CaféDerek FridayToronto

Week diary #68

Au menu de ces derniers jours : premier thé en terrasse, lingerie nouvelle génération, envie canine, technique artisanale, fin de l'année scolaire, effort jouissif et espoir hormonal...
Café

Mercredi 8 mai


9h30 : Fourmillant d'énergie après ma séance de barre au sol matinale, je rejoins le Field Trip Cafe où m'a donné rendez-vous Laure (mon amie créatrice de lingerie). Véritable oasis éco/responsable/branchée au milieu d'un quartier n'en étant qu'au début de sa phase de gentrification, cet endroit lumineux où l'on sert un espresso reconnu pour être l'un des plus savoureux du coin ne manque pas de charme (je regrette simplement de n'y trouver aucun fruit pour accompagner mon thé vert, ce qui aurait pourtant fait sens au sein d'un établissement féru de produits healthy/yummy). Devant l'absence de place libre à l'intérieur, je migre vers la terrasse qui, baignée de soleil, me ferait presque oublier les 9 degrés Celsius de ce matin de mai. Les mains lovées autour de ma tasse brûlante, je vois arriver au loin une cycliste souriante. Française, diplômée de la Saint Martins School, ex-directrice artistique dans la pub, cette frêle jeune femme à la beauté solaire et à la peau de porcelaine n'a de cesse de m'impressionner. Seule à la tête de sa marque de lingerie (Lorette) défiant les stéréotypes régentant un milieu gouverné par l'esprit Victoria's Secret, elle relève les défis avec une abnégation et une humilité qui force le respect. Ajoutez à cela une douceur folle et vous comprendrez ma joie de la retrouver pour échanger sur nos existences respectives…
11h40 : Le poil ras et la démarche pataude, le bébé Shar Pei qui s'avance devant moi - sous le regard énamouré de sa maîtresse au look minimaliste nonchalamment pointu - m'attendrit plus que de raison. Je ne sais pas si c'est le fait de m'être récemment arrêtée une bonne cinquantaine de fois dans la rue pour que Charles puisse lancer un "have a good day !" aux chiens que l'on croise ou si le lavage de cerveau effectué par mon fils pour que l'on adopte un individu de race canine finit par fonctionner, mais une chose est sûre : je suis de plus en plus touchée par ces animaux qui rimaient jusqu'ici pour moi avec contraintes inutiles et cataclysmes de poils. Notre prochain lieu de vie pourrait bien ainsi comporter un jardin…

Lundi 14 mai


5h (11h heure française) : Je m'éveille avec en mémoire le rêve que je viens tout juste de quitter : je suis assise dans une clairière avec un bloc de glaise entre les mains, sans réussir à en faire quoi que ce soit. Un arbre se penche alors vers moi (oui oui…) et me souffle à l'oreille : "Il faut que tu prennes le temps d'apprendre". Pour moi qui ai par le passé modelé la terre en total autodidacte et qui cherche actuellement à me rapprocher de la matière, ce songe fait sens : il faut que j'apprenne une technique liée à la terre. J'appelle alors mon père kinésithérapeute à la retraite reconverti en potier et lui demande s'il accepterait de me transmettre un peu de son savoir. Le rendez-vous est pris : cet été, lors de notre séjour en Lozère, j'aurais tous les matins les mains dans l'argile...
9h : Je reçois un email de l'école de Charles avec le calendrier du mois de juin répertoriant les événements à venir. Mais pourquoi celui-ci s'arrête-t-il au 13 juin ? Oh mon Dieu… l'année scolaire se termine le 13 juin ! Mais le "summer camp" de Charles ne commence que le 2 juillet…
Derek Friday

Mardi 15 mai


12h25 : Assise devant un nan appétissant, j'écoute pétrifiée une amie me décrire les mécanismes complexes et toxiques de l'entreprise dans laquelle elle évolue. Cette dernière a beau être entièrement tournée vers le bien-être cosmétique de la femme, elle n'en broie pas moins celles qui évoluent en son sein, entre pression incroyable et sensation d'être constamment sur un siège éjectable, et ce quel que soit son degré d'ancienneté. Pour moi qui en ai souvent assez de travailler seule devant mon ordinateur, cette conversation me rappelle à quel point je suis privilégiée.
14h : Je reçois un message de Julien m'indiquant qu'il est dans le quartier où je me trouve et que l'on peut se retrouver sur la route. Quelques minutes plus tard, j'aperçois son mètre quatre-vingt-douze qui se profile au loin. Vingt-deux ans après notre premier baiser, j'éprouve toujours la même sensation à son approche : zygomatiques qui frétillent et folle envie de courir vers lui...

Mercredi 16 mai


6h30 : En dépit de l'horaire matinal, le studio est plein. Il faut dire que les femmes du quartier de Yorkville sont prêtes à tous les sacrifices pour assister au cours de Derek Friday, une immense liane à l'humour pince-sans-rire et à l'enseignement exigeant. Cet homme au physique de danseur étoile est en effet capable de nous faire effectuer les exercices les plus douloureux tout en nous faisant garder le sourire avec ses saillies piquantes à l'ironie pétillante…
Toronto

Jeudi 17 mai


15h : 26 dollars (canadiens)… 26 dollars ! Composé de pousses d'épinards, de roquettes, de pommes, de kiwis, d'aubergines, de poires, de basilics, de curcuma frais, de mûres et de bananes, mon panier (bio) m'aurait facilement coûté le double chez Whole Food. Quelle satisfaction de réussir à faire ses courses alimentaires sans payer le prix d'un marketing surfant sur notre besoin de nous nourrir sainement ! Chez ce petit vendeur de fruits et légumes, aucune mise en rayon sexy, aucun packaging à la calligraphie aguicheuse, aucun emballage irrationnel, juste des produits frais et des jeunes femmes qui à la caisse positionnent spontanément et astucieusement mes achats pour ne pas que ceux-ci s'abîment…
Sur le chemin du retour (qui nous prendra une bonne trentaine de minutes), nous savourons avec Julien notre nouveau mode de fonctionnement consistant à effectuer toutes nos courses à pied. Pour nous, ne plus avoir à grimper dans notre voiture pour aller d'un parking souterrain à un autre est tout simplement jouissif. Cela nous oblige par ailleurs à acheter différemment et à nous passer du superflu (au vu de l'espace limité de nos sacs à dos). Du coup, nous planifions systématiquement nos repas, nous mangeons mieux et éprouvons une réelle satisfaction à fournir une dépense énergétique pour aller chercher notre nourriture. Je n'en peux plus de cette culture du tout confort qui finit par nous priver de la joie savoureuse consécutive à l'effort...
19h : Du haut de notre 56e étage, nous voyons arriver au loin des rideaux de pluie bleutée. Ce spectacle silencieux et grandiose nous incite à savourer la chance que nous avons de vivre si près des nuages. Cela ne sera pas toujours le cas et nous en prenons de plus en plus conscience…

Vendredi 18 mai


11h : Je viens de recevoir les résultats du bilan hormonal réalisé il y a quelques semaines dans l'espoir de trouver un moyen de soigner ma fatigue chronique et ma bipolarité. Ceux-ci se révèlent sans équivoque : j'ai un faible taux de cortisol et mon taux d'oestrogènes correspond à celui d'une femme ménopausée. Or, il se trouve qu'il y a un lien direct entre carence en oestrogènes et troubles de l'humeur. Serais-je en train d'entrevoir le bout du tunnel ? À suivre...
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 20 mai 2019
Vous aimerez également
Week diary #69
Il y a 9 jours - 35
EN SAVOIR PLUS
Week diary #67
Il y a 1 an - 31
EN SAVOIR PLUS
Week diary #66
Il y a 2 ans - 63
EN SAVOIR PLUS
33 commentaires
Tous les commentaires
SamanthaMIl y a 27 jours
« Je n'en peux plus de cette culture du tout confort qui finit par nous priver de la joie savoureuse consécutive à l'effort... » Ah en voilà une chouette phrase! Je suis totalement d’accord et je ressens la même chose. Nous devenons des robots paresseux et ça je ne le supporte pas! Il y a tellement de choses que l’on peut faire par soi même et c’est souvent plus satisfaisant, moins couteux et limite thérapeutique parfois. Bref. Je te souhaite de vraiment d’etre proche de la solution qui soulagera. Je suis un vrai bazar hormonal, j’ai toujours lutté avec ça et encore aujourd’hui j’en souffre. En France les médecins sont moins compétants et moins compréhensifs vis à vis de ça malheureusement je trouve.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
" Nous devenons des robots paresseux "
Tu sais je pense souvent au film Wall-E et à ses humains totalement dépendants vivant dans un confort faussement idéal... Je me dis qu'on en est pas loin par certains côtés :/
https://mrmondialisation.org/wp-content/uploads/20...
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 26 jours
Lol oui j’ai souvent cette image en tête aussi!je dis très souvent qu’on file droit vers ça...mais j’espere que non!
RÉPONDRE
CaIl y a 27 jours
Toujours aussi chouette de te lire 😊
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Merci Ca :)
RÉPONDRE
anneIl y a 27 jours
très très beau week diary...Merci pour ces partages d'instants de vie, sans show off, sans recherche de "prouver quelque chose" mais riches de réflexion, de temps donnés aux choses et aux évènements. Beaucoup de subtilités dans le partage de l'intimité. Rare...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Merci Anna :)
Tes mots me touchent beaucoup.
RÉPONDRE
elsaIl y a 27 jours
merci pour l'article!!il a beaucoup de sens pour moi! ce que tu écris concernant la nourriture et les transports est important pour nous. On a toujours tt fait tt à vélo et pas électrique et avec 2 enfants, on passe notre dimanche à faire la cuisine pour la semaine, faire le ménage et pourtant gros rythme de travail pour tt les 2..on souhaite montrer à nos enfants que le quotidien est aussi une question d'effort...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
"On a toujours tt fait tt à vélo et pas électrique et avec 2 enfants"
Admiration totale !
RÉPONDRE
krystelleIl y a 27 jours
je n'ai pas le permis et 33 ans, je vais devoir le passer mais j'ai toujours déteste être dépendante d'une voiture(qui coûte cher).J'ai une maladie digestive a cause de ma flore intestinale abîmée, elle même responsable de la bipolarité et j'ai aussi une fatigue chronique, toutes les maladies sont liés, je te conseille d’éviter les contraceptions hormonales, je suis actuellement un traitement sur 2 ans pour faire baisser ma dysbiose(j'ai effectué des test urinaire indoxyl sulfate pour savoir dans quel état elle était).Elle peut être transmis de la mère à l'enfant via l'accouchement et l'allaitement et donc elle est du aux pesticides(le procès Bayer). J'ai eu une errance médicale de 20 ans, les médecins ici sont formatés par les lobbies le stress a bon dos. M on traitements j'ai fait des recherches via internet car leurs médicaments, probiotiques sont inefficaces sur des sujets déjà malades en plus d'aggraver les maladies. Je fais aussi le yoyo avec mon poids depuis mon adolescence suite a cette merde, le sport je suis essoufflée au bout de quelques minutes.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
"J'ai eu une errance médicale de 20 ans"
C'est terrible ... Je suis atterrée par le fait que bon nombre de médecins refusent de sortir de leur zone de confort pour trouver les causes des maux de leur patient.
On est souvent très seul face à des problèmes réellement handicapants :/
Courage :)
RÉPONDRE
krystelleIl y a 19 jours
je commence un traitement à base de glutamine, j'ai commencé avec des problèmes hormonaux depuis ma naissance qui s'est transformé durant la puberté .
RÉPONDRE
JulietteIl y a 27 jours
Bonsoir Lise,
Que de fraicheur, candeur et d'authenticité dans ce weekdiary. J'éprouve beaucoup de tendresse à l'égard de votre histoire d'amour avec Julien, j'espère vivre et ressentir la même chose après tant d'années moi aussi...
Vive le marché à pied ou à vélo, prochaine étape le potager dans votre jardin avec chien, manger ce qu'on a fait pousser est encore plus gratifiant !
On ne peut te souhaiter qu'une aussi belle et sereine semaine pour la prochaine qui commence :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Merci Juliette !
RÉPONDRE
MurielIl y a 26 jours
Oh c’est bien de se poser des questions sur son mode de vie...
C’est qu'on est sur le bon chemin...
Profite de ce partage d’expérience avec ton père, c’est important ...
Mon père est en fin de vie et ce qui reste en mémoire ce sont’ ces moments partagés, ces moments de transmission ...
il nous a transmis son attachement à la terre, certains endroits où certaines périodes de l’année comme le ramassage des mirabelles me ramènent vers mon père
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Les moments partagés avec mon père font partie de mes trésors. Et j'ai effectivement beaucoup de chance d'en avoir d'autres à vivre dans le futur :)

J'espère que tu trouveras souvent des mirabelliers sur ton chemin.
RÉPONDRE
GranpiIl y a 26 jours
Très belle histoire d'amour que la vôtre, chère Lise et Julien, j'adore <3 <3<3 (les voici les fameux cœurs dont j'ai appris l'existence grâce aux lectrices de TDM)!!!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Merci Granpi ! J'ai une chance incroyable de vivre avec cet homme que j'aime tant.
RÉPONDRE
CarolineIl y a 26 jours
"Assise devant un nan appétissant, j'écoute pétrifiée une amie me décrire les mécanismes complexes et toxiques de l'entreprise dans laquelle elle évolue. Cette dernière a beau être entièrement tournée vers le bien-être cosmétique de la femme, elle n'en broie pas moins celles qui évoluent en son sein, entre pression incroyable et sensation d'être constamment sur un siège éjectable, et ce quel que soit son degré d'ancienneté. "

Eh oui. Le monde de l'entreprise est profondément toxique... Et travailler pour une "bonne" cause n'est pas forcément synonyme de bien-être au travail...

Sinon, j'adore ce weekly diary, les sous-vêtements créés par ton amie sont très beaux, Derek Friday est très beau aussi. J'adore ce que tu dis sur Julien. Et surtout, j'espère que la fatigue passera avec le bon traitement.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
Ah Derek Friday ... Un personnage de roman ce garçon !

Merci Caroline :)
RÉPONDRE
UnisaIl y a 26 jours
Hi Lise, please do follow up on the results of your blood test-have myself booked in with a specialist after years of suffering debilitating -and worsening- « hormonal sensitivity ». Am nervous about HRT (in my very early 40s) but willing to give it a go. I too am so hopeful! Hope you will share your experience of this whatever you choose, very best of luck with it in any case x
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 26 jours
I will, I promise :)
RÉPONDRE
Aubépine Il y a 25 jours
Je suis heureuse d’apprendre que ton bilan hormonal ouvre de nouvelles pistes. Et trouve dommage qu’il faille tant tâtonner pour avoir un médecin qui écoute la parole du patient et émette d’autres hypothèses quitte à remettre en question un diagnostic établi.
+ cette vue sur le ciel!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 25 jours
Parfois j'ai l'impression qu'on est à l'âge de pierre dans le domaine des troubles de l'humeur...
RÉPONDRE
FauconIl y a 22 jours
Plus le temps entre un problème et un diagnostic se chiffre en années, plus ça peut signifier que le diagnostic est exceptionnel, rare, complexe et n'explique probablement pas tout le problème.
Il existe des troubles de l'humeur sans troubles hormonaux. Des troubles hormonaux sans troubles de l'humeur. Des troubles de l'humeur liés à des "soupes" d'hormones et de neurotransmetteurs qu'on est incapables d'authentifier ou de traiter. Des troubles hormonaux qui n'en sont pas parce que toutes les hormones ont un taux fluctuant qu'un dosage isolé ne reflète pas.
Des troubles hormonaux qu'on ne peut soigner car ils ne correspondent pas à une maladie (une maladie d'Addison, une ménopause, une tumeur hypophysaire).
C'est facile de pointer du doigt les médecins : parfois on ne sait pas, parfois parce que c'est compliqué, parfois parce qu'il n'y a aucune preuve de causalité, parfois parce que même si on fait des conjectures, on ne pourra mettre aucun traitement. Parce que ce serait jouer au petit chimiste dans des boucles hormonales et de neurotransmetteurs qu'on ne maîtrise pas.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 22 jours
Tu as sûrement raison. Mais c'est tellement frustrant.
RÉPONDRE
EmaIl y a 25 jours
J’adore ma boite. Pas idéale mais aucune pression stupide, l’envie générale de bien faire. Je ne suis pas dans un domaine apparemment sexy mais c’est d’autant mieux. Il a du sens en tout cas.
RÉPONDRE
EmaIl y a 25 jours
Ah et avoir un chien c’est fantastique ! Je conseille de tester avant. C’est-à-dire de proposer de garder le chien d’amis ou d’inconnus plusieurs jours, une semaine, pour voir si le chien est encore vécu comme une contrainte. Si c’est le cas il faut abandonner l’idée
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 25 jours
C'est effectivement une très bonne idée !
RÉPONDRE
BalibulleIl y a 24 jours
On peut vous envoyer Tartine en colissimo !
Blague à part, plus d'avion pour elle, la majorité des compagnies aériennes n'accueillent plus les molosses qu'en cabine pour éviter les accidents respiratoires en soute et elle est trop dodue pour la cabine... donc évitez les molosses si vous voulez continuer à vous envoler :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 22 jours
Etant donné que Charles est plus versé berger allemand que spitz nain, je crois que l'on va s'en tenir au poisson rouge ;)
RÉPONDRE
krystelleIl y a 19 jours
Team chat, le mien ce gros trouillard rentre dans son sac à dos, il est mince, c'est un Mau égyptien, il a pris le covoiturage, le métro, le bus, le train, l'avion(France-USA)
RÉPONDRE
HeLNIl y a 16 jours
Team chat et husky chez moi. J'étais totalement et fermement contre l'idée d'avoir un chien, mais les concessions sont la clé de la longévité du couple :) nous avons donc un husky, qui est devenu mon coach préféré de running et randonnée. Je l'adore (comme quoi...!) malgré ses crottes, ses poils (le husky mue...), et ses attaques de proies diverses et variées (lapin, chaton, sanglier, canard, selon ce qui se présente...!)
Merci Lise pour ce billet plein d'intelligence et invitant joliment à la réflexion.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode