Toronto IslandsIf you happen to have a dinosaur

Week diary #69

1335
Au menu de ces derniers jours : incursion en maternelle, traversée des eaux, insomnie créative, questionnement spirituel, déluge ludique, découverte artistique et influence insoupçonnée…
Toronto Islands

Jeudi


J'avance dans le couloir désert menant à la classe de Charles. Une de ses maîtresses m'attend à la porte de celle-ci et me fait signe de ne pas faire de bruit. Je suis ici en tant que "Mystery Reader", à savoir un parent missionné en secret pour venir raconter à la classe le livre préféré de sa progéniture. Je pénètre silencieusement dans la pièce, les enfants ont la tête cachée dans leurs mains. Je commence à lire : "If you happen to have a dinosaur...".  "Maman !". Au son de ma voix, Charles a relevé brusquement la tête, le visage radieux : c'est enfin à son tour de voir sa maman jouer les conteurs d'un jour.
30 minutes plus tard, je repars riche des échanges avec ces petites têtes blondes, brunes et rousses de presque 6 ans, fière d'avoir réussi à me faire comprendre en dépit de mon (terrible) accent français…

Dimanche


10h - Une éclaircie dans le ciel nuageux de ce matin de mai nous donne envie d'aller pique-niquer sur Toronto Islands. Nous avons tellement besoin de prendre l'air après cet interminable hiver que nous occultons les rafales de vent à 34 km/h qui ne manqueront pas de nous glacer sur le ferry et la possibilité que l'île soit partiellement inondée suite aux pluies diluviennes ayant récemment touché la région.
11h30 - Nous accostons. Les rangées de sacs de sable protégeant les berges ne sont pas parvenues à endiguer l'eau, si bien que les pelouses d'ordinaire verdoyantes ont des allures de marécages. Qu'à cela ne tienne, le chemin nous menant au loueur de voitures à pédales est sec. Une fois perchés sur notre destrier touristique, nous suivons une route goudronnée qui s'avère régulièrement noyée sous des flaques immenses de plusieurs dizaines de mètres de longueur. La profondeur de ces dernières étant variable, nous nous causons quelques joyeuses frayeurs... pour le plus grand plaisir de Charles. Entre nos pieds trempés, les exclamations faussement horrifiées de notre petit passager et les échanges de regards amusés avec les autres promeneurs téméraires, nos fous rires se font chroniques. Rien de tel qu'un peu d'imprévu pour transformer une balade banale en moment mémorable !

Mardi


2h - Dans la semi-pénombre du salon, une tasse d'infusion à l'hibiscus entre les mains, j'essaie d'endiguer l'angoisse rampante allant de pair avec l'insomnie. Je n'ai pas envie de travailler, ni de répondre à mes emails : le temps distendu de la nuit ne se prête pas aux tâches studieuses. Je laisse mon esprit voguer, tandis que mes yeux suivent les minuscules phares des voitures évoluant sur la chaussée en contrebas. Soudain, mon regard heurte la miniature cabossée évoquant la maison de mon enfance qui siège devant la fenêtre. Réalisée en argile puis partiellement détruite, cette dernière a servi de catharsis à la tristesse que sa perte génère encore en moi. Alors que j'observe cette silhouette fantomatique, le besoin de créer me saisit violemment. Cela se passe toujours ainsi : je ne ressens aucune vibration créatrice pendant des semaines, puis tout à coup une envie irrépressible de dénicher une idée/un projet surgit en moi. Pourquoi pas un gratte-ciel à demi dévoré par une bulle immense ? À suivre…

Vendredi


21h - Le curry de poisson terminé, le dos relâché dans nos chaises au dossier en cuir incurvé (notre meilleur achat de ces dix dernières années), une canette de cidre frais à portée de main, nous écoutons une amie nous parler de son rapport à la spiritualité. Mi-ange de douceur, mi-sorcière moderne, cette jeune femme est la première personne qui pourrait me faire revoir ma vision de la religion, tant je la sens vraie et absolument pas en quête de sensationnel. Moi qui ai toujours rejeté le concept de la réincarnation et qui n'ai jamais voulu remettre en cause la nature du paradis évoqué dans la Bible, j'en viens à me poser mille questions. Des questions qui me donnent parfois l'impression de trahir la foi profonde que j'ai en Dieu. Et en même temps, cette notion d'âme s'incarnant perpétuellement fait sens…
If you happen to have a dinosaur

Dimanche


17h - L'orage menace. Si l'on en croit la météo, il devrait être sur nous dans 45 minutes. Autrement dit, nous avons tout juste le temps d'aller faire de rapides courses alimentaires. 25 minutes plus tard (Charles a marché moins vite que prévu), je suis en train d'examiner la composition d'une confiture à l'abricot lorsqu'un coup de tonnerre magistral nous fait sursauter. L'orage est en avance. Nous filons à la caisse. Une fois dans la rue, les premières gouttes commencent à s'écraser sur le trottoir. Le vent se lève, la nuit tombe précocement… Julien avise une bouche de métro et nous lance : "Vite, on rentre !". J'échange alors un regard avec Charles : braver les éléments nous tenterait bien... Déjà à moitié trempé, Julien n'insiste pas : "Ok, on se retrouve à l'appart !" et il disparaît.
Commence alors une remontée épique vers Bloor Street. Les caniveaux se muent en torrents, les éclairs cisaillent le ciel, le vent plaque la pluie sur nos visages et je n'ai jamais vu Charles aussi lumineux. Les gens affolés courent et s'abritent là où ils peuvent. De notre côté, nous savourons chaque seconde de ce film d'aventure au sein duquel nous nous sommes propulsés. Totalement trempés, nous sourions et sautons au-dessus de l'eau en nous imaginant moult scénarios : "Maman, on est des militaires américains traversant la forêt tropicale !". Charles, qui ne supporte d'ordinaire pas que son tee-shirt soit mouillé ne serait-ce que d'une goutte d'eau et qui rechigne dès que l'on marche un peu trop longtemps m'étonne au delà des mots. Je ne reconnais pas ce petit aventurier que rien n'arrête. Nous apercevons notre immeuble : plus quelques mètres et nous aurons réussi. Et Charles de me lancer, les yeux brillants d'excitation : "Papa ne va jamais croire que l'on a survécu !".

Lundi


15h - Entre deux rendez-vous en ville, je passe par Ie rayon "livres d'art" du magasin Indigo. Disposée sur une longue table, une large sélection de "coffee table books" dédiés à la photographie, à l'architecte et à la peinture invite à la flânerie culturelle. Soudain, le tracé de 4 arbres illustrant une double page d'un ouvrage ouvert en son milieu m'interpelle. Le trait m'est familier, mais je ne l'ai jamais vu utilisé en dehors des courbes accidentées des corps dessinés par Egon Schiele. Je me saisis du livre et découvre avec fascination tout un volet de l'oeuvre de Schiele (car il s'agit bien de lui). Appliqué à l'univers du paysage, son langage pictural gagne en subtilité. L'arbre se fait aussi mélancolique et torturé que le corps, mais sans la dimension scandaleuse de ce dernier…

Mardi


8h - Pour la première fois depuis octobre dernier, la météo me permet de déposer Charles sur la pelouse de son école. Sur le gazon s'ébattent des dizaines d'enfants sous l'oeil mi-amusé, mi-attentif des maîtresses sirotant leur latte de chez Starbucks. Celle de Charles s'avance alors vers moi souriante en me montrant ostensiblement son jean flare 7/8. Je souris, légèrement surprise. "Look, I bought the pants I saw on your website !" . Et moi de lui répondre : "Oh, it fits you perfectly !". Ainsi donc l'institutrice de Charles lirait Tendances de mode ?
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 07 juin 2019
Vous aimerez également
Week diary #68
Il y a 27 jours - 33
EN SAVOIR PLUS
Week diary #67
Il y a 1 an - 31
EN SAVOIR PLUS
Week diary #66
Il y a 2 ans - 63
EN SAVOIR PLUS
35 commentaires
Tous les commentaires
CesomuIl y a 9 jours
"Papa ne va jamais croire que l on a survecu"
Ca vaut de l'or cette capacité a se faire du film( si je peux dire)
Avec mon père je partais en montagne, j avais une impression d aventure pour des riens(marmotte qui siffle, terrain pentu ou autre...)a chaque fois.
A la fois la simplicité et la complexité de la construction de l 'enfant

Sans connaitre ta petite famille, ca m ' a l air bien joli tout ca!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
J'ai également un souvenir très fort des moments "anodins" passés avec mon papa qui dans mes yeux d'enfant se transformaient en aventure ;)
Et c'est merveilleux de pouvoir revivre cela avec Charles !
RÉPONDRE
CessIl y a 9 jours
"Papa ne va jamais croire que l'on a survécu" ! J'adore ! C'est trop mignon !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
Ce qui était drôle, c'est qu'il était sérieux à 100 % ;)
RÉPONDRE
elsaIl y a 9 jours
Quel plaisir de faire face aux éléments et de "survivre" ! Et quand l'aventure s’immisce dans le quotidien, cela crée de magnifiques souvenirs d'enfance, indélébiles... Merci Lise pour ces tranches de vie si vraies et tellement bien racontées qu'on en est tout retourné !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
"Quel plaisir de faire face aux éléments et de "survivre" !" : cela procure en effet une incroyable sensation de bonheur :)
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 9 jours
Je raffole de tes comptes-rendus de ta vie torontoise. La nostalgie du Canada est toujours très forte chez nous, après presque trois ans en France. C'est sûr, on y retournera. Malgré les hivers interminables. Profite-bien du court printemps avant l'été !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
Ah ce fameux printemps éclair ! Je ne m'y suis toujours pas habituée ;) Mais c'est vrai que dans quelques jours les cléments 23 degrés vont laisser la place à des températures beaucoup plus estivales !

Cela va faire trois ans que nous sommes ici et nous pensons à repartir... Sommes-nous jamais satisfaits de ce que nous avons ?
RÉPONDRE
Il y a 7 jours
mais OUI partir...découvrir d'autres contrées, des émotions neuves, d'autres ciels, la nécessité de s'adapter, aimer d'autres cultures, savoir être heureux où qu'on soit, un éternel recommencement : le contraire de l'insatisfaction !
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 9 jours
Ça me détend toujours de te lire c’est toujours aussi agréable. Ah bah tiens braver la tempête et la pluie c’est exactement ce que j’ai fais aujourd’hui! Il y a eu une petite tempête en Bretagne et munie de mon ciré j’etais parée à tout traverser lol. C’est sûrement dû au fait que j’ai quitté Paris depuis presque un an maintenant et que je commence à tout prendre du côté zen comme les gens d’ici maintenant.
Partager ça avec son enfant doit être encore plus drôle ! Se laisser entraîner par l’imagination des petits ça doit faire du bien et nous sortir un peu de nos soucis d’adultes j’imagine.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
C'est vrai qu'avec un enfant parfois tu déconnectes complètement et cela fait un bien fou !

Profites bien de ta Bretagne, je t'envie de vivre près de l'océan :)
RÉPONDRE
nuiIl y a 9 jours
Oh mais les 4 arbres de Schiele ! J'adorais cette œuvre-là quand j'étais adolescente, je l'avais oublié. Ça collait bien avec mon état d'esprit de l'époque (deuil de l'enfance, je suppose, avec le recul). Merci pour cette réminiscence inattendue :)
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
J'aime l'idée que certaines oeuvres d'art accompagnent des moments forts de notre vie ...
RÉPONDRE
CapucineIl y a 9 jours
C'est un délice de lire ces petites bribes de vie torontoise ! L'anecdocte "Mystery Reader" est très touchante, c'est une très jolie idée. Et j'aurais moi aussi adoré courir sous la pluie comme dans un film d'action ou d'aventure !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
"Mystery Reader" : l'idée est effectivement assez géniale ! Les enfants ont adoré, les parents ont joué le jeu...
RÉPONDRE
GaranceIl y a 8 jours
J'adore lire ces tranches de vie... d'autant que le Canada est un pays qui me fait rêver. J'y suis allée il y a dix-sept ans, et j'avais adoré les Rocheuses, Vancouver...
J'aime aussi beaucoup tes descriptions de Charles, tout plein des émotions extrêmes de l'enfance. Quant à l'anecdote finale... elle m'a fait rire, oui, c'est sûr la maîtresse lit TDM ! Et je confirme, tu as quelques enseignantes parmi tes lectrices fidèles !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
Vancouver... tellement plus beau et inspirant que Toronto ;)

Vive les enseignantes : l'un des métiers les plus beaux et les plus importants à mes yeux :)
RÉPONDRE
HeLNIl y a 8 jours
Lise, j'aime tellement te lire ! Merci ♥️
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
Merci HeLN :)
RÉPONDRE
CibouIl y a 8 jours
Quel plaisir de lire vos chroniques !
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
Quel plaisir de lire que celles-ci vous touchent :)
RÉPONDRE
SouadIl y a 8 jours
Merci Lise pour ces tranches de vie que l'on savoure comme autant de petites touches suaves. L'incursion de l'aventure dans le quotidien est magnifique !
Très bon wek-end à vous trois ! Bises.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 8 jours
Merci Souad, à toi aussi !
RÉPONDRE
FrancoiseIl y a 7 jours
>>Moi qui ai toujours rejeté le concept de la réincarnation et qui n'ai jamais voulu remettre en cause la nature du paradis évoqué dans la Bible, j'en viens à me poser mille questions. Des questions qui me donnent parfois l'impression de trahir la foi profonde que j'ai en Dieu. Et en même temps, cette notion d'âme s'incarnant perpétuellement fait sens

Je crois aussi en la reincarnation comme permettant le progres spirituel. J'ai foi en une Conscience universelle, qui se fait connaitre comme la petite voix interieure. Deepak Chopra dit, "You are the universe". Je t'aime tres fort (bien que nous ne nous soyons pas encore rencontrees) et a bientot!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 jours
Je t'embrasse fort :)
RÉPONDRE
Il y a 7 jours
Merci Lise! Ces chroniques sont un régal <3
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 jours
Merci Dô !
RÉPONDRE
GranpiIl y a 5 jours
Les mots d'enfant c'est un vrai bonheur!!
Actuellement la blague préférée de mes deux derniers (8 et 10 ans) qu'ils me répètent en boucle: quel animal peut prédire l'avenir? Réponse: la poule de cristal ;-D
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 5 jours
Pas mal la "poule de cristal" ! Il faut dire que niveau gymnastique linguistique, ils ont été à bonne école avec une maman comme toi ;)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 5 jours
Rhoooo mais non voyons ;))
RÉPONDRE
Il y a 5 jours
Mais si mais si mais si, chère Granpi !!
RÉPONDRE
GranpiIl y a 5 jours
Le futur petit Dô va sûrement prendre la même tangente que mes fils je pense 😍😍😍
RÉPONDRE
Il y a 4 jours
Ah ah :):) malentendu ? Il n'y a pas de futur petit DÔ en préparation, Granpi ! Nos enfants sont de jeunes adultes et j'ai ( malheureusement) passé l'âge de procréer ...
;-)
RÉPONDRE
GranpiIl y a 4 jours
Oup'sss bah voilà Granpi la gaffeuse a remis ça! J'ai cru lire ce scoop sous ta plume Dô, lorsque Lise avait écrit un article sur le look des femmes enceintes mais j'ai confondu rhooooo ^-^, tyoutes mes confuses chère Dô ;))
RÉPONDRE
Il y a 4 jours
Mais il n'y a pas de mal chère Granpi ! je crois que dans l'article auquel tu fais allusion, j'avais simplement félicité les futures mamans, si mes souvenirs sont bons...
;-)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode