Comté de Prince Edward

Observations canadiennes #4

2726
Entre immenses granges dominant la campagne gelée, demande inattendue d'implication scolaire, balenciagamania à tous les étages, handicap pris en compte et thermomètre interne, tour d'horizon des petites choses ayant récemment interpellé la Française exilée dans le "Grand Nord" que je suis…
Comté de Prince Edward

Prince Edwards County


À 2h30 de Toronto - comptez 3h30 si vous partez un vendredi après-midi - se trouve une campagne hautement photogénique, terriblement mélancolique et qui fait écho en moi à moult films américains, j'ai nommé le comté de Prince Edward. Avec ses immenses granges en bois gris détérioré, ses silos s'élançant vers le ciel, ses fermes rouges, ses longues barrières blanches courant le long de propriétés de plusieurs hectares, ses maisons isolées aux briques rouges et au porche bordé de dentelle de bois, ses langues d'eau gelées se glissant dans les terres, ses minuscules oiseaux à la robe piquée de bleu, ses écureuils à la silhouette bien plus chétive que celle de leurs cousins torontois (ce qui laisse à penser que ceux-ci ne se bâfrent pas de junk food trouvée dans les poubelles), son cidre exquis et ses habitants au sourire sincère et prompt, cette bulle de sérénité pourrait bien devenir notre lieu de villégiature de prédilection...

Ecole


Si l'école de Charles est sous de nombreux aspects un petit paradis pour bambin en uniforme (effectif très réduit, entraide constante entre élèves de différentes classes, sorties quasi hebdomadaires au musée d'histoire naturelle, cours de yoga intégrés à la journée de classe…), je ne m'attendais pas à ce que nous soyons autant sollicités en tant que parents. Pas une semaine ne se passe en effet sans que l'école ne fasse appel à nous, que ce soit pour encadrer la course de l'école, pour aider les élèves à s'habiller pour la pièce de théâtre, pour couper 30 kilos de carottes en bâtonnets (qui accompagneront les pizzas du Pizza Day), pour aider les enfants à enfiler leurs patins lors des cours de "ice skating" ou encore pour amener du chocolat pour 200 personnes à l'occasion du "family day". Sans oublier la préparation chronophage des innombrables "fun days" organisés par l'école. Ces dernières semaines, nous avons ainsi dû préparer une carte de Saint Valentin maison pour chaque membre de la classe (nous y avons passé une bonne partie du week-end), élaborer un déguisement de vieille personne pour Charles, mais aussi trouver de quoi le grimer en chevalier (journée "Retour vers le Futur"), en sportif (référence aux J.O. d'hiver) et en adulte…

Mon ascenseur, ce showroom


Notre immeuble est peuplé à 80% de jeunes étudiants asiatiques extrêmement aisés et totalement accros à deux marques : Gucci et Balenciaga. Du coup, nul besoin pour moi de me déplacer en magasin pour observer leurs nouveautés : un passage par l'ascenseur suffit à me tenir au courant. Ces dernières semaines, j'ai ainsi pu tour à tour apprécier moult déclinaisons de la Triple S, apercevoir la version ultra fluffy des slippers Gucci et découvrir différentes variations autour de l'Ophidia. J'ai également pu constater que les pièces pourvues d'un logo bien visible avaient clairement la cote auprès de mes chers voisins, mais aussi que cette affolante veste de survêtement brodée pouvait être portée comme une banale veste d'intérieur…

Le handicap au Canada


Je n'ai jamais croisé autant de personnes handicapées physiques - dont beaucoup de personnes amputées en fauteuil - que depuis notre arrivée à Toronto. À tel point qu'avec Julien, nous nous demandâmes dans un premier temps si les pratiques médicales canadiennes étaient différentes que celles ayant cours en France. Rapidement, nous avons cependant compris que si ces personnes nous semblent plus nombreuses, c'est simplement parce qu'elles sont plus visibles, car tout est fait ici pour faciliter leurs déplacements. Les portes d'entrée des magasins et autres bâtiments publics sont ainsi souvent pourvues d'un large bouton leur permettant de s'ouvrir automatiquement, les immenses trottoirs permettent aux fauteuils de circuler facilement, tandis les rampes d'accès sont nombreuses (aussi bien pour entrer dans un Starbucks que pour se rendre dans un centre médical). Autant d'aménagements qui évitent que le handicap soit vécu comme une double peine.
PS : À la salle de sport, je croise souvent un homme amputé des deux jambes. Il vient seul en fauteuil via la rampe d'accès du club, ouvre la porte grâce à un de ces fameux boutons et utilise facilement les machines, qui se révèlent suffisamment espacées pour pouvoir laisser passer un fauteuil. C'est à la fois hyper impressionnant et merveilleusement normal.

Une vraie Canadienne ?


"Tu es devenue une vraie Canadienne!" m'écrivit malicieusement Géraldine après que je lui ai annoncé au détour d'un échange de textos que j'étais dehors, qu'il faisait 6°C et que je n'avais pas mis de manteau. Elle s'était ainsi souvenue qu'à notre arrivée au Canada, je me moquais souvent des Torontoises qui au moindre redoux sortaient en tong et doudoune. Depuis, j'ai vécu un hiver avec des températures oscillant entre -5°C et -20°C et cela a clairement modifié mon thermomètre interne. Désormais, à 0 degré, je fais tomber le bonnet et à 5°C (lorsqu'il n'y a pas de vent) je sors en pull et écharpe…
Partager l'article
Par Lise Huret, le 03 mars 2018
26 commentaires
Tous les commentaires
emmanorIl y a 1 an
Je m'étais fait la même réflexion aux états unis concernant les handicapés, notamment dans les parcs d'attraction où j'en ai vu beaucoup. On a beaucoup de retard en France.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Effectivement :/
RÉPONDRE
WatsonaireIl y a 1 an
J'adore cette rubrique. Cela me donne un sentiment d'immersion très agréable.
Merci :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Merci à toi :)
RÉPONDRE
ValérieIl y a 1 an
Vous êtes devenue bien plus canadienne que moi... je me couvre en permanence, je déteste avoir froid, mais j'adore être dehors dans le froid en ayant chaud...
En ce qui concerne les magnifiques oiseaux bleus, ce sont des geais bleus, je ne dirais pas qu'ils sont minuscules, contrairement aux mésanges, chardonnerets, sizerins et autres mini-boules de plumes qui elles, tiennent dans le creux de la main (j'ai ai sauvé une en début d'hiver qui s'était évanouie dans la neige après avoir heurté la baie vitrée chez mes parents, c'est incroyablement petit)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je n'ai pas vu d'oiseaux aussi petits que ceux que tu me décris, d'où mon erreur d'appréciation, désolée :/

Un blue jay ! Depuis le temps que j'en entends parler ... ;)
https://nesncom.files.wordpress.com/2012/08/6a0115...
RÉPONDRE
ValérieIl y a 1 an
C'est vrai que c'est un oiseau typique! mon préféré au Canada est celui de la pièce de 1$, le huard à collier : le soir sur le bord d'un lac, quand on l'entend appeler, c'est assez magique...
Ces petits oiseaux sont un peu partout, mais il vaut mieux se tenir près d'une mangeoire pour les observer... j'avoue que celle de mon père m'a permis de mieux les connaître! Et les cardinaux sont impressionnants aussi, dans le genre rouge!
RÉPONDRE
AlienorIl y a 1 an
Effectivement,le Canada a une longueur d avance(que dis-je,plusieurs..) dans certains domaines .Je suis a Vancouver depuis 10 ans,et je suis devenue Canadienne (en vrai) depuis 3 ans ,j'ai meme le mal du pays quand je rentre en France longtemps..J'adore le cote pragmatique et en meme temps très humain de la mentalité Canadienne,ce pays ,a mains égards,est devenu pour moi et de nombreux émigrants une seconde maison ..
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Vancouver ! Si ce truc là :
http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/fau...
ne me faisait pas si peur, je pense que nous serions déjà retournés y vivre ! Je suis nostalgique à vie des ballades en vélo longeant Stanley park... :)
RÉPONDRE
ChrisIl y a 1 an
j'adore cette rubrique ! pour "nous autres" Français (et Européens) c'est un total dépaysement.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
:)
RÉPONDRE
VéroniqueIl y a 1 an
Merci pour votre rubrique. Mon lieu de villégiature préféré au Canada, ce sont les îles de la Madeleine, dépaysement assuré, paysages à couper le souffle.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Un peu loin pour un week-end, mais effectivement cet endroit est sublime ! Comment te loges-tu sur place ?
RÉPONDRE
matchingpointsIl y a 1 an
Merci pour vos impressions partagées, et les belles photos, elles nous permettent de voyager avec vous !
Nous attendons aussi vos réflexions critiques, et il y a sûrement des choses qui vous déplaisent !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Des choses qui me déplaisent ? Je ne sais pas. Ce sont les comparaisons avec certaines spécificités françaises - voire européennes - qui parfois ne sont pas à l'avantage de Toronto. Je pense à l'architecture, au patrimoine historique ou à la qualité des produits alimentaires...
RÉPONDRE
violette.bIl y a 1 an
Hello , toujours interressant ces petits points sur les i canadiens .
Par contre je ne comprends pas bien l'école , les parents travaillent pas ou peu pour se déplacer avec les élèves en cours de semaine ,ou bien serait ce les mères qui ne travaillent pas ?
Ceci m'interpelle , as tu une explication ?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Je pense qu'il y a beaucoup de mamans qui ne travaillent pas et qui sont donc assez disponibles :)
RÉPONDRE
VéroniqueIl y a 1 an
Nous avions logé à l'hôtel, un petit établissement tenu par un bourguignon. Nous étions restés une semaine , au mois de juillet. C'est franchement un lieu enchanteur, même constat pour la Mauricie.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Tout cela me donne très envie !
RÉPONDRE
MathildeIl y a 1 an
Tu écris tellement bien Lise, c'est toujours un plaisir de te lire! Et si j'adore ton regard affuté sur le monde de la mode, tes billets d'humeur sont vraiment les posts qui me touchent le plus, tu as vraiment un don pour croquer des instants de vie!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
C'est super gentil ma chère Mathilde :)
RÉPONDRE
MathildeIl y a 1 an
Merci Lise pour ces découvertes si intéressantes. J'espère voyager au Canada un jour (bientôt ?). Bises depuis la Californie !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Bises de Toronto ;)
RÉPONDRE
CynthIl y a 1 an
Ah l’île du Prince Edward est mon rêve absolu. Mon roman préféré est la saga d’Anne d’Avonlea. En France on connaît ses paysages à travers la mini série Le bonheur au bout du chemin. Mais au Canada, il s’agit d’un classique de la littérature. Lise tu m’as donné envie de relire (encore) tous ces livres ! Merci !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 1 an
Et moi, tu m'as donné envie de découvrir cet auteur !
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 1 an
Bravo, dehors sans manteau à 6 C, tu es vraiment devenue une Canadienne. Comme quoi, on est capable de s'habituer au froid.
Oui, moi aussi cela m'avait frappé au Québec, à quel point les personnes handicapées sont intégrées dans la société: on leur fait la place dont ils ont besoin, et cela ne fait que renforcer à quel point les Français sont en retard. Ici, on ne veut pas les voir, et pourtant ils ont le droit de pouvoir se déplacer et vivre comme les personnes mobiles. Cette acceptation du handicap nous a décidé à rester lorsque notre fils a été diagnostiqué avec un trouble autistique: les écoles adaptées n'ont pas peur des enfants avec des besoins spéciaux, et le magnifique travail effectué par les éducatrices spécialisées (entre autres) lui a permis de se développer merveilleusement et de pouvoir maintenant, de retour en France, suivre ses cours au collège sans soutien.
PEI: mon regret, ne pas avoir pu visiter ce coin magique du Canada. J'espère pouvoir y aller un jour. Merci pour les photos.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode