Karl Lagerfeld

Au revoir Karl...

43122
7h20. Je sors de mon cours de Pilates, allume mon téléphone et découvre un message de Géraldine : "This is Karl's Day". Je comprends alors que ce que redoutait la fashion sphère depuis quelques semaines vient d'arriver : Karl est mort. Karl Lagerfeld est mort... Alors que ces mots gagnent seconde après seconde en réalité, je réalise à quel point il va me manquer. J'en suis d'ailleurs la première surprise : j'étais certaine que son décès ne me toucherait pas, que l'agacement qu'il suscitait régulièrement en moi me protégerait du chagrin… Mais alors, d'où vient cette profonde tristesse, ce sentiment de stupeur, voire d'abandon ?
Karl Lagerfeld
7h30. Emmitouflée dans ma parka, un café fumant au creux des moufles, je laisse l'air mordant aiguiser mes sentiments. J'ai envoyé un texto à Julien : il conduira Charles à l'école. J'ai besoin d'analyser ce je ressens là, maintenant, tout de suite. J'ai envie de passer quelques minutes avec Karl. Assise sur l'un des fameux fauteuils inclinés des jardins publics canadiens, je tente de comprendre pourquoi j'ai aujourd'hui l'impression d'avoir perdu un être cher.

La première image qui me vient à l'esprit est celle de son immense bibliothèque de la librairie 7L. Cette multitude de livres accumulés au fil des années et occupant des pans de murs entiers a toujours généré chez moi un élan de tendresse envers leur propriétaire. Je savais qu'il en avait au moins autant dans ses différentes résidences et cela me subjuguait. Une telle culture, un tel savoir lui permettait sans doute de prendre toute cette agitation fashion au second degré, voire au millième. C'est d'ailleurs cette distance qui, à mes yeux, lui permettait de plonger avec gourmandise dans le système sans jamais y laisser des plumes.

Quelques minutes plus tard, c'est un son qui me revient : celui de sa voix prononçant le mot "mère". Sous une fausse indifférence, on y sentait poindre un amour de petit garçon, une dévotion quasi cérébrale… Au fil des confidences égrenées ici et là sur celle qui l'éleva à coup de sarcasmes éducatifs et qui lui conseilla de se mettre au dessin et d'abandonner le piano (afin de lui épargner les oreilles), j'ai vu peu à peu se dessiner les origines de la "marionnette" Karl Lagerfeld ; une marionnette qui servait d'interface entre lui et les médias et qu'il avait peut-être commencé à construire très jeune afin de séduire sa mère.

Viennent ensuite ses différentes saillies politiquement incorrectes qui, au fil des années, m'ont de plus en plus réjouies, tant le "bien penser" est devenu la condition sine qua non à l'adoubement médiatique ; Karl Lagerfeld n'en avait rien à faire et c'était jouissif. Mais aussi ses décors cathédrales qui, à défaut d'abriter des collections mémorables, n'en avaient pas moins le charme de la démesure (voir ici, ici et ) et l'outrance d'une imagination au budget no limit. Sans oublier la complicité - que l'on sentait bien réelle - entre lui et le petit Hudson Kroenig, sa capacité à se démultiplier, le fait qu'il disait voir en rêve ses collections ou encore son regard récemment à nouveau visible…

En fermant les yeux, je vois la silhouette de l'homme aux cheveux poudrés s'éloigner, et avec elle tout un pan de l'histoire de la mode. Il était le dernier. Le dernier rempart. Aujourd'hui, qui peut prétendre avoir une telle étoffe ? Il emmène dans son sillage la grandeur des couturiers, la stabilité d'une griffe iconique et une certaine manière d'être dans son époque sans pour autant se laisser cannibaliser par cette dernière.

Alors certes, le personnage de "Merci Karl" était détestable, les toilettes Chanel rarement seyantes et son amour pour son chat peu galvanisant ; pour autant, je sais d'ores et déjà que celui que j'adorais critiquer va terriblement me manquer. Le vide qu'il laisse a en effet quelque chose du trou noir...
Partager l'article
Par Lise Huret, le 19 février 2019 dans Actu mode
Vous aimerez également
Des nouvelles de Karl...
Il y a 1 an - 48
EN SAVOIR PLUS
Karl Lagerfeld et l'anorexie
Il y a 6 ans - 29
EN SAVOIR PLUS
Karl.com
Il y a 7 ans - 9
EN SAVOIR PLUS
22 commentaires
Tous les commentaires
CarolineIl y a 4 mois
Je ne suis pas passionnée par Karl Lagerfeld (malgré son amour des livres), ni par les tenues Chanel, mais pour avoir été quelques fois au défilé, je tire mon chapeau aux mises en scène folles et à l'énergie communicative.
Aussi, il faisait vivre un savoir-faire français très haut-de-gamme. Je me souviens de cette dame très âgée, spécialisée en passementerie, qui travaillait pour Chanel et que Loïc Prigent avait interviewée avant un défilé (couture, je pense).
Je me demande bien qui va lui succéder... Virginie Viard pour l'instant, mais vont-ils prendre un designer connu?
RÉPONDRE
emmanuelisIl y a 4 mois
Ce n'est pas Virginie Viard pour l'instant. C'est Virginie Viard tout court. Elle est son bras droit depuis 30 ans. Chanel n'a que faire d'un designer connu, c'est une maison qui s'inscrit dans la durée...
RÉPONDRE
CarolineIl y a 4 mois
C'est vrai. Je suis curieuse de voir ce que ça va donner en tout cas.
RÉPONDRE
Réré Il y a 4 mois
C’est une immense perte pour la mode ,qu’on aime ou non ce qu’l créait on ne peut que reconnaître son incommensurable talent ´c’est une triste nouvelle. Qui pourra lui succéder ? Personne n’arrivera à sa hauteur .
RÉPONDRE
violette.bIl y a 4 mois
Karl a l'âge de ma mère , l'âge d 'un autre siècle , d'un autre temps , l'âge de ceux dont le vie est allée du chaos aux 30 glorieuses , de la lune au disco , du Vietnam à la Crise , des années 80 au passage du siècle si attendu , fort de toutes ces empreintes il a su créer, inventer , se renouveler .
Je suis émue ,par le départ d 'une telle personnalité , forte , dure au travail et si cultivée ....qui m'a fait rêver , libre penseur et créatif .
Sans doute difficile mais certainement génial.
RÉPONDRE
SteldaIl y a 4 mois
C'était le Johnny de la mode ; un monstre, une bête de scène, qui souvent t'exaspère mais dont tu réalises qu'en fait, il maîtrisait le jeu à la perfection, avec un professionnalisme et une lucidité rare. Un trou noir, ton mot est très juste. Je suis triste aussi.
RÉPONDRE
fredCIl y a 4 mois
Une figure de la mode que l'on était habitué à voir et qu'il va falloir s'habituer à ne plus voir....
Une figure presque du quotidien et pourtant si lointaine...
Un talent fou et parfois agaçant...
La vie qui s'écoule et qui emporte les monuments...
KL
RÉPONDRE
stylish girl Il y a 4 mois
Fan inconditionnelle du styliste "stakhanoviste" surdoué , de l'homme a la langue bien tranchée dont l'humour et la communication n'était pas toujours compris de tous.
Difficile d'imaginer Chanel et Fendi sans sa griffe... Et pourtant il faudra tourner cette page de l'histoire de la mode. J'ose imaginer Alber Elbaz en directeur artistique pour Chanel et John Galliano pour lui succéder chez Fendi .
Mais une chose est sure l'empreinte de Karl restera indélébile dans nos mémoires et nos vestiaires.
RÉPONDRE
RéjaneIl y a 4 mois
Quel bel article Lise !
Hier, j'ai ressenti la même chose que toi, j'ai été bouleversée alors que je n'aurais jamais cru l'être. Il faut dire que si j'ai un temps peu apprécié l'homme, j'ai appris à le "connaître" via différents ouvrages qui lui ont été consacrés. J'y ai découvert un homme sensible, et visiblement seul, ce qui l'a rendu à mes yeux terriblement attachant . Il disait lui-même qu'il vivait sur une autre terre, construite avec ses propres valeurs, et je veux bien le croire... Il nous manque déjà...
RÉPONDRE
sheighIl y a 4 mois
Karl notre plus français des allemands. Un personnage en haut en couleur artistiquement et intellectuellement. Pour moi Chanel c'est lui, n'en déplaise Coco la créatrice mais il a poussé son travail bien au delà de ce qu'elle avait déjà bien établi. Car il a donné une dimension de luxe réelle et profonde à cette maison par son travail minutieux, exceptionnel et très recherché. J'imagine qu'il sera très difficile de se relever, d'avancer et de surmonter son départ non seulement pour la maison Chanel et Fendi mais pour l'univers de la mode tout simplement, ses idées fusaient partout, il n'y avait pas un seul endroit où il n'était pas. C'était à la fois sa plus grande force qui contribue aujourd'hui à faire de lui une légende et aussi son plus grand problème.
Quoi qu'il ait dit ou fait pour avoir une minute de notre constante attention ce fut toujours réussi. Et aussi étonnant Karl Lagerfeld a toujours été le plus moderne des stylistes.
RÉPONDRE
Réré Il y a 4 mois
Je suis en parfaite communion avec ce que tu as écrit
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 4 mois
C'est toute une époque qui disparaît avec lui. Inès de la Fressange avait du mal à retenir ses larmes hier soir (sur TMC dans le Quotidien, si tu veux revoir l'émission). C'est vrai ce qu'elle disait, quand il a repris Chanel, c'était une maison poussiéreuse faisant des tailleurs pour vieilles dames chic, comme beaucoup d'autres grandes maisons à l'époque. Il a entièrement revitalisé Chanel. Je ne sais pas si quelqu'un pourra facilement marcher dans ses pas, peut-être pas tout de suite en tout cas.
RÉPONDRE
SpunkyIl y a 4 mois
La Mode vient de perdre sa rock star.
Karl Lagerfeld était le dernier représentant d'une époque, sa présence et son érudition manqueront beaucoup au milieu.
Je suis contente de la nomination de Virginie Viard. Je me demande juste ce qui va se passer chez Fendi.
Karl a modernisé Chanel, c'est aujourd'hui une belle machine. Et, si je n'aime pas le pap de la marque, j'étais conquise par les accessoires, les bijoux, les sacs.
Son emprunte restera indélébile.
RÉPONDRE
GranpiIl y a 4 mois
Lorsqu'on pense à la célèbre maison de haute couture, on l'associe à son nom, et ça c'est vraiment une très grande prouesse!! Respect Monsieur et n'arrêtez pas de tailler des costards à certains, ils seront habillés pour l'éternité ;))
RÉPONDRE
Mrs TIl y a 4 mois
Merci Lise d'avoir si bien exprimé ce qu'apparemment nous sommes nombreux à avoir ressenti à l'annonce de la mort de Lagerfeld : une émotion et une tristesse qui nous cueillent par surprise, presque malgré nous, indépendamment de ce que l'on pensait ou croyait penser de ses créations (surtout les dernières années) et de ses provocations.
Je ne croyais pas que je serais si triste de sa mort : ne nous mentons pas, quand Saint Laurent est mort, j'ai pleuré comme une madeleine, sur lui, sur la tristesse d'un monde sans lui, sur les émotions que son oeuvre, car c'en est une, avaient suscitées chez moi ; c'est différent pour Lagerfeld, dont j'aimais moins le travail, mais dont je respectais immensément le panache, l'intelligence et la culture.
Au fond, tu le dis bien et ont a tous le même sentiment : on est émus de sa disparition parce qu'on n'a l'impression qu'il n'y en a plus, des personnages de cette trempe, que c'est un monde qui disparaît, parce qu'on a le sentiment qu'aujourd'hui tout est si formaté qu'il n'y a plus d'espace pour ces gens singuliers (même si Karl était d'une habileté commerciale redoutable).
Et puis comme toi, au fond, il me touchait, cet homme en acier trempé qui avait la pudeur de ne laisser qu'à peine deviner des abîmes de solitude d'enfance.
RÉPONDRE
alexandraIl y a 4 mois
Très bel hommage, Lise.
Je ne saurai mieux exprimer mes sentiments face à l'annonce de la mort de Karl Lagerfeld que vous tous en commentaires.
Avec la mort de Karl Lagerfeld, difficile de ne pas y voire tout un pan de l'histoire de la mode et d'une époque singulière, plus folle et libre, beaucoup moins commerciale (ou dépendante de celle-ci), terminée.
Et puis franchement tous les rabats-joie sur les réseaux sociaux et ailleurs qui se drapent dans leur outrage surjoué pour railler Karl suite à certains de ses propos polémiques, franchement, get a life..
RÉPONDRE
EdithIl y a 4 mois
Merci Lise pour ce bel article , ainsi qu'aux autres commentateurs......
Je suis "déboussoléee" par la mort de Karl...........que je croyais quelque
part .... immortel.....
Mais je pense qu'il l'est déjà...... Comme Coco Chanel avec qui , à part la naissance , il a beaucoup de points commmuns.....
Comme beaucoup de gens d'exception " dans le monde, et si loin de lui en même temps"........
Il a balayé sa mort d'un coup d'.éventail ............
La postérité sera son tombeau.......
RÉPONDRE
Martine2008Il y a 4 mois
C'est normal qu'il laisse un grand vide dans la vie de celles qui aiment la mode et en particulier Chanel. On avait tellement l'habitude de l'avoir dans notre salon, via la Télé, pour diverses raisons (photos,livres, déco, évènements, défilés) qu'il faisait partie de notre quotidien. Il a sauvé la maison Chanel de la désuétude et lui a fait traverser les décennies sans se démoder. Il avait le sens du détail. Chaque vêtement en est la preuve. Le style Chanel comme fil conducteur, mais la patte Lagerfeld incontestablement.
Il va me manquer aussi, mais surtout manquer à la Mode car il était le dernier grand
RÉPONDRE
Il y a 4 mois
Dans un documentaire rediffusé récemment, séquence inénarrable: une dame très âgée Raymonde Pouzieux ( décédée il y a quelques années) avait inventé dans sa jeunesse un procédé unique pour fabriquer galons et passementeries d'art uniques en leurs genres et travaillait pour Chanel depuis ....1945 tout en élevant des chevaux de concours en région parisienne.
Lors d'une séquence, elle annonce vertement au chauffeur qui vient de la part de Monsieur Karl lui apporter les "fournitures" pour fabriquer les passementeries en vue du prochain défilé haute couture, que ça attendra :
" il va pleuvoir demain donc c'est obligé je rentre les foins aujourd'hui et ça ne peut pas attendre, c'est prioritaire et bien avant la maison Chanel" ...
Il fallait voir le caractère et l'énergie de cette dame qui a travaillé jusqu'à plus de 80 ans pour Chanel et qui, avant chaque collection dormait en moyenne 2 heures par nuit pour fabriquer ses sublimes galons.... tout en s'occupant de son élevage de chevaux. KL avait une grande admiration pour son travail.
RÉPONDRE
CarolineIl y a 4 mois
Oui! J'adore ce documentaire et spécialement ce passage qui est incroyable - hors du temps.
RÉPONDRE
rorococoeugvicIl y a 4 mois
Pas mieux ... voilà les bons mots ... le dernier au milieu du mercato surréaliste des dits couturiers et autres stylistes ou directeurs artistiques !
RÉPONDRE
AnnaIl y a 4 mois
Tout est dit, y compris dans ces commentaires dont je partage globalement le point de vue. Je n'ai rien a ajouter et pourtant besoin de l'écrire sans doute comme lorsque l'on signe un livre de condoléances ...
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode