Défilé Gucci 2019Défilé Gucci 2019Défilé Gucci 2019

Défilé Gucci - Printemps/été 2019

Ce lundi 24 septembre, le mythique Palace - club phare des années 70 - vit déambuler une foule d'étranges créatures au sein de son atmosphère chargée de nostalgie électrique. Passage en revue des personnages gucciens imaginés cette saison par Alessandro Michele...
Défilé Gucci 2019
La bibliothécaire qui, après avoir survécu à une intoxication alimentaire, a décidé d'assumer au grand jour sa passion pour les looks hauts en couleurs (voir ici).
Le génie précoce venant de décrocher le prix Wolf pour ses recherches sur les boucliers anti-ondes électromagnétiques visant à sauvegarder la vitalité des spermatozoïdes (voir ici).
L'étudiante en cinéma ayant l'intime conviction d'être la fille cachée de Joan Collins (Dynastie) et de Horst Tappert (Inspecteur Derrick) (voir ici).
L'aspirante carmélite qui, avant de prononcer ses voeux perpétuels, se glisse une dernière fois au sein de la tenue de gala favorite de sa mère speakerine dans les années 70 (voir ici).
La danseuse étoile postmoderne qui, en dépit de sa cécité, est parvenue à s'imposer comme élément phare du Tanztheater Wuppertal (compagnie créée par Pina Bausch) (voir ici).
Le fils de bonne famille qui, après un échange linguistique au Rajasthan, a décidé de s'affranchir des injonctions consuméristes occidentales en brûlant ses bombers Ralph Lauren et en adoptant au long cours les vêtements traditionnels offerts par sa famille d'accueil (voir ici).
Défilé Gucci 2019
L'adolescent breton qui, ne sachant pas comment annoncer son homosexualité à ses parents adoptifs, n'a rien trouvé de mieux que d'arborer - sous l'oeil fasciné du yorkshire - un collier strassé lors du petit déjeuner dominical (voir ici).
La violoncelliste férue de léopard qui, depuis l'avènement fashion de ce dernier, nourrit férocement sa passion en en portant quotidiennement (voir ici).
La baby-sitter sans le sou passant sa vie dans les vide-greniers dans le but de dénicher des accessoires susceptibles de métamorphoser ses looks sans histoire (voir ici).
La jeune mère neurasthénique se prenant - depuis sa dépression post-partum - pour la réincarnation disco de Jeanne d'Arc (voir ici).
La PVTiste chinoise qui, pour son premier Halloween aux États-Unis, a choisi de célébrer deux points forts de la culture américaine, à savoir le sportswear et Mickey Mouse (voir ici).
Le nightclubber qui, après une nuit de folle débauche, n'ose pas aller se glisser sous la douche italienne de son loft lyonnais, de peur de découvrir des tatouages sur les parties intimes de son anatomie (voir ici).
La doctorante en criminologie qui, ayant fait le lien entre frustration, refoulement et passage à l'acte, a décidé d'assumer la moindre de ses fantaisies, de manière à se mettre à l'abri de toute pulsion meurtrière (voir ici).
Défilé Gucci 2019
L'héritière qui se vit interdire pendant toute son enfance de porter du blanc par sa gouvernante (afin de ne pas accentuer sa pâleur de rousse) et qui depuis la mort de celle-ci prend un malin plaisir à arborer des totals looks immaculés (voir ici).
La Californienne en goguette à Paris qui a décidé de troquer pour l'occasion ses tongs et son sac à dos contre le duo en croco sac/escarpins acheté le jour de son arrivée dans l'une des boutiques vintages indiquées dans son guide touristique (voir ici).
L'écolière créative mettant à profit ses cours de couture pour sortir de l'anonymat la jupe bleu marine imposée par son établissement scolaire (voir ici).
La disciple Wicca en partance pour célébrer le Samain avec ses amies (voir ici, ici et ).
La pré-adolescente bien décidée à accompagner sa soeur aînée à la soirée d'anniversaire du craquant voisin (voir ici).

Ce que j'en pense


S'il est toujours aussi amusant d'imaginer la vie des personnages Gucci, force est néanmoins de constater que l'opus printemps/été 2019 n'est guère le meilleur cru d'Alessandro Michele. Outre le caractère extrêmement répétitif de sa grammaire stylistique, l'outrageuse fantaisie qui fait d'ordinaire le sel de ses collections manque en effet ici de panache, les références aux années Palace se faisant caricaturales et les accessoires moins mystérieux que d'ordinaire. La logorrhée créative de Michele serait-elle en train de se tarir ?
Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest
Partager l'article
Par Lise Huret, le 25 septembre 2018 dans Défilés
Vous aimerez également
Gucci ou l'ode au freestyle vestimentaire
Il y a 11 mois - 19
EN SAVOIR PLUS
Défilé Gucci - Printemps/été 2018
Il y a 1 an - 25
EN SAVOIR PLUS
17 commentaires
Tous les commentaires
EmmanorIl y a 2 mois
Franchement en regardant les photos, je me demande s'il ne joue pas à un jeu, voir jusqu'où il peut aller dans la mocheté avant qu'on arrête de crier au génie.
Mais bon, je ne suis ni une experte, ni une influenceuse.
RÉPONDRE
miss agnesIl y a 2 mois
Je pense surtout qu'on commence à se lasser. Tant de mochetés, au bout d'un moment, c'est même plus décalé, c'est juste moche.
RÉPONDRE
CibouIl y a 2 mois
J'ai beaucoup ri ! Vos commentaires sont mieux inspirés que cette collection improbable... S'agit-il de l'automne-hiver (titre) ou du printemps-été (fin de l'article) ? Quoiqu'à ce stade du n'importe quoi, on s'en fiche un peu ;)
RÉPONDRE
Julien (TDM)Il y a 2 mois
Il s'agit du défilé printemps/été, j'ai modifié le titre :)
RÉPONDRE
OliviaIl y a 2 mois
Le génie, c'est toi Lise! Quel fou rire, la réincarnation disco de Jeanne d'Arc...
RÉPONDRE
GranpiIl y a 2 mois
Lol c'est ce que je préfère moi aussi ;) elle est vraiment très forte!
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Il ne lui manque plus qu'une armée de nightclubbers et un roi à couronner pour que l'illusion soit parfaite, non ? ;)
RÉPONDRE
elsaIl y a 2 mois
Tes personnages sont désopilants, Lise, merci !
Il fallait bien ton imagination fertile pour imaginer les raisons qui peuvent pousser n'importe qui à s'habiller ainsi. Ce créateur est torturé : à ce stade, on dépasse les bornes des limites...
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Merci Elsa !

Je ne sais pas s’il y a des limites en matière de création. Mais ce qui est certain, c'est que nombre de ces looks ne pourront descendre en l'état dans la rue ;)
RÉPONDRE
violette.bIl y a 2 mois
Ce grand carnaval t'a inspirée de la meilleure des façons , descriptions brillantes et drôles , tout se prête au jeu , improbable physiques décalés qui soutiennent le grand n'importe quoi .
C'est moche mais cela donne des visIons , tellement il y a un amoncellement de reminiscences , de flash back , de réfèrence iconiques ....
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
C’est toujours mieux que rien, non ? 😉
RÉPONDRE
GranpiIl y a 2 mois
Mouhahaha!!!!
Jeanne d'Arc a du entendre des voix c'est pas possible ;)
Vus sous cet angle, les défilés j'adore!!
RÉPONDRE
CarolineIl y a 2 mois
Les tenues me laissent perplexes et je me demande si la marque marche si bien que ça au-delà des baskets et des sacs monogrammés... Lise, aurais-tu des infos sur le succès du prêt-à-porter?
RÉPONDRE
Lise (TDM)Il y a 2 mois
Voilà un communiqué de la marque datant de l'année dernière :
Gucci affiche une nouvelle fois une progression spectaculaire de son chiffre d’affaires ce trimestre : en hausse de +42,8% en données publiées et de +49,4% en comparable, il atteint 1 553,8 millions d’euros. [...] Toutes les catégories de produits enregistrent une croissance à deux chiffres, tant sur les collections Homme que Femme, et tant sur les lignes permanentes que sur les nouveautés.
RÉPONDRE
CarolineIl y a 2 mois
Merci Lise!
Comme quoi...
RÉPONDRE
fredCIl y a 2 mois
Voilà, en ce qui me concerne, où finit la mode....
RÉPONDRE
ClarisseVIl y a 2 mois
Ça pique les yeux ! Vraiment excellents, vos personnages ... Moi cela me rappelle beaucoup des après-midi passés avec ma sœur, chez les grands parents à s'immiscer dans les penderies et à essayer toute sortes de tenues, tantôt sérieuses tantôt à rire comme des baleines ;)
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode