Souvenirs d'enfance #7 : Timai

4612
"Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours…" - Marguerite Duras.
Entre converses rose fuchsia, Cosby Show, goûters à l'école, jeu de l'oie, rillettes, deuxième étoile de ski et audition de piano, Timai du blog Superbytimai nous livre quelques-uns de ses souvenirs d'enfance...
Timai

Enfant, étais-tu plus "garçon manqué" ou "petite fille modèle" ?


Petite fille modèle. Je ne faisais jamais de bêtise. Petite première de la classe, qui en plus avait plein de copains. Je n'ai sans doute pas causé beaucoup de soucis à mes parents ;)
À 16 ans, j'avais donne rendez-vous à une copine pour faire le mur. Histoire de dire que je l'aurais fait une fois dans la vie. On est sorties et on a papoté en bas du garage... L'aventure quoi!

Quel vêtement aurais-tu pu porter 7 jours sur 7 ?


Les fausses converses rose fuchsia (déjà). Je les aimais tellement que je les ai portées même quand mon pied a poussé. Si bien que mes doigts de pied sont restés pour toujours moulés à la forme de ces chaussures devenues trop petites. Je peux dire aujourd'hui que j'ai des pieds en forme de simili-converses.

Attachais-tu beaucoup d'importance à la façon de t'habiller le matin ?


Oui. Au moment du lycée, j'ai changé de secteur (pour suivre mon petit copain de l'époque, qui finalement était parti dans un autre lycée encore). Bref, comme personne ne me connaissait, je me suis permise de changer totalement de style. Jamais de jeans, que des trucs assez sexy, des shorts ras la fouf, des assemblages pas possibles, un fute en gomme noire de chez Agnès b. et surtout toutes les collections Plein Sud de ma mère.
Timai

Quelle femme imaginais-tu devenir plus tard ?


Une businesswoman en blazer jupe. On n'est pas toujours visionnaire.

Admirais-tu les adultes ? Si oui, lesquels ?


Pas du tout. Je ne les aimais pas beaucoup.

Quel héros (ou héroïne) te faisait rêver ?


Denise Huxtable (The Cosby Show). Et toute sa famille. Je les trouvais incroyables. Drôles, bienveillants, sans jugements. Chacun avait son identité, mais ensemble ils formaient une équipe qui dialoguait et pouvait toujours surmonter les crises.

Quel livre t'as le plus marquée ?


Le Rouge et le Noir. Je lisais très très peu. 
Timai

Quel moment de l'année préférais-tu ?


No idea. Si, peut-être la fin d'année, où il y avait toujours des goûters à l'école. Chacun ramenait ses jeux de société.

L'école était-elle synonyme de joie ou d'angoisse ?


J'étais faite pour le système scolaire (je précise que mon père est prof) (#Oedipe). Toujours première de la classe. Toujours le doigt levé pour donner la bonne réponse. Je me souviens même que quand un cours ne me plaisait pas, je posais des questions au prof pour le rendre intéressant.

Comment occupais-tu ton temps libre ?


Beaucoup de télé.

En quoi aimais-tu te déguiser ?


Pas trop de souvenirs de ça. Sauf à un anniversaire pour mon frère Lam. On avait créé une sorte de jeu de l'oie en équipe : le LâmCode. Il y avait tout un tas d'épreuves à effectuer. L'une d'entre elles était une course en relais où chacun devait se déguiser avant d'aller courir.
Timai

Quel était ton goûter préféré ?


... Les rillettes. C'est vrai en plus. Avec Lam, on mangeait comme des ogres. Plutôt salé donc.

Si tu pouvais donner un conseil à la petite fille que tu étais, quel serait-il ?


D'oser me tromper et de continuer ce que je ne réussissais pas. Par exemple, à 6 ans, j'ai loupé ma deuxième étoile de ski. Il m'a fallu 12 ans pour redescendre une piste. Je faisais du piano, mais était incapable de passer une audition car j'avais trop peur de me tromper. L'essence de la musique, comme de la vie en général, est pourtant dans le partage et non la réussite. 
Retrouvez Timai sur son blog Superbytimai, mais aussi sur Twitter, Facebook et Instagram
Partager l'article
Par Lise Huret, le 13 novembre 2014
Vous aimerez également
Souvenirs d'enfance #8 : Mathilde Toulot
Il y a 2 ans - 14
EN SAVOIR PLUS
Souvenirs d'enfance #6 : Fred (Cut by Fred)
Il y a 2 ans - 15
EN SAVOIR PLUS
Souvenirs d'enfance #5 : Lise Huret
Il y a 2 ans - 50
EN SAVOIR PLUS
Inscrivez-vous à la newsletter
OK
12 commentaires
Tous les commentaires
NaomiIl y a 2 ans
"...quand un cours ne me plaisait pas, je posais des questions au prof pour le rendre intéressant."
Je fais la même chose, encore aujourd'hui. Technique cent pour cent approuvée. :)

Ces photos sont énervantes de mignonitude. Cette interview est aussi douce que tout ce qui se lit chez Mai.
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 2 ans
Je n'ai pas plus accroché que ça à son blog au début... Puis de vidéo en vidéo, je m'y suis senti bien.
Le "truc" des questions aux profs, jai le souvenir de l'avoir fait mais pas pour la même raison... C'etait pour un cours sindé en deux parties, la première pour le cours normal, la seconde pour un petit devoir sur table. Et on etait alors une quinzaine d'élèves, un très bon ensemble, plutôt "proches" les uns des autres et comme la prof en question etait du genre bavarde, on s'etait mis d'accords pour poser mille questions de sorte à ce que ca prenne du temps sur la deuxième partie et repousse le devoir. Mais je n'ai pas le souvenir que ça ai bien fonctionné.

Faire le mur et discuter en bas du garage. Les vraies rebelles. ;)
Avec des amies, on installait des toiles de tentes dans le jardin chez mes parents et une fois tous les volets de la maison fermés, on prenaient nos lampes de poche et on se tirait discrètement... On allait sur une barque de pêcheur, restée accrochée en bord de Saone, sous la lune et les étoiles à se raconter des choses qui ne volaient à mon avis pas très haut... Mais bon, on devait avoir 15 ou 16ans.

"Des shorts ras la fouf" ! Stylé ! ahah
RÉPONDRE
seul et fabuleux !Il y a 2 ans
Je raconte ma vie, je raconte ma vie et puis... Faute d'orthographe : "Scindée" ! ;)
RÉPONDRE
LaetitiaIl y a 2 ans
Hahaha, pareil ! Je posais des questions à la prof de math (hantise!!) parce que la seconde partie du cours était réservé aux devoirs sur table !
Il suffisait de la brancher sur les euros (on était en 98!) et elle était intarissable ! :D
Ca a marché 1 mois et quelques puis après elle a commencé à trouver ça louche ! ;)
RÉPONDRE
LaureIl y a 2 ans
un bonheur cette itw !
RÉPONDRE
Le maillage des lecturesIl y a 2 ans
Jolie interview ! Les rillettes au goûter me font penser au menu de ceux de Colette : chèvre "dur comme le poing" et Gevrey-Chambertin "parce que ma mère trouvait que j'avais les joues pâlottes". Il est des enfants heureux...
RÉPONDRE
NYloveIl y a 2 ans
Je ne connaissais pas Mai, comme je ne connaissais pas Fred, ces interviews me donnent envie de foncer sur leur blog !
RÉPONDRE
CarolineIl y a 2 ans
ah ah ah moi aussi je faisais parler mes profs mais pas pour rendre le cours plus intéressant mais pour qu'ils oublient de nous donner des exercices à faire ;)
RÉPONDRE
AnneIl y a 2 ans
"On n'est pas toujours visionnaire", ah, trop vrai!
Toute choupinette, cette petite!
RÉPONDRE
revedepluieIl y a 2 ans
Faire le mur pour dire qu'on l'a fait et aller en bas du garage.... j'adore!! typiquement le genre de trucs que je faisais aussi
RÉPONDRE
Café ModeIl y a 2 ans
Ah ça fait plaisir de lire quelqu'un qui assume son côté petite fille modèle. Quand on lit les itvs de stars, elles ont TOUTES été garçons manqués dans leur enfance, c'est respectable mais lassant à la fin, et moi je me reconnais plus dans le côté enfant (trop) sage. C'est vrai ce que tu dis sur ton blog Mai, on sent une certaine gravité derrière tout ça, ça me touche beaucoup.
RÉPONDRE
BouDuIl y a 2 ans
Rhaaaa que de points communs c'est rigolo. Moi aussi l'un de mes grands regrets sont ces 12 années de piano au conservatoire ponctuées de ces moments atroces de totale panique à devoir monter sur une scène sous les projecteurs ou devant un jury. Le syndrôme de la première de la classe qui sait vite comment entrer dans les cases j'ai bien connu. Comme quoi ça peut donner des adultes fantaisistes et ça c'est chouette ! Très joli article. merci beaucoup.
RÉPONDRE
Ajoutez votre commentaire
Code anti-spam : veuillez recopiez le code numérique ci-dessus
POSTER
Instagram @tendancesdemode