Défilé GucciDéfilé GucciDéfilé Gucci

Défilé Gucci - Automne/hiver 2020-2021

Entre invitation informelle, esthétique kaléidoscopique, casting questionnant la notion de beauté et mise en scène propulsant les coulisses du show au centre de l'attention, le défilé Gucci s'amuse à détricoter les codes du milieu...
Défilé Gucci
Dévoiler les coulisses d'un défilé… L'idée est brillante, tant elle épouse les attentes de l'époque. En établissant la zone "backstage" du défilé Gucci dans un carrousel de verre permettant au public de suivre la préparation de celui-ci, Alessandro Michele fait en effet acte de transparence (une valeur hautement prisée ces derniers temps), souligne l'importance de son équipe (adieu le créateur démiurge, oui au travail d'équipe) et casse les privilèges établis (seuls quelques happy few avaient jusqu'ici accès aux coulisses du show). 
Oubliées les invitations en papier blanc étincelant ne respectant pas les normes "eco friendly" : cette saison, c'est sur son smartphone - via l'application WhatsApp - que le "fash pack" a reçu son invitation au show Gucci. Et si l'on salue l'initiative, le message vocal en question nous laisse néanmoins songeurs : "Ciao, comment ça va ? Je me disais que si tu n'es pas trop occupé mercredi prochain, tu pourrais venir à mon défilé Gucci, à Milan. Ça me ferait très plaisir de t'y voir, tiens moi au courant". Jouant sur un pseudo lien affectif entre le créateur et celles et ceux recevant ladite invitation, cette fausse familiarité apparaît aussi snob que ridicule...
Défilé Gucci
Alessandro Michele déclara juste après le défilé : "La mode n'est pas seulement une question de vêtements. Ce n'est qu'une partie de l'histoire. La mode est un mécanisme complexe. C'est aussi un rituel. Quelque chose de sacré, de liturgique, presque comme une religion". Inutile en effet de chercher ici une pièce infiniment portable à la coupe innovante : le créateur italien ne recherche ni la ligne parfaite, ni le volume idéal. Son travail chez Gucci tend au contraire à matérialiser un kaléidoscope d'influences évoluant au fil des saisons. Le vêtement en tant que tel importe peu : ce sont les détails qui comptent le plus. Ces derniers servent de fil conducteur à la collection et boostent le désir des clients. 
Véritables cadavres exquis rétros, les silhouettes du show incitent à délaisser les boutiques Gucci au profit la friperie du coin. Il serait effectivement dommage de se ruiner pour un top au col surdimensionné, pour un harnais SM susceptible de twister notre sempiternelle baby doll estivale ou pour un jean d'homme destroyed taille 44 alors que ceux-ci pourront facilement se dénicher chez Guerrisol…
Défilé Gucci
Parmi les nombreuses fantaisies imaginées par le cerveau farceur d'Alessandro Michele, on note la présence d'un kit serre-tête/pendant d'oreille permettant de rentrer directement en connexion avec l'esprit de Whitney Houston, d'une paire de chaussettes militant contre l'épilation des mollets, de bracelets à se faire damner de jalousie Sailor Moon, d'une cagoule susceptible d'initier une procédure de divorce et de boucles d'oreilles plus efficaces qu'une gousse d'ail (à porter à l'occasion d'un voyage en Transylvanie).
Les clubbeuses pourront remercier Alessandro Michele qui, via le dress code/beauty code du show, leur permettra de vivre des fins de nuits moins traumatisantes. La prochaine fois qu'elles rentreront à 4h du matin les collants filés et le mascara dégoulinant, celles-ci ne se trouveront en effet plus "imprésentables" mais plutôt "délicieusement gucciennes"… (voir ici et )
A l'instar de Demna Gvasalia (Balenciaga), Alessandro Michele aime présenter des castings aux antipodes des canons de beauté habituels. Dommage que cela se limite aux traits du visage et à la couleur de peau. Aujourd'hui, l'enjeu se situe en effet davantage au niveau de la représentation d'une morphologie "normale" (à savoir ni ultra mince, ni en surpoids excessif) que dans la multiplication des profils atypiques...

PS : De toutes les pièces du show, ce blouson en daim fauve légèrement oversize est la seule qui m'a vraiment séduite.
Partager l'article
Par Lise Huret, le 20 février 2020 dans Défilés
Vous aimerez également
Les 19 commandements du show Gucci 2019/2020
Il y a 1 an - 19
EN SAVOIR PLUS
Défilé Gucci - Printemps/été 2019
Il y a 1 an - 17
EN SAVOIR PLUS
17 commentaires
Tous les commentaires
CesomuIl y a 5 mois
Je pars a Milan dimanche , mais pas sur son invitation!!!
Il me reste quand meme tout le reste de la dolce vita😊
RÉPONDRE
EssezetaIl y a 5 mois
No no no the models are too emaciated. The clothes are not interesting anymore if Gucci doesn’t change these extremely thin woman image.
RÉPONDRE
SamanthaMIl y a 5 mois
Ohlala vraiment Gucci je n'y arrive plus. C'est n'importe quoi tout ça. Juste réservé à quelques stars qui se veulent excentriques au final.
RÉPONDRE
AudreyIl y a 5 mois
Cette tristesse sur les visages...
RÉPONDRE
mirabelleIl y a 5 mois
oui, ça m'a sauté aux yeux aussi… si jeunes et si tristes...
RÉPONDRE
yasmineIl y a 5 mois
Merci beaucoup pour cet article, j'ai bien ri ! Il faut absolument que je retienne la formule "susceptible d'initier une procédure de divorce" !
RÉPONDRE
MarieIl y a 5 mois
Alessandro dévoile enfin ses cartes : Gucci s'inspire du vintage. Nous sommes tous abasourdis.

Quand la haute couture veut te faire croire qu'elle initie une tendance à laquelle tout le monde adhère déjà...
RÉPONDRE
MarieIl y a 5 mois
Quant à la présence brillante de Whitney : Amen !
RÉPONDRE
SashaIl y a 5 mois
Whitney bis !
RÉPONDRE
CarolineIl y a 5 mois
Je sais pas, je ne comprends pas ces défilés. Les fringues me semblent affreuses... je viens de faire un tour sur le site, je confirme, les fringues sont affreuses et chères et il y a Mickey partout. Au secours.
RÉPONDRE
ZeilaIl y a 5 mois
Ah, la Transylvanie! Je peux enfin m'y aventurer sans rien à craindre!
RÉPONDRE
noremma2009Il y a 5 mois
Tout à fait d'accord, c'était l'excessive maigreur qui était gênante, pas juste la beauté des visages !
RÉPONDRE
violette.bIl y a 5 mois
Oubliable
RÉPONDRE
BabiIl y a 5 mois
Ces jeunes visages peu épanouis me rappellent combien leur avenir est trouble ...
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 5 mois
Il réussit à rendre des jolies filles laides à faire peur. C'est censé donner envie ? Je dois être trop vieille, je ne comprends pas (mais bon, Gucci ça fait des idées que je trouve ça franchement laid).
RÉPONDRE
MilaIl y a 5 mois
Exactement: la laideur des oripeaux se reflète étrangement sur les visages des mannequins....Tout ça est juste "frissonnable" voire angoissant parce que je ne trouve pas de réponses aux "mais pourquoi ça ? qu'est ce que ça veut dire ? quel est ce jeu presque morbide de "créateur.".... ?
RÉPONDRE
AnnaMIl y a 5 mois
Soyons honnêtes, le 'business model' d'un défilé, c'est quelle résonance il va trouver sur les réseaux sociaux... et en l'occurrence le casting pour le moins clivant du défilé Gucci semble avoir pour vocation première de faire parler du défilé sur les réseaux, car les vêtements ne suffisent pas toujours à créer du buzz !

De ce point de vue je trouve extrêmement hypocrites les claims genre 'on a réinterrogé la notion de beauté' ; vraiment de la malhonnêteté intellectuelle à mon sens
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode