Campagne Gucci printemps/été 2018Campagne Gucci printemps/été 2018Campagne Gucci printemps/été 2018

Campagne Gucci P/E 2018 ou la fantaisie anachronique

2814
À l'heure où Demna Gvasalia propose chez Balenciaga une campagne publicitaire aux allures de portrait de famille de série B aussi inspirant que l'arrière-boutique d'un vendeur d'aspirateurs, Alessandro Michele nous livre quant à lui une campagne onirique où les pigments remplacent les pixels si chers à notre époque…
Campagne Gucci printemps/été 2018
À en croire la monotonie des campagnes publicitaires fleurissant chaque saison au sein des pages des magazines, il semble que créer des visuels forts, cohérents et originaux permettant à l'objet de ladite campagne - ici des vêtements et accessoires - de s'inscrire dans un univers dépassant son aspect intrinsèquement mercantile soit une tâche particulièrement ardue.

C'est pourtant ce qu'est parvenu à réaliser cette saison Alessandro Michele en donnant carte blanche à l'illustrateur espagnol Ignasi Monreal. En prenant le contrepied de la galaxie "tout photo/vidéo" qu'est devenue notre réalité perfusée aux vitamines Instagram/Snapchat, la poule aux oeufs d'or de Kering continue en effet d'enrichir l'histoire qu'il tisse depuis ses débuts chez Gucci et nous prouve que filer sa mythologie personnelle telle une métaphore sans fin peut porter de bien jolis fruits.

Il est vrai que sous le trait fédérateur de celui qui enchaîne dernièrement les collaborations avec la griffe italienne naissent des scènes aux références kaléidoscopiques qui ne peuvent que faire pétiller les neurones de celles et ceux qui s'attardent à les contempler.
Campagne Gucci printemps/été 2018
Difficile ainsi de résister à l'incohérence joyeuse générée par ces multiples détails totalement anachroniques venant bousculer références artistiques et historiques. On pense notamment aux trois Grâces de Botticelli se voyant apposer un dress code néo-street, aux amies sirènes de Peter Pan, alanguies, observant sur leur smartphone la progression de leur nombre de followers ou encore aux Époux Arnolfini de Jan Van Eyck se retrouvant transposés dans un décor inspiré de l'oeuvre de Jérôme Bosch.

Sans oublier Ophélie se mourant en sequins disco, la mise en abîme de Blanche Neige via un sweat cartoon, les angelots s'échappant du plafond de la Chapelle Sixtine afin de délivrer un Post-it urgent, la version XVe siècle du selfie ou encore l'élégante décomptant sur le velours du canapé de son hôte les heures passées à écouter les récits soporifiques des pique-assiettes gravitant autour d'elle...
Campagne Gucci printemps/été 2018
Gourmands à souhait et suggérant mille et une historiettes, ces tableaux repositionnent par ailleurs le vêtement à sa juste place, à savoir celle d'inspirant compagnon d'aventure et non de produit must have conditionnant le statut de celle le portant.

Au final, devant cet opus publicitaire exaltant l'esthétique maniaco-créative d'Alessandro Michele, on ne peut que se réjouir du refus de celui-ci de se conformer au rythme des tendances, le créateur préférant élaborer au long cours un récit aussi minutieux qu'indépendant. Les cadavres exquis de cet enfant surdoué font décidément beaucoup de bien à la mode…

Voir tous les visuels de la campagne : http://www.dazeddigital.com/gucci-ss18-campaign
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 03 janvier 2018 dans Collections & Campagnes
Vous aimerez également
Gucci ou l'ode au freestyle vestimentaire
Il y a 29 jours - 19
EN SAVOIR PLUS
Défilé Gucci - Printemps/été 2018
Il y a 3 mois - 25
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
14 commentaires
Tous les commentaires
SamanthaMIl y a 12 jours
Je trouve ça super cool! J’aime la mode et l’histoire de l’Art donc là je suis servie! Et je trouve ça très amusant.
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 12 jours
Je me doutais que tu aimerais ;)
RÉPONDRE
violette.bIl y a 12 jours
J'adore ce choix esthétique , les vêtements moins mais peu importe ce n'est pas le sujet, Ophélie détournée est mon préféré.
C'est créatif , audacieux , cultivé , cela met en valeur un artiste au langage diffèrent des codes de la photo auxquels nous sommes habitués , superbe .

Ce choix de qualité respecte la clientèle ou les fans en leur reconnaissant une singularité et la capacité à sortir des sentiers battus , j'aime
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 12 jours
C'est vrai que cette campagne tire clairement vers le haut :)
RÉPONDRE
samIl y a 12 jours
C'est SUBLIME.
RÉPONDRE
caIl y a 12 jours
J'adore plus que tout!!! Sublime, original et créatif, vive l'art!
RÉPONDRE
CarolineIl y a 12 jours
J'adore! C'est amusant, vivant, riche, plein de références, intéressant. Ca change de la froideur de nombreuses campagnes de mode...
RÉPONDRE
AnnaMIl y a 11 jours
In love du visuel Bosch / Van Eyck !

personnellement j'y vois aussi un petit côté 'Le Greco' fort plaisant :)

merci pour cette découverte Lise !
RÉPONDRE
annaIl y a 10 jours
J'adore !
RÉPONDRE
MissNNIl y a 10 jours
De quoi nous reconcilier avec la pub et la mode, merci de la decouverte !
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 10 jours
Je n'aime pas Gucci, mais j'avoue que la campagne publicitaire est magnifique et innovante.
RÉPONDRE
ladyjajaIl y a 8 jours
Très beau, très élégants et les angelots au post-it sont particulièrement craquants ... !
RÉPONDRE
sheighIl y a 5 jours
Je n'accroche pas... tout ce côté re-niais-sance m'est très étouffant!
RÉPONDRE
AliIl y a 1 jour
Géniale ton analyse ! Ma préférée reste Ophélie en sequin !
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode