Défilé DiorDéfilé DiorDéfilé Dior

Maria Grazia Chiuri chez Dior, la déception

2623
Irréprochable mais peu enthousiasmante, la troisième collection de Maria Grazia Chiuri chez Dior laisse à penser qu'en dépit des nombreuses qualités de la créatrice italienne, celle-ci pourrait ne pas vraiment être à sa place au sein de la maison parisienne...
Défilé Dior

Un a priori très favorable


Lorsqu'en juillet 2016, Dior annonce l'arrivée de Maria Grazia Chiuri en tant que directrice artistique de la griffe, rares sont ceux qui y trouvent à redire. Il est vrai que les 30 ans d'expérience de la quinquagénaire et sa réussite chez Valentino ont de quoi rassurer, sans parler du message positif envoyé par l'accession d'une femme à un poste jusqu'ici systématiquement occupé par un homme. Autant dire que la créatrice italienne bénéficie alors de la totale bienveillance de la fashion sphère.

Ses collections chez Dior


Printemps/été 2017


En mettant en avant ses convictions féministes via des tee-shirts à messages, la créatrice inscrit son défilé dans l'air du temps, à défaut de le rendre inoubliable. Il est vrai que si les silhouettes fonctionnent parfaitement, les vêtements du show manquent cruellement de caractère. Un état de fait qui n'empêche cependant pas la critique de saluer unanimement ce premier opus. On se dit alors que l'on a sûrement tort d'être déçue par celle qui promettait de sublimer la fusion entre féminisme et féminité, et qu'il faut lui laisser sa chance.
Défilé Dior

Haute Couture printemps 2017


Présenté sous une immense tente transformée pour l'occasion en serre elfique, le premier opus couture de Maria Grazia Chiuri chez Dior se révèle moins bon que la plupart de ses collections chez Valentino, même s'il assure aux nouvelles clientes de la maison leur quota de néo robes de princesse. Étonnamment, les références au travail de Christian Dior se révèlent peu nombreuses et peu inspirées : la veste Bar déclinée en mode péplum a notamment du mal à convaincre. Mais la presse continue d'applaudir. On se dit alors que l'on est probablement trop tatillon...

Automne/hiver 2017-2018


Long monologue bleu, la collection de saison fait le choix de s'inspirer du passé de résistante de Catherine Dior - la soeur de Christian - et d'évoquer les fameuses "périodes bleues" que connurent certains artistes. Oui mais voilà, si sur le papier l'association de ces deux thèmes apparaît particulièrement prometteuse, la réalité du podium est tout autre. Rien de vraiment rédhibitoire (Maria Grazia Chiuri est une excellente styliste), mais l'absence de prise de risque devient problématique. Très commerciale, la collection est en dessous de ce que l'on est en droit d'attendre d'un opus Dior. Alors que des voix commencent à s'élever dans la presse (merci Cathy Horyn), on se dit que l'on avait finalement peut-être vu juste...
Défilé Dior

Maria Grazia Chiuri + Dior = un mauvais mix ?


Plutôt que de partir des archives et d'en livrer sa propre interprétation, Maria Grazia Chiuri se focalise sur l'exacerbation de la dimension portable de l'univers Dior et se comporte comme si elle était à la tête d'une griffe dépourvue de tout ADN. Or, on ne devient pas directeur artistique d'une maison telle que Dior pour faire table rase du passé, à moins d'apporter une vision extrêmement forte et/ou un parti pris stylistique révolutionnaire.
Alors certes, Maria Grazia Chiuri est une professionnelle hors pair. Elle sait créer de la beauté et a des convictions. Pour autant, ce n'est pas une créatrice innovante : accompagnée de Pierpaolo Piccioli, elle donna naissance chez Valentino à des collections impeccables qui comblèrent aussi bien les clientes qatariennes que les habituées des tapis rouges, mais qui n'exhalèrent aucun génie créatif. Du génie esthétique, à l'évidence, mais pas de génie créatif... Or, une maison telle que Dior se doit d'avoir à sa tête une personne capable de revisiter inlassablement les volumes, de faire parler les tissus, de redéfinir la notion de modernité, de transfigurer les archives, de s'interdire la facilité…
Partager l'article
Par Lise Huret, le 06 mars 2017 dans Analyses
Vous aimerez également
Marion Cotillard et Dior, c'est fini
Il y a 6 mois - 27
EN SAVOIR PLUS
Le tee-shirt féministe Dior
Il y a 9 mois - 42
EN SAVOIR PLUS
Alber Elbaz, bientôt chez Dior ?
Il y a 2 ans - 40
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
23 commentaires
Tous les commentaires
JustineIl y a 9 mois
John Galliano a certes dérapé d'une façon éminemment regrettable, il était un véritable génie... et ses opus au sein de Dior étaient des enchantements à chaque fois renouvelés !
Dior version Chiuri est devenu d'un consensuel assommant !
RÉPONDRE
AdèleIl y a 8 mois
Je suis tout à fait d'accord !
RÉPONDRE
alixIl y a 9 mois
très commercial mais c'est vrai aussi très esthétique comme semble le regretter cet article (http://fr.fashionnetwork.com/news/Paris-Fashion-We...), le seul autre que j'ai pu trouver à part celui que tu cites qui soulève des soucis avec ce défilé.
comme quoi il va falloir quelques saisons supplémentaires de défilés commerciaux pour que ton son de cloche se répande...

par contre est-ce qu'on peut parler de Chiara Ferragni, qui est venue au défilé quasiment nue? What The Flûte ? (pour rester polie)
RÉPONDRE
jickyIl y a 9 mois
effectivement, on se dit: mais quel intérêt? on dirait du Saint Laurent (1ere collection Hedi Slimane) en mode René Derhy....
RÉPONDRE
Dimitri. Il y a 9 mois
Moi j'aime, c'est propre, c'est beau.

Je vais aller potasser l'article en référence ; mais je garde mon avis, y'a du plissé, du jean, de la structure et du monochrome j'ai adoré. Après c'est toujours le même truc, facile de juger quand on est pas client(e), et ça marche pour moi. Il s'agit surtout de savoir si ça se vend ; pour moi les grosses baraques, CHANEL & Dior en particulier, sont pas là pour faire de la recherche, ou alors avec subtilité et sans mettre en péril l'historique et les ventes.

J'ai toujours vu les vitrines sur la période Raf Simons comme un truc assez froid et loin de l'élégance parisienne - ça sonne un peu chichi mais c'est l'idée -, là, c'est sûr, ça paraît plus abordable. Elle nous inonde pas d'intellect, juste de style et de savoir-faire. Je ne mentionne pas les tonnes de commentaires à la noix qui ce sont jetés sur la collection à coup de "comment est-il possible de faire ça avec les meilleures ateliers du monde ?" alors que c'est techniquement très élevé.

Ensuite, y'a un thème, une idée, une ligne, ou une couleur et c'est clair ; alors ça paraît pas très dynamique peut-être mais moi ça me va, faut juste se débarrasser des tulles brodés avec des étoiles et des lunes, des J'ADIOR cheap à mort et ça ira déjà mieux - bien sûr j'ai détesté le tee-shirt "we should all be feminists" -.
Et puis c'est que la troisième collection, elle ne fera peut-être pas l'affaire, mais faut aussi lui laisser le temps de se défaire de chez Valentino, de saisir le potentiel des archives, des ateliers et de la finance illimitée chez LVMH - surtout ça... -.

Voilà voilà.
RÉPONDRE
CamilleIl y a 8 mois
" Il s'agit surtout de savoir si ça se vend ; pour moi les grosses baraques, CHANEL & Dior en particulier, sont pas là pour faire de la recherche, ou alors avec subtilité et sans mettre en péril l'historique et les ventes. "
Je me permets de réagir à ton commentaire. On en vient toujours à cette même question : la créativité des DA doit-elle être mise en péril à des fins commerciales ?
Alors bien sûr, c'est ce que veulent les investisseurs et les dirigeants d'entreprise (d'ailleurs, on ne peut pas assimiler Dior à Chanel sur ce point car ce sont deux entreprises très différentes en termes de gouvernance, ce qui implique que dans le cas de Chanel, la création peut vraiment être au centre de tout).
Selon moi, si des Maisons de Couture de l'envergure de Dior ne peuvent plus se montrer créatives, originales, hors du commun, et doivent au contraire livrer des collections commerciale à l'âme amputée, alors c'est assez triste. Je pense que ce sont des Maisons qui ont pour vocation (voire pour ADN) de faire rêver et de bousculer les codes, et qui devraient justement profiter de leur aura et de leur notoriété quasi-infaillible pour se permettre d'être vraiment créatives.
RÉPONDRE
RouletabilleIl y a 9 mois
Dire que les collections Valentino " n'exhalerent aucun génie créatif" je trouve ça franchement injuste, alors que beaucoup de silhouettes étaient très belles et une chaque collection développait de vraies idées. On peut être portable, sans mules en moumoute aux pieds, sans laideur volontaire à la Prada, et être créatif !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 9 mois
Pour Valentino je préfère parler de génie esthétique et commercial : tout est très beau, tout est parfait. Mais les volumes restent les mêmes d'une collection à l'autre... Ils sont restés dans leur zone de confort. Il n'y a pas de mal à cela, mais je pense que cette formule ne peut convenir à Dior :)
RÉPONDRE
fatinetiaraIl y a 9 mois
moi je trouve qu'ils auraient du donner le poste à Albert Elbaz... vu ce qu'il a fait de lanvin, Dior serait (re)devenu magique ! et sinon j'ai rien contre cette dame mais contrairement aux collections valentino que j'adorais toutes sans exception, ses collections chez dior n'ont (pour moi) aucune desirabilité... c'est d'un fadasse... et c'est pas une question de portabilité, fendi cette saison etait super portable et incroyablement creatif et desirable a mon sens !
sorry pour le commentaire brouillon et les accents qui manquent lise, mais tu es la rare blogueuse qui me donne envie de donner mon avis :) bises
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 mois
Merci ma chère Fatinetiara ;)
RÉPONDRE
jickyIl y a 9 mois
je suis allée voit tout le slide et donc toute la collection... Tout est pareil sur 68 silhouettes, et ça n'est pas que c'est moche, c'est juste du René Derhy un peu plus rock n roll et chic... ça par exemple:
http://nymag.com/thecut/runway/2017/fall/paris/rtw...
c'est quoi l'intérêt?
RÉPONDRE
CarolineIl y a 9 mois
C'est raté et un peu plouc, en effet...
RÉPONDRE
LucieIl y a 9 mois
Moi j'aime bien :)
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 9 mois
J'ai dû relire trois fois ton dernier paragraphe pour comprendre ta distinction entre "génie esthétique" et "génie créatif" pour formuler la formule gagnante de la maison Valentino.
Ton texte est excellent parce qu'il exprime un vrai point de vue !
Le duo jean + Dior ne me convainc pas. La revisite de la veste Bar en jean est un peu trop timide ou il ne s'agit que d'une simple veste. Il y a quelques bons passages.
J'aime bien le retour de la toile monogrammée. Elle annonce cette collection en monochrome bleu, elle l'enracine dans cette vénérable maison. Néanmoins, il manque quelque chose, une dose de peps. La résistance demande une certaine énergie, une pointe d'irrévérence.

La maison Dior, surtout le pap, apparaît de plus en plus comme un cadeau empoisonné. Faut lui laisser le temps d'apprivoiser le matériel et les moyens mis à disposition. Je crois qu'elle tente d'installer chez Dior , une silhouette, un génie esthétique avec les hits maison comme l'expérience particulièrement réussie chez Valentino.

Ce n'est pas facile d'allier "women should be all feminist", le cri de ralliement des femmes actives à celui d'une maison ayant installé les longues et vaporeuses robes de princesses estampillées New Look. Dans l'imaginaire, l'équation n'est pas simple à résoudre, bien plus compliquée que chez YSL.
RÉPONDRE
SolangeIl y a 9 mois
Non seulement je trouve ses collections d'une fadeur sans précédent, mais surtout je suis choquée par l'instrumentalisation éhonté du féminisme pour vendre du luxe à une élite qui de toute évidence n'est pas confronté aux problèmes des femmes de tous les jours.
Le tout porté par des mannequins décharnés.....c'est cela le mauvais goût de Maria Grazia Chiuri.
Aussi, je trouve que Dior prend un virage dangereux, avec des choix d'égéries de plus en plus bas de gamme : Rihanna, Bella Hadid, Camille Rowe ?????
Ou les dernières pub de parfums : Jonny Depp pour Sauvage ( vraiment ringard) ou Poison Girl et Dior j'adore.

Dior est un nom qui fait vendre, mais pas un passe droit pour proposer n'importe quoi...
RÉPONDRE
....Il y a 9 mois
J'ai sentie l'arnaque dès son premier opus.
Je pense qu'elle confond modernité et tendance. Avec Maria Grazia, Dior suit la tendance sans forcement être moderne. Est-ce que les robes de bal en tulle sont franchement modernes lorsqu'on fait un PAP grand public pour une maison du calibre de Dior? Soit on sublime le réel ou alors, on envoi le paquet niveau créativité.

Personnellement, je n'ai jamais été vraiment Dior. Je pense que Galliano avait saisit quelque chose dans l'esprit de la maison et toute sa démesure. Dior c'est un peu comme Oscar De La Renta: trop précieux, trop apprêté. Galliano avait réussit à secouer tout ca et on adorait même si ça n'avait rien à voir avec Dior...Mais il avait cette même vision de la féminité: sensuelle.

Je pense également qu'Alber Elbaz aurait fait un job excellent chez Dior. Sa femme Lanvin dans toute sa sensualité et son exubérance pourrait tout à fait se télescoper chez Dior.

Quand on voit les défilés Valentino par Pierpaolo, on comprend mieux qui des deux est le plus créatif et le plus intéressant. L'ancienne silhouette Valentino a totalement changée.

Que ça soit Bouchra Jarrar chez Lanvin ou Maria Grazia chez Dior, on ne peut pas dire que les maisons francaises soient très prometteuses.

Frida Giannini et même Alessandra Fachinetti auraient pu faire du bon boulot.
Clare W.K. qui vient de quitter Chloé pourrait egalement...
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 9 mois
J'ai pris le temps de lire les commentaires du dossier de presse sur les inspirations de MGC. Elle voulait rendre hommage à la sœur de Christian Dior, une résistante. Je trouve qu'elle aurait dû partir alors vers quelques modèles "jean couture" pour rappeler les pénuries et les restrictions de cette époque à l'aide du jean et du monochrome bleu et la résistance avec le style opulent et élégant de la maison, mais aussi la libération avec la récupération du jean. Ainsi, elle aurait montrer davantage sa créativité et la maison tout l'étendue de son savoir-faire avec un tissu populaire. Là, les passages en jean, sont un peu Karl Kani et/ou Marithé + François Girbaud.
On aurait pu s'attendre à de seyantes cuissardes en jean (pas vulgaires mais ultrachics, Diorisées) absolument démentes portées avec une fabuleuse robe bustier en jean avec des silhouettes très modernisées de l'ère Galliano/Gaytten qui auraient fait le bonheur de Rihanna et des jeunes égéries sur le tapis rouge. La maison Dior devance les tendances et possède un savoir-faire réputé. C'est une maison qui devrait toujours être reprise par un styliste ayant l'âme d'un couturier.
RÉPONDRE
NaïkéIl y a 9 mois
Lise, un passage de la critique Vogue.com de la dernière collection Givenchy, qui m'a fait penser (par association d'idées) à ton article :

"As famous and successful as he became, Tisci required a while to warm up and grow into his role, truth be told; the great majority of the pieces in this collection date from 2010 and later, which is five years after he took the job. That’s a point worth making, considering that these days creative directors are lucky if they last three years, let alone nearly twice that. Tisci may be the last of his kind, which isn’t a good thing for fashion. Consistency is the ugly stepsister of change in this business, but it’s just as essential. Maybe more. It takes time to establish a voice and make it connect across markets and media."

Je suis moi aussi déçue pour l'instant par MGC chez Dior, mais peut-être faut-il continuer à être patient ? (une gageure dans le monde actuel..)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 mois
Oui, soyons patient ;)
RÉPONDRE
stylish girlIl y a 8 mois
Amen !!!!!
RÉPONDRE
sheighIl y a 8 mois
Le résultat est assez regrettable mais je ne vais pas l'assommer pour la simple et bonne raison que Raf Simons avait déjà rendu Dior pitoyable, elle n'est que la digne succession. Il me semble que c'est un parti prix. Mais je pleure les années Galliano!
RÉPONDRE
samIl y a 8 mois
J'ai trouvé certains passages pas mal. Je pense que le plus gros défaut de cette collection est d'être estampillée " DIOR" , pas d'être disgracieuse. C'est donc plus sa capacité à se faire caméléon qu'à être créative qui doit être jugée. C'est un exercice très difficile de bosser pour ce genre de maison.
Le tee féministe est ce qui me dérange le plus , j'ai déjà exposé la raison de ma colère dans un autre commentaire ( mêmes raisons que celles que Solange donne plus haut) .
RÉPONDRE
LindaIl y a 7 mois
C'est un désastre pour la maison DIOR. Certes la collection couture était féérique voire magique (elle m'a presque rappelé l'univers de Galliano, qui ô me manque tant) mais je n'ai pas retrouvé DIOR... L'égo de Maria Chiuri semble tellement grand, qu'elle ne pense même pas utile de piocher dans les codes de la maison légendaire et se contente d'imposé sa vision qui ressemble plus à un viol de MOSCHINO sur DIOR (ah cette série de Jadior est plus que grossière, j'en ai la nausée!). J'en reviens à regretter Raf Simons, bien qu'extrêmement minimaliste, a su maîtrisé avec des détails sublimes l'héritage de DIOR. Chiuri en a que faire de ceci, il semble qu'il lui soit plus important d'imposer sa vision. Malheureusement, le choix de la maison est loin d'être compatible.
Galliano x DIOR me manque terriblement...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode