sont rarement neufs : la plupart d'entre eux datent de plusieurs saisons ou ont été chinés ou piqués à mon mari. Du coup, mes réponses suscitent généralement une autre question : "Où trouver un modèle similaire ?"

Si ce genre d'échange est parfaitement légitime sur un site de mode, je ne peux m'empêcher de penser que nous passons ici à côté de l'essentiel. De nos jours, la notion de désir est galvaudée et l'immédiateté non négociable. Or, la rencontre avec un vêtement ne se décrète pas. Aller faire du shopping de manière systématique, écumer les e-shops en guise de loisir ou craquer pour une pièce dont la seule valeur ajoutée est la célébrité de celle qui la porte mènent souvent à des choix regrettables. Combien d'armoires pleines à craquer se révèlent dépourvues de pièces que l'on a réellement envie de porter ?

Contrairement à ce que l'industrie du prêt-à-porter aimerait nous faire croire, le fait qu'un modèle soit joli, tendance ou plébiscité par une influenceuse n'est pas une raison suffisante pour l'acquérir.  

Avant d'être aperçu dans une boutique, le vêtement se doit d'exister de manière plus ou moins floue dans notre esprit. L'envie d'un blazer en tweed doit pouvoir mûrir sereinement, se nourrir de diverses influences, lentement prendre forme. Et ce n'est que lorsque celle-ci rencontrera sa matérialisation textile que l'acte d'achat pourra avoir lieu. Un vêtement ainsi acquis deviendra alors un compagnon au long cours, un bien que l'on chérira et qui nous le rendra bien. 

Mais pour cela, il faut accepter que le timing de l'acquisition nous échappe. Et aussi être attentif, l'objet de notre désir pouvant apparaître n'importe où : vieux stock de Levi's vendu sur une brocante, soldes au rayon homme de chez H&M, stand d'étudiants distribuant des tee-shirts promotionnels au vert parfait, marché du sud de la France, magasin de vêtements utilitaires, rayon enfant, brève sur TDM… Quand la rencontre a lieu, il ne faut pas hésiter. Car souvent, celle-ci ne se reproduira pas avant longtemps, voire jamais. 

Alors certes, cela demande de la patience, mais à l'image d'une héroïne de roman boudant les relations d'un soir dans l'attente de trouver l'âme soeur (qu'elle épousera des années plus tard), s'autoriser à attendre "le bon vêtement" se révèle souvent payant. 

En résumé, laissons-nous le temps : une garde-robe que l'on a plaisir à porter met des années à se constituer. Le fait d'acquérir impulsivement telle ou telle pièce vue ici ou là apporte rarement une satisfaction durable ; à l‘inverse, se constituer une collection capsule imaginaire et tenter de la matérialiser au fil de nos pérégrinations se révèle souvent des plus bénéfiques, le vêtement délaissant alors sa dimension interchangeable/jetable/périssable au profit d'une aura unique, personnelle et dense, imperméable aux injonctions de l'air du temps...
Suivez-nous sur , et
Partager l'article
Par Lise Huret, le 10 juillet 2020
Vous aimerez également
28 commentaires
Tous les commentaires
RejaneIl y a 1 mois
C'est marrant je ne suis pas du tout d'accord avec toi ! Pour moi la mode c'est s'amuser, essayer, se tromper. Le vêtement est révélateur d'une époque, d'un moment, d'un état d'esprit. Voilà ce qui m'amuse dans la mode : se renouveler sans cesse (même si certaines sont indémodables et peuvent se transmettre bien entendu)...
RÉPONDRE
SouadIl y a 1 mois
Je suis d'accord avec toi Rejane, il ne me semble pas nécessaire qu'un achat mode soit si "absolu" , si "pur", presque janséniste :-). La mode est le risque du temps, celui de se tromper, c'est la fantaisie, la légèreté de ce qui par essence se démode et dit l'instant. Céder à ces envies, au moment qu'importe et cela n'empêche pas de penser à une garde robe sur le long terme pour ceux qui le souhaitent. Tant que tout ceci n'entre pas dans une forme de pathologie, d'addiction consumériste qui emprisonne dans une détresse sourde. Les influenceurs influencent ceux qui aiment être influencés. Pour ma part je préfère être inspirée et je trouve mes inspirations dans l'art et la poésie.
Je partage avec vous ce joli extrait des Années D'annie Ernaux : 'Pour les adolescents - surtout ceux qui ne pouvaient compter sur aucun autre moyen de distinction sociale - la valeur personnelle était conférées par les marques vestimentaires, l'Oréal parce que je le vaux bien. Et nous, contempteurs sourcilleux de la société de consommation, on cédait au plaisir d'une paire de bottes qui, comme jadis la première paire de lunettes solaires, plus tard une mini-jupe, des pattes d'ef, donnaient l'illusion brève d'un être neuf. Plus que la possession, c'était cela, cette sensation que les gens poursuivaient dans les gondoles de Zara et de H&M et que leur procurait immédiatement, sans effort, l'acquisition des choses : un supplément d'être. »
Bon week-end tout le monde !
RÉPONDRE
PsycheIl y a 18 jours
Merci pour ton analyse et cet extrait du livre d'Annie Ernaux qui donnent à réfléchir et à penser. "Un supplément d'être"...Quelle justesse !
RÉPONDRE
SouadIl y a 17 jours
Merci Psyche ! :-)
RÉPONDRE
OliviaIl y a 1 mois
Alors dans mon cas, c'est un mélange d'imagination et d'immédiateté. Exemple récent: l'été, là où je vis, la chaleur est étouffante, il fait humide, il y a des moustiques. Plutôt que shorts et débardeurs, il vaut mieux des vêtements légers, couvrants et fluides. L'image de la garde-robe estivale idéale existe de manière plus ou moins floue dans mon esprit comme tu dis. Et là, un post dans tes brèves, d'une chemise longue, fluide, dans des coloris qui m'enchantent. Obsession immédiate. Pas question que le timing de l'acquisition m'échappe. Je lâche mon travail en cours, mission clics clics, dégainage de carte bleue...
RÉPONDRE
AloÿseIl y a 1 mois
Et puis il y a la rencontre ratée ! Comme avec cette paire de souliers jaunes à talon COS que je ne me suis pas offerte quand je les ai essayé en boutique il y a 7 ou 8 ans et que je regrette aujourd'hui encore. À l'époque étudiante fauchée je ne pouvais pas me permettre cette dépense et je suis certaine que leur souvenir impérissable est du au fait que je ne les ai jamais eu.
RÉPONDRE
CocoquilletteIl y a 30 jours
Je te conseille de les traquer sur Vinted, tu pourrais avoir une bonne surprise d'une personne qui les revend après ne les avoir jamais mises.
De mon côté, j'ai traqué le manteau Sessun vu sur ce site et après 3 mois de chasse au trésor, il était à moi (je cherchais un manteau bleu et court et coup de foudre visuel)
RÉPONDRE
JulieIl y a 1 mois
Je ne fonctionne pas comme toi ! Même si je laisse murir mes envies quelques temps, j'ai fait plusieurs achats après avoir vu des images sur instagram ou ailleurs. Si j'ai un coup de coeur pour un vêtement en le voyant, je vais me demander d'abord si il peut s'accorder avec mon style, ma garde robe. Je vais attendre un peu et si l'envie est encore présente je vais craquer. Bon, il y a parfois des ratés mais de moins en moins au fil des ans ! Meilleure exemple, cette chemise Hawaienne Soeur achetée il y a 3 ans après l'avoir sur instagram. C'est le troisième été où je la porte au moins un jour par semaine. L'idée du vêtement ne murit pas dans ma tête comme pour toi, je vais avoir un coup de coeur, une envie en le voyant (en vrai ou sur une image), et ensuite je vais laisser cette envie murir un peu et l'interroger.
La fameuse chemise : https://i.pinimg.com/originals/07/f5/70/07f570f8ac...
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 1 mois
Elle est belle !
RÉPONDRE
JulieIl y a 30 jours
Merci ! Elle tient bien la route en plus niveau qualité. :)
RÉPONDRE
CarolineIl y a 1 mois
Je suis d'accord avec toi Lise : les achats trop instantannés, qui n'ont pas d'imaginaire long, sont souvent ratés. Ce qui n'empêche pas les achats immédiats et les coups de coeur! Mais ceux-ci sont souvent le résultat de méandres qu'on décortique a posteriori.
RÉPONDRE
AKIl y a 1 mois
D'accord avec toi, Lise.
Je dois avouer que je suis passée par une période de recherches aléatoires et d'essais imparfaits.
Je suis ravie d'avoir appris à le faire juste.
RÉPONDRE
CaIl y a 1 mois
Je suis exactement comme cela ☺ rapport sain et durable à la mode, sans oublier de me faire plaisir. Les influences infusent en moi et quand je tombe sur LA pièce de mes rêves au hasard d'une flanerie, je ne suis que joie!
RÉPONDRE
RubyIl y a 1 mois
Je suis d'accord avec Lise. Je me sens mieux en consommant moins, notamment quand c'est des fringues. Je m'amuse à les regarder, pour avoir des idées, la plupart du temps ça me suffit. Je pense qu'il faut essayer d'en consommer moins.
RÉPONDRE
elsaIl y a 1 mois
L'immédiateté en matière de mode, je connais pas. J'ai même le défaut inverse : mon plus grand plaisir, c'est l'attente ! Quand je repère un modèle en magasin, je l'observe sous toutes les coutures (littéralement) mais je ne l'achète jamais immédiatement. Je repasse devant plusieurs fois. Puis je me décide à l'essayer. Je repars sans, je réfléchis, j'en rêve... Et quand je me décide à craquer, c'est parfois trop tard : le coloris est épuisé, il n'y a plus ma taille... Mais ce n'est pas grave, je me dis que c'est le destin. J'ai presque autant de plaisir à désirer/espérer un vêtement qu'à le posséder. Je fonctionne ainsi depuis toujours, je suis incorrigible ;)
Et je n'achète jamais en ligne. J'ai besoin de voir la couleur à la lumière du jour, de toucher la matière. Un coton transparent, un polyester plein d'électricité statique, une laine qui gratte, c'est rédhibitoire !
RÉPONDRE
KrystelleIl y a 1 mois
Les bases j ai une palette de couleurs et je limite les imprimes(a part mes 2-3 fetiches)tu m as appris a preferer les couleurs "masculine"moins criardes
RÉPONDRE
Balibulle Il y a 1 mois
Comme personne ne te demande d’où vient cette chemisette à la coupe parfaite, je me dévoue 😇🤪
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 30 jours
C'est une chemise Lacoste achetée en 2014 ;)
RÉPONDRE
Balibulle Il y a 30 jours
Quel trésor !
RÉPONDRE
BabelIl y a 30 jours
J'aporouve complètement ce rapport sain avec la mode et les tendances : acheter ce qui nous va et ce qui nous correspond réellement ( et tant pis si ce n'est pas pile dans ma dernière tendance!)
Cela suppose que le choix soit suffisamment mûri au préalable et donc de ne fonctionner que rarement sur un coup de tête!
RÉPONDRE
BabelIl y a 30 jours
...pile dans La dernière tendance...
RÉPONDRE
Mlle C.Il y a 30 jours
J’avoue être complètement séduite par tes propos, et ton dernier paragraphe ! Et pour moi, je trouve ça au musant, ludique... mais surtout, j’ai l’impression d’être plus moi en me détachant des influenceuses (Aheum... rien que de l’ecrire, ça me saute aux yeux... 🙈) d’Instagram... j’aime sentir qu’une pièce résonne, qu’il y a un truc évident avec elle même si elle peut paraître originale ( pas du tout dans l’esprit capsule basic qui se marie avec tout) ces pièces coup de cœur que je porte encore des années après, alors que toutes les pièces « vues sur » ont disparu de mon dressing...
RÉPONDRE
EmgéeIl y a 30 jours
A lire avant chaque craquage imminent! J'aimerais tellement m'y tenir... Mais si j'y arrive assez bien sur les "grosses piéces" style manteau, veste en cuir, bottes, j'ai vraiment du mal concernant t-shirts, jeans etc. Et parfois je tombe sur quelque chose qui n'était pas du tout prévu, une petite voix me dit "essaie juste pour voir" et le miracle se produit. Exemple :une jupe midi fluide imprimée leo noir et blanc qui va avec tous mes t-shirts d'été et qui est sublime en hiver avec mon pull col roulé noir en cachemire, pas eu l'occasion de la porter ce printemps cause confinement mais je la vois avec une mariniére oú une chemise jean.
RÉPONDRE
IrisIl y a 29 jours
J'ai un double fonctionnement pour mes achats.
-d'un côté, j'ai une wishlist de vêtements soigneusement réfléchis pour aller avec mes tenues et je peux passer des mois voire des années avant de trouver ledit vêtement, en étant très longue à me décider tant que je n'ai pas l'évidence.
-d'un autre côté, il m'est arrivé plusieurs fois de m'acheter un vêtement ou accessoire juste après l'avoir vu sur une blogueuse et ce fut quasi toujours des réussites. Je remarque que ces vêtements "copiés" sont tous des pièces fortes et non des basiques, des pièces dont je n'avais même pas idée, mais qui m'ont tapée dans l'oeil par leur coupe ou leur imprimé et qui me parlent tout de suite, je m'y reconnais...
Un vrai coup de foudre vestimentaire, faut s'écouter et se faire confiance...
RÉPONDRE
MarmIl y a 29 jours
Je me reconnais bien dans ce double fonctionnement !
RÉPONDRE
CamilleIl y a 28 jours
Un mot, merci :)
RÉPONDRE
marieIl y a 28 jours
Merveille de post, comme souvent. J'adore la comparaison avec l'héroïne exigeante. Merci Lise!
RÉPONDRE
AnnaIl y a 28 jours
Très chouette point de vue, je suis tout a fait d'accord. C'est de plus en plus n'importe quoi cette folie de croire que sous prétexte que cette veste est portée par telle instagrammeuse, elle est forcement formidable et qu'on va gagner en valeur en l'achetant .Un peu de personnalité bon sang !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode