Défilé Burberry Prorsum 2017Défilé Burberry Prorsum 2017Défilé Burberry Prorsum 2017

Défilé Burberry Prorsum - Printemps/été 2017

494
Entre final aux allures de défilé haute couture, inspirations artistiques et partis pris créatifs marqués, Christopher Bailey emmène cette saison Burberry sur des sentiers moins codifiés que par le passé...
Défilé Burberry Prorsum 2017

Les points positifs


Libéré de bon nombre de contraintes (disparition des lignes bis de la griffe et collection désormais créée pour la saison en cours et non pour dans 6 mois), Christopher Bailey semble être animé par un nouveau souffle créatif. Jamais en effet un show Burberry n'était apparu aussi expérimental.
À l'instar de Raf Simons, Christopher Bailey a choisi de puiser son inspiration dans l'art, et plus précisément au sein de l'oeuvre d'Henry Moore. Un parti pris qui lui permet de s'éloigner des marronniers fashion que sont les références aux décennies passées (sixties, seventies, eighties, nineties...) et de s'ouvrir de nouvelles perspectives. Dans la pratique, l'étude des sculptures de Moore a poussé Christopher Bailey à faire évoluer le tracé des lignes du corps féminins via moult jeux de coupes et de matières.
Evoquant aussi bien les draps brodés de nos aïeux que leurs robes de baptême, le coton immaculé légèrement cassant au sein duquel sont coupées certaines chemises et blouses permet de conférer une rugosité romantique à la silhouette (voir ici, ici et ).
Défilé Burberry Prorsum 2017
Savant mélange de sensualité, d'asymétries, de chic et de fluidité localisée, le trench couleur craie qui ouvrit le défilé fit honneur à la pièce emblématique de la griffe.
Les stylismes de certains passages méritent de se voir transposés "in real life". On pense notamment à cette silhouette juxtaposant lainage blanc cassé, jupon en dentelle diaphane et pièce semblant sortir d'un trousseau de première communiante du début du siècle dernier, mais aussi à cette jeune femme en robe marinière rouge et blanche réchauffée d'un déshabillé en dentelle et d'une petite laine grise.
Réhaussés d'un élément couture travaillé autour de la notion de cape, les silhouettes du show revinrent clôturer le défilé, achevant de placer ce dernier sous le signe de la créativité (voir ici, ici, ici, ici, ici et ). On salue la diversité des propositions stylistiques autour de cet élément qui sert ici de prétexte à mille et une métamorphoses.
Défilé Burberry Prorsum 2017

Les points négatifs


Le travail autour des sweat-shirts et autres robes sweats manque de finesse et d'élégance (voir ici, ici et ). Dommage, lorsque l'on voit ce que Stella McCartney est capable de faire lorsqu'il s'agit de mêler allure et cosyness...
En cherchant à questionner les lignes et les volumes, Christopher Bailey soumet parfois certaines de ses silhouettes à une approche assez primaire de la déconstruction (voir ici et ).
Les sublimes dentelles dont dispose l'atelier de la griffe britannique furent souvent desservies par des coupes trop sommaires (voir ici).
La volonté d'inscrire dans la modernité les pull-overs d'Aran est tout à l'honneur du créateur. Pour autant, en proposer une version asymétrique unimanche semble peu propice à leur diffusion auprès des clientes Burberry (voir ici et ).

Toutes les photos du défilé : http://www.vogue.com/spring-2017-ready-to-wear/burberry-prorsum
Partager l'article
Par Lise Huret, le 22 février 2017 dans Défilés
Vous aimerez également
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
4 commentaires
Tous les commentaires
AriaIl y a 5 mois
J'adore le mix de grosse laine avec une dentelle délicate et transparente !
RÉPONDRE
....Il y a 5 mois
J'adore les robes-chemises mais cette collection m'a semblé un peu confuse.
Je me suis demandée à qui elle était adressée.
L'époque ou Burberry était LA marque a porter est passée et apparemment, Bailey n'arrive plus à délivrer une mode commerciale, désirable et fraîche. Qui va porter ses pièces déconstruites qui n'arrivent même pas à flatter la silhouette d'un mannequin.
Et le coté asymétrique est assez incongru...
Ça fait un peu Chanel Paris-Édimbourg, sans la magie.
C'est bien de le voir tenter autre chose mais ça fait un peu cri du désespoir.

Le travail des ateliers mérite le plus grand respect mais effectivement, n'est pas Stella qui veut.

Il est chez Burberry depuis plusieurs (trop) d'années déjà. Il est peut-être temps de laisser la main....
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 5 mois
Oh ! Que les capes sont fabuleuses !!!! La cape tricot !La cape "pompom", la cape perle, la minicape col ont toute ma ferveur matinale.

Que le trench est sensuel !
Ouais, ok, c'est plus expérimental que d'hab'. Plus Bailey que Burberry mais tellement plus arty. Selon les saisons, le DA prend peu de risque et s'attache à l'ADN de la marque, mais pour cet opus il livre une collection très art contemporain.
Les bottines noires ! Elles aident grave au stylisme. D'ailleurs, je te rejoins complètement sur certaines silhouettes : à reproduire !
Effectivement, il y a un petit rikiki air de collection de fin d'étude de l'étudiant en école de mode, mais en boutique le tir sera corrigé.
Il y a des propositions au niveau stylisme qui sont déjà très inspirantes.
RÉPONDRE
Svs au LuxbgIl y a 5 mois
Chère Lise,

Merci pour ce bon decriptage.
J'adore les petites capes, je les trouve vraiment extra !
Et j'achèterais bien un pull en laine asymétrique unimanche, cette nouvelle version me plaît énormément.
J'imagine déjà des tas de "looks" avec toutes ces matières :)

Belle journée à vous 3
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode