Coco RochaThe Fashion GuitarChriselle Lim

L'enfant, une valeur montante sur Instagram

1110
Si Instagram est un formidable média permettant des éclosions professionnelles fulgurantes, il n'en a pas moins tendance à flatter les travers de la nature humaine. Je pense ici à la propension des influenceurs à inclure leurs enfants au sein de leur système d'auto-promotion...
Coco Rocha
Après avoir pris la pose sur chaque palmier de Bora-Bora, testé tous les "latte" de Brooklyn, shooté le moindre détail design de ses différents lieux de villégiature et goûté aux joies de recevoir des cadeaux journaliers via FedEx, l'instagrammeuse/influenceuse se devait de trouver un nouvel axe de développement. Or, quoi de mieux que le branding de son propre enfant ?

On a ainsi pu voir récemment :
Coco Rocha propulser sa fillette sur le catwalk du dernier défilé Jean Paul Gaultier. Mais aussi développer l'image de cette dernière en lui créant son propre compte Instagram où se mêlent photos informelles, placements de produits et looks plus élaborés
The Fashion Guitar
Chiara Ferragni communiquer "généreusement" sur son petit garçon à venir et expliquer à la terre entière (ou plutôt à sa communauté - ce qui revient désormais plus ou moins au même) les raisons l'ayant poussé à appeler son enfant "Leone". Sans parler des élans de tendresse photogénique de son compagnon envers son ventre arrondi (voir ici et ) et autres stories expliquant les différents stades de croissance de leur - bientôt - illustre progéniture. Autant dire que la gestion marketing de cette grossesse laisse présager du meilleur pour le petit Italien à naître…
Chriselle Lim faire la promotion des bikinis Marysia en duo avec sa fillette de 3 ans, mais aussi la faire poser au sein d'un adorable publireportage accompagné d'un texte touchant, à des années lumière d'un banal communiqué publicitaire… Cette jeune femme a tout compris !
Arielle Charnas dédier une section à part entière sur son blog aux looks et au lifestyle de sa petite fille de... deux ans.
Chriselle Lim
Charlotte Groeneveld faire de ses deux adorables enfants des égéries Bonpoint. Grâce à l'Instagram/blog de leur influente maman, on peut ainsi voir régulièrement les bambins défiler pour la marque parisienne (voir ici, ici et ), mais aussi porter au quotidien les pièces de la griffe (voir ici et ). Des images bien entendues toujours parfaitement libellées de hashtags et autres crédits idéalement placés.
Un couple de Japonais propriétaire d'une boutique de fripes à Harajuku faire de leur créative petite fille de 5 ans la sensation Instagram du moment. Soeur spirituelle de Tavi Gevinson, cette fillette - désormais âgée de 7 ans - dont les looks affolent plus d'une modeuse semble être l'illustration parfaite de cette inconscience folle poussant les adultes à nier les dangers d'une surexposition précoce.
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 12 février 2018 dans Analyses
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
10 commentaires
Tous les commentaires
miss agnesIl y a 3 mois
Je ne sais pas, je suis très ambivalente sur la présence d'enfants sur les réseaux sociaux, insta et autres blogs. Très mignon d'un côté, mais de l'autre une véritable exploitation d'êtres humains à qui on ne demande pas leur avis, et qui ne se rendent pas compte que leur vie entière est désormais consultable à jamais.
Car rien ne disparaît sur la toile, et à l'heure où la pédophilie est plus que répandue, cette utilisation de l'enfant me trouble au plus haut point. Ces enfants devenus adultes ne vont-ils pas reprocher à leurs parents de les avoir ainsi exposés au monde entier ?
Je sais que mes enfants refusent la plupart du temps de figurer sur mes clichés Insta, sauf dans de rares cas (privés) et ma fille accepte de servir de modèle sur mon blog uniquement si son visage n'apparaît pas, ce que je respecte complètement. Ils sont ados et capables de décider, mais qu'en est-il de ces petits bouts de chou qui n'ont aucune conscience de ce que cela représente ?
RÉPONDRE
AnnaMIl y a 3 mois
personnellement j'avoue que je suis effarée par le niveau de la chose ; moi qui suis enceinte du 1er et qui me demande si je vais même le mettre en photo sur mon Facebook/Insta perso !

pour ajouter un peu de légèreté : disons que ces mamans n'auront pas volé la crise d'adolescence probablement cataclysmique de leur progéniture ;)
RÉPONDRE
AnnaMIl y a 3 mois
je me demande aussi ce qu'en pensent les papas ? reconnaissons que sur ce sujet ils ont bien souvent les yeux plus en face des trous que nous...
RÉPONDRE
DauphineIl y a 3 mois
J'avais été surprise, en lisant la biographie de Jeanne Lanvin écrite par Jérôme Picon, de deviner une comparable ambiguïté dans la relation unissant la créatrice à son enfant, Marguerite. La légende de la maison née de l'amour de cette mère pour sa fille, des somptueuses robes créées pour elle et du désir que ces tenues éveillèrent chez les mères de ses amies,... cette légende m'était familière. A la lecture de ce texte, la vérité m'est apparue plus complexe. Amour, adoration, cela est palpable, évident. Mais Marguerite ayant le sentiment d'être une poupée vivante, d'être emmenée au salon de thé non pour l'expérience en elle-même mais parce qu'elle porte une nouvelle toilette à faire admirer, ... cela, j'ai cru le lire aussi.
RÉPONDRE
AloÿseIl y a 3 mois
Cet article est piquant, pointu et soulève exactement cette gène sur la médiatisation des bambins. Au delà du fait de montrer au monde ces enfants parfaitement mignon, en même temps ce sont des enfants, il me semble montré au même titre qu'un sac à main ou qu'un porte manteau et ça fait froid dans le dos.
C'est terrible de contrôler à ce point toute les images de sa vie. De contrôler l'image de ses enfants. Comment devenir des adultes, et avant ça des adolescents bien dans sa peau, dans son image quand celle-ci est regardée, analysée et "likée" par des milliers d'inconnus ?
RÉPONDRE
La Loutre Il y a 3 mois
Stratégie commerciale, probablement, mais peut-être aussi apprentissage précoce de comportements "gagnants ". On inculque aux enfants ce qui réussit aux parents. Les stratégies familiales (et les dégâts qu'elles occasionnent parfois) sont multiples.
Mais une fois de plus, je m'interroge : je vois les idoles, mais qui sont les idolâtres ? La groupie attitude me fascine.
RÉPONDRE
CharlotteIl y a 3 mois
Je trouve tout ça assez choquant. Mettre autant son enfant en avant, dévoiler autant de son intimité, ne pas réfléchir aux conséquences qu'une telle exposition aussi jeune aura forcément sur les gamins, et tout ça uniquement pour de l'argent, je trouve ça horrible et vraiment malsain.
De même qu'une législation encadrant la pub sur les réseaux sociaux est apparue, j'espère qu'une législation apparaîtra pour protéger ces enfants de la folie, de la cupidité et de la bêtise de leurs parents.
RÉPONDRE
stylish girlIl y a 3 mois
C'est louable de se préoccuper du sort de ses enfants sur-exposés sur les réseaux sociaux. Mais soyons honnêtes 5 minutes avec ou sans réseaux sociaux ils auraient été élevés par les mêmes parents et par conséquent l'impact sur leur vie serait quasi identique. Comme la souligné Dauphine en évoquant le cas Lanvin.
Bref on a les parents que l'on a et l'ont doit tenter de se construire avec... il y aura toujours du positif mais aussi du négatif car je ne vous apprend rien en disant qu'aucun parents n'est parfait. Tant qu'il y a de l'amour s'est déjà pas si mal...
RÉPONDRE
SandraIl y a 3 mois
Je suis très partagée sur la question ... Mes parents n'étaient pas très "média", ainsi, je n'ai presque aucune image ou vidéo de moi enfant, et j'ai l'impression que c'est tout un pan de mon histoire qui a disparu ... Je crois que j'aurais aimé pouvoir revoir mon parcours, peut-être même s'il est suivit pas la terre entière ... Instagram, c'est l'album photo de famille de nos jours, et rare sont les images qui perdurent si elles ne figurent pas sur internet (on voit la fille qui a perdu une vie de données perso après une perte d'un disque dur de sauvegarde ... J'aurais du faire un album papier ... mais qui le fait encore de nos jours ?)
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 3 mois
les dinosaures, dont je fais partie, font encore imprimer leurs photos, et prennent plaisir à regarder des albums en papier...
prendre le temps de le faire (organiser, coller les images) est également un moment de plaisir,
oui, c'est moins rapide/facile/évident que de mettre ses images sur internet...
ce n'est pas mieux
ce n'est pas moins bien
mais on peut encore décider de le faire, l'album
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode