Souvenirs d'enfance #4 : Marie Perron

"Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours…" - Marguerite Duras.
Entre escalade dans les arbres, passion pour les déguisements, culotte en éponge, fascination pour Aurore Clément et ballade en vélo sur l'île de Noirmoutier, Marie Perron nous livre quelques-uns de ses souvenirs d'enfance...
Marie Perron

Etiez-vous plus "garçon manqué" ou "petite fille modèle" ?


Une garçonne plutôt coquette, je grimpais à la cime et passais d'arbre en arbre en maillot de bain Huit, me déguisais chaque jour de congé en chanteuse, lapin, ou cowgirl chaque fois maquillée comme un petit camion.

Quel vêtement auriez-vous pu porter 7 jours sur 7 ?


Ma culotte en éponge rouge, mon perfecto en jean New Man, mes sabots en daim délavé Kickers.

Attachiez-vous beaucoup d'importance à la façon de vous habiller le matin ?


Au début non, j'oubliais de mettre l'essentiel, mais plus tard, vers 12 ans, je m'asseyais sur une étagère de la penderie pour choisir avec grand soin l'attirail du jour. Une fois j'en suis sortie vêtue de rouge de la tête aux pieds, j'avais élu un gigantesque pull à côtes anglaises de mon père, un minuscule kilt de ma petite soeur et des collants Lili Dim rouges que ma mère avait bien voulu m'acheter. J'ai transvasé le contenu de mon cartable dans une sacoche à partitions rouge pour peaufiner le total look monochromatique.

Quelle femme imaginiez-vous devenir plus tard ?


D'abord une Japonaise, je mettais du scotch autour de mes yeux la nuit pour les brider. Un peu plus tard, une artiste squaw vivant à cheval.

Admiriez-vous les adultes ? Si oui, lesquels ?


La maison était toujours ouverte, les mardis soirs mon père, artiste, ouvrait son atelier. De jolies jeunes femmes habillées de tricots frangés, velours et sautoirs de perles et quelques moustachus à cheveux longs plaisantaient avec nous quatre, petites filles alors en robes de chambre. Je les dessinais le lendemain à l'école, sur la marge de mes cahiers. Je flashais sur Aurore Clément qui faisait la couverture du ELLE avec ses boucles d'oreilles en dormeuses et ses chemisiers en dentelle.

Quel héros (ou héroïne) vous faisait rêver ?


Mowgli (pourtant le degré zéro du look), d'où la culotte rouge plus haut.

Quel livre vous a le plus marquée ?


Vers 10 ans, j'ai lu le "jardin secret" de Frances Hodgson Burnett. L'héroïne, Mary, y trouvait, grâce à un rouge-gorge, la clé d'un jardin abandonné… À l'époque je jardinais déjà, j'avais mon parterre attitré où je cultivais des lys orangés, des myosotis et un érable. Il m'arrive très souvent de repenser à cette histoire quand je jardine.
Marie Perron

Quel moment de l'année préfériez-vous ?


Vers la fin du mois de juillet quand nous arrivions enfin dans notre petite maison de pêcheurs en bordure de dunes sur l'île de Noirmoutier, après 20 jours vaguement ennuyeux passés à la campagne chez ma grand-mère. Là s'ouvraient deux mois de liberté absolue, nous disparaissions avec nos vélos pour ne rentrer qu'à la tombée du jour au chant du grillon.

L'école était-elle synonyme de joie ou d'angoisse ?


Plutôt d'angoisse, de culpabilité, car j'avais de bonnes notes, mais ne faisais pas mes devoirs, et je ne me sentais pas vraiment réglo avec la très bonne maîtresse, Madame Hémon, qui m'aimait beaucoup pourtant.

Comment occupiez-vous votre temps libre ?


Je dessinais, me déguisais, et faisais du patin à roulettes, jouais aux cowboys, relookais mes poupées mannequins et leur installais des appartements ultra modernes avec des morceaux d'emballages récupérés et des maquettes de meubles design.

En quoi aimiez-vous vous déguiser ?


En tout, j'étais « no limit » en matière de déguisements.

Quel était votre goûter préféré ?


La brioche et Nutella de chez mes cousins, nous on avait des BN cassés en vrac tout frais sortis de l'usine LU (une combine de ma grand-mère) les meilleurs jours. Sinon du pain et du beurre avec du chocolat en poudre. Le coup (fumant) étant de faire rire l'autre pour qu'il s'étrangle en sniffant son nuage de cacao.

Si vous pouviez donner un conseil à la petite fille que vous fûtes, quel serait-il ?


Celui de ma mère : « Ce que tu désires, crée-le. » mais j'ajouterais : « N'attends personne. »
Retrouvez Marie Perron sur Instagram, Facebook et Twitter
Site officiel : http://ilovemarie.fr/
Partager l'article
Par Lise Huret, le 18 décembre 2013
Vous aimerez également
Souvenirs d'enfance #8 : Mathilde Toulot
Il y a 2 ans - 14
EN SAVOIR PLUS
Souvenirs d'enfance #7 : Timai
Il y a 2 ans - 12
EN SAVOIR PLUS
Souvenirs d'enfance #6 : Fred (Cut by Fred)
Il y a 2 ans - 15
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
7 commentaires
Tous les commentaires
jeannetteIl y a 2 ans
Très jolie interview, cela me donne envie de retourner sur l'île de Noirmoutier...
RÉPONDRE
charmian Il y a 2 ans
moi aussi! - la copine anglaise de les filles Perrons sur l'ile de Noirmoutier
RÉPONDRE
ClaireMarieIl y a 2 ans
J'adore le coup du scotch pour brider les yeux, je n'y avais pas pensé ! (pourtant j'en ai fait des trucs dans le style)
RÉPONDRE
LaureIl y a 2 ans
ah ah ah la première photo !!!! déjà entrain de dessiner ;) J'adore les dessins de Marie Perron mais je ne connaissais rien sur elle en tant que personne. Je pense que je vais encore plus aimer son travail maintenant que je connais la petite fille qu'elle a été !
RÉPONDRE
IléanaIl y a 2 ans
Décidément j'aime beaucoup ces interviews ! Et je suis totalement en accord avec les conseils suite à la dernière question <3
RÉPONDRE
IsabelleIl y a 2 ans
Quelle bonne idée d'avoir fait appel à Marie Perron! Ses dessins sont tellement beaux! Ses souvenirs d'enfance sont délicieux.
Pas mal le coup des yeux bridés avec du scotch, je n'y aurais pas pensé non plus. En revanche, bien connu la veste en jean Newman et les sabots Kickers.
RÉPONDRE
seul et fabuleux ! Il y a 2 ans
"Le jardin secret" fait aussi parti de mon enfance... Mais pour le coup en film et non en livre.
J'etais souvent dehors, dans le jardin chez mes parents... Déjà un peu solitaire, avec mes animaux à m'imaginer vivre la même histoire.
Et il y a quelques années, en me balladant dans le rayon "dvd" d'une librairie, je suis tombé nez à nez sur ce même film. Ni une ni deux je me suis retrouvé à l'acheter. Il ne fait pas parti de mes films préférés mais j'ai plaisir à le ressortir de temps en temps.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode