Céline

La griffe Celine a tout d'abord présenté des modèles de souliers pour enfants puis - grâce au talent visionnaire de Céline Vipiana - est devenue une marque de luxe, offrant un prêt-à-porter à la fois sophistiqué, urbain et pratique. Depuis, entre must have et collections chicissimes, la maison Céline perdure et reste une valeur sûre en terme d'élégance…
Celine
Tout a débuté en 1945, lorsque Céline Vipiana décide de créer avec son mari une marque de chaussures sur mesure pour enfants. Elle soupçonne que la fin de la guerre et l'engouement qui l'accompagne renouvelleront le désir de consommer, et que les classes aisées seront friandes de tout ce qui s'apparente au luxe. Céline Vipiana a vu juste ? ce sera souvent le cas tout au long de sa carrière - car "Celine, le bottier pour enfants" est un franc succès.

En 1948, le couple ouvre trois boutiques à Paris. Les petits Parisiens et leurs riches mamans s'y ruent. En bonne visionnaire, Céline Vipiana comprend l'importance du marketing pour attirer et fidéliser sa clientèle. Elle distribue ainsi à chacun de ses petits clients une miniature représentant un éléphant rouge - emblème de la maison - et parvient à ce que le petit train du jeudi après-midi soit peint aux couleurs de ce même pachyderme.

La réputation d'excellence de Celine se propage alors rapidement. Le raffinement de ses créations, les noms - extraits de contes de fées - qu'elle donne à chacun de ses modèles font d'elle une marque à part, intrigante et désirable. La maison compte parmi ses jeunes clients le Prince Albert et sa soeur Caroline de Monaco…
Celine
Dans les années 60, le succès est tel que Céline Vipiana pense à se diversifier. Elle développe ainsi des produits tels que les gants, les chapeaux, les foulards, les bijoux, et dessine un modèle de mocassin - le Polo - qui, en dépit d'être destiné aux jeunes filles, sera très vite adopté par leur mère. Cette chaussure, directement inspirée du mocassin indien, devient néanmoins extrêmement citadine grâce à une petite barrette de bronze posée sur son dessus. Elle devient emblématique de la marque est sera suivie d'autres produits qui eux aussi deviendront cultes, tels que l'Inca, le Byblos et le Melville.

En 1964, elle lance son parfum intitulé "Vent fou". Puis l'idée lui vient de proposer du prêt-à-porter dans ses boutiques. Alors que tous lui assurent que cette idée est vouée à l'échec (car une femme ne s'habillera pas là où elle achète ses chaussures), Céline Vipiana est sûre du contraire. En 1966, elle choisit d'identifier sa marque grâce à un symbole, ce sera le sulky américain. Il deviendra l'emblème de la griffe, imageant à merveille ses valeurs, à savoir le luxe et le raffinement.

Une année plus tard, elle met son projet de prêt-à-porter à exécution, persuadée que les femmes vont la suivre. Elle crée ainsi une ligne de vêtements nommée "Couture sportswear". Son concept se base sur un constat : la femme est devenue active, elle voyage et a besoin d'être à l'aise dans ses déplacements, tout en étant toujours impeccable. La créatrice met au point une mode pratique, mettant au goût du jour l'ensemble jupe/chemiser, bien plus facile à vivre que la robe qui se froisse sans cesse.

Celine
Pour Céline, la clef de voûte du vêtement réside dans la matière. C'est pourquoi elle attache une importance et une attention toute particulière au tissu et à son élaboration. Elle passe dans les usines et rectifie de-ci de-là quelques détails qui lui permettront d'obtenir un tissu au tombé parfait, dans lequel elle pourra dessiner des pièces simples et élégantes. Jupes-culottes, gilets en peau, chemisiers en maille, larges ceintures portées taille basse et mocassins… la silhouette Celine enchante les femmes avides de liberté.

Céline Vipiana continue alors sur sa lancée et ne cesse d'innover. Alors que le blue-jean règne en maître, elle décide de le repenser, le fait assouplir et le teint dans une gamme de couleurs pastels : rose, violet, parme… L'enthousiasme est international, et la boutique de Saint-Germain voit naître son homologue au Japon. La marque est distribuée aux États-Unis, dans toute l'Europe et même en Corée.

Dans les années 70, Céline est partout. En 73, le destin va apporter à Céline Vipiana de quoi rendre sa marque éternelle. En effet, la styliste tombe en panne d'essence devant l'Arc de Triomphe, et en attendant d'être secourue, son regard s'égare vers les maillons de la chaîne qui entoure l'Arc, ces derniers formant un double C. Elle y trouve le code qui va permettre d'identifier Céline, et ce graphisme devient son logo. On le retrouvera partout : sur la maroquinerie, en imprimé sur les foulards, en boucle de ceinture…

Pour Céline Vipiana, la femme moderne n'a pas besoin d'excentricité, il lui faut des vêtements chics qui mettront en valeur sa personne. Ses collections sont donc racées, foncièrement parisiennes, tout en étant faciles à porter. En osmose avec son temps, elle avait également compris à quel point la visibilité à l'international était importante. Ainsi, lorsqu'en 1987 Bernard Arnault rachète la marque, il se retrouve à la tête d'un empire, composé de pas moins de 85 boutiques situées dans les différentes places fortes du luxe planétaire.
Celine
En 1995, la maison entre à la fédération française de couture. L'année suivante, la maison intègre le groupe LVMH. C'est alors Michael Kors qui prend les rênes de la création, chic luxe et casual étant ses mots d'ordre. Cependant, ce n'est pas le prêt-à-porter qui va faire perdurer la marque, Bernard Arnault ayant compris que l'avenir du luxe se situait dans l'accessoire.

Rapidement, le chiffre d'affaires double et les sacs s'arrachent. Le Boogie est adopté par la sphère people, de Madonna à SJP. S'en suivent des modèles qui séduiront les femmes de par leurs volumes parfaits et leur justesse esthétique, tels que le Poulbot, le Verdine ou encore le Balladine. Par ailleurs, Celine conçoit des mini lignes événement, afin de coller au mieux à l'actualité. Les modèles Eurodissey, Paris Macadam ou encore ceux imaginés pour l'année de la Chine deviennent collectors.

À la tête du prêt-à-porter, Roberto Menichetti succède à Kors, mais ce n'est vraiment qu'en 2006, lorsqu'Ivana Omazic prendra la direction artistique de la griffe, que Celine retrouvera son aura d'antan. La designer croate (qui a fait ses armes chez Prada, Jil Sander et Miu Miu) se plonge dans les archives de la maison. Elle désire être au plus près du concept "Vipiana". Sa muse ? Céline Vipiana, qu'elle a rencontrée et avec qui elle partage un point de vue commun sur la mode.
Celine
La "couture sportswear" sera le point de départ de la réflexion d'Omazic. Elle traite ensuite le vêtement avec modernité, lui imposant d'être féminin et intemporel, afin de sublimer celle qui le porte sans en faire une victime de la mode. Avec elle, la femme Celine est plus que jamais active, est au coeur de l'effervescence parisienne et possède un tempérament fort, doublé de charme. Elle conçoit pour elle un vestiaire à la fois structuré, féminin et citadin.

Si Ivana Omazic est ancrée dans la modernité, cela ne l'empêche pas de faire des aller-retour entre les années 70 - âge d'or de Celine - et nos jours. Elle y puise certaines idées qu'elle mixe aux tendances actuelles. En hommage aux origines de la maison, pour sa collection été 2008, la créatrice a revisité le modèle Byblos et l'a repensé en pointure 32. Les petites têtes blondes pourront donc, le temps d'une saison, chausser d'adorables mocassins fleurant bon les chevaux de bois et autres bilboquets…
Partager l'article
Par Lise Huret, le 08 février 2008 dans Marques & Créateurs
Vous aimerez également
Phoebe Philo, Céline et moi
Il y a 9 mois - 20
EN SAVOIR PLUS
Défilé Céline - Automne/hiver 2015-2016
Il y a 1 an - 12
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
15 commentaires
Tous les commentaires
marionIl y a 8 ans
magnifique cette marque .
RÉPONDRE
Manu Prince SIl y a 8 ans
J'adore!!! La première maison pour laquelle j'ai travaillé!! je reste sentimentalement attaché à cette marque!! Je crois que ça se ressent parfois sur mon site!! ;))
RÉPONDRE
Jean-baptisteIl y a 8 ans
Le professionnalisme de cette marque est surprenante, pour ce style vestimentaire, cette entreprise détient une grande fiabilité.
RÉPONDRE
leilaIl y a 8 ans
La marque de mon premier stage, ils sont géniaux et leurs collections sont toujours aussi bien !
RÉPONDRE
leila 2Il y a 3 ans
Je suis en deuxième année d'école de mode, et je recherche un stage, je rêverai chez Céline, je voulais donc savoir si vous avez fait votre stage dans le côtés plutôt création design ou commercial, ou autre ? et si il on des bureaux sur Paris. Merci d'avance
RÉPONDRE
lauraIl y a 7 ans
Je suis extrèmement décu par ce que Phoebe Philo a fait chez Celine. Elle a voulu copier Balenciaga, alors que Celine a une vraie ame... pas besoin d'aller chercher l'inspiration chez les concurrents !

D'ailleurs, Phoebe Philo a décu beaucoup de gens, qui espéraient la voir apporter à Celine l'aura qu'elle avait su donner à Chloé.
RÉPONDRE
CélineAddictIl y a 7 ans
Je suis ravi de voir que c'est une marque d'exception, moi qui la connaissais peu... Moi qui étais déjà extrêmement fier de recevoir des mains de mon père son carré Céline (qui a bien 30ans passé et qui comme neuf) !
RÉPONDRE
PerinneIl y a 7 ans
C'est une marque que ma mère m'a fait découvrir et j'ai appris ce qu'était l'élégance à la française. Je suis américaine et c'est vraiment grâce à cette griffe que je sais à quoi une jolie femme doit ressembler. Depuis je m'habille régulièrement chez Céline et je me sens de plus en plus parisienne
RÉPONDRE
pha33luluIl y a 7 ans
Peut-etre un peu loin du sujet, je cherche désespérèment un parfum pour homme de cette grande maison, Chiaro... Pour situer le problème, commercialisé approxivativement entre les années 70 et 80...

Peut-on réver en découvrir encore quelques flacons?
RÉPONDRE
marionIl y a 6 ans
Depuis que Phoebe Philo est arrivée chez Céline, je suis sous le charme.
J'avais du mal avec Ivana Omazic, je n'aime pas trop ses collections. Par contre je suis beaucoup plus en phase avec le prêt à porter qu'a imaginé Phoebe Philo pour Céline, surtout la collection printemps/été 2010
RÉPONDRE
soniaIl y a 6 ans
Big Crush pour les nouvelles collections Céline.
On est toutes d'accord avec Phoebe Philo, c'est juste trop bien.
C'est classe, beau, INDÉMODABLES et ca c'est INESTIMABLE.
Car moi ce que je veux, c'est pouvoir craquer sur une fringue qui ne va pas la saison d'après rester au placard, et avec les fringues Celine j'ai l'impression que c'est ce qu'il va se passer : que je pourrais les garder toute ma vie et même les donner à mes filles !!!!
RÉPONDRE
MagnificenceIl y a 6 ans
De superbes collections et des surprises à chaque fois. Merci Phoebe.
RÉPONDRE
PamprenelleIl y a 5 ans
Ouf!!!! depuis que j'ai appris que Christophe Decarnin partait de chez Balmain et que Hannah MacGibbon partait de chez Chloé, j'avais peur d'apprendre que Phoebe Philo allait quitter Céline, mais heureusement ce n'est pas le cas.
HEUREUSEMENT : depuis que Phoebe Philo est chez Céline, Céline est devenue ma marque préférée. Je suis raide dingue des sacs imaginés par Phoebe Philo, ils sont chics mais pas gnangnan.
On m'a offert le Classic et j'ai vraiment l'impression que c'est le sac de ma vie . Celui qui fait que je suis enfin passé dans l'âge adulte. Avec le Classic je me sens élégante tout le temps et j'ai enfin confiance en moi il était temps à 26 ans ;)
RÉPONDRE
kraineIl y a 5 ans
C'est ma marque préférée en ce moment, je suis folle des sacs Céline, même si je ne pourrais sûrement jamais m'en acheter un, même le moins cher !!
RÉPONDRE
CharlèneIl y a 4 ans
J'ai vu sur un blog suédois une filel qui portait déja ses pull col roulé en mode Céline : à savoir déroulé et couvrant le bas du visage. Je trouve que ca fait trop bien ! Un pull comme ca près du corps + un pantalon un peu baggy et ca y est on a une silhouette Céline !!!!!!!! trop hate d'essayer !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode